Abandonné et seul au monde, Macron s’adresse aux murs de Brégançon

0
127

Via Instagram et TikTok, Emmanuel Macron nous a proposé cette semaine un tour du fort de Brégançon en douze vidéos. Suivez le guide !

Passé le choc du tricot hibou et du polo à la cool, c’est le décor des vidéos du président qui laisse songeur. Depuis le temps qu’on entend parler du fort de Brégançon, franchement on s’attendait à mieux. Passons sur les premières interventions filmées devant un décor en carton-pâte qui suit sûrement Macron dans tous ses déplacements, et voyons les suivantes.

Emmanuel nous balade du salon à la salle à manger en passant par le jardin. À l’intérieur, carrelage couleur locale de moyenne facture, chaises en plastique moulé faciles à emboîter, nappe chiffonnée, bibliothèque en verre fumé années 80 au contenu disparate, et machin qui ressemble à un canapé bleu-blanc-rouge en mousse molle, de ceux dépliés pour faire dormir les invités qu’on aimerait rapidement voir partir.

Dehors, une poignée de chaises en teck à l’abandon et partout, surtout, une sensation de vide et d’absence, confirmée par l’écho de la voix présidentielle dans la dernière vidéo.closevolume_of

Un AirBnb de fin du monde

Ces décors sont naturellement censés créer une proximité artificielle avec le spectateur. Macron tente un rapprochement en partageant son cadre de vie, mieux même, son cadre de vacances, son intimité supposée, son intérieur. Et c’est à cet intérieur vide (ou l’inverse) qu’on nous demande de nous identifier.

Mais qui vit dans un cadre aussi désert ? Des pièces vides, un jardin dépeuplé ? Où est la vie, où sont les preuves de vie ? Le simulacre de quotidien ici mis en scène est précisément totalement dépourvu de ce qui fait le quotidien. De toute évidence personne n’occupe cette espèce d’AirBnb sans lustre. Et alors on se pose la question, Macron a-t-il été abandonné par Brigitte ? Où sont ses amis, sa famille ? Où sont ses collaborateurs, son personnel, sa cour ? Où se loge la vie dans ces murs silencieux ? Par quel revers de fortune le président de la « start-up nation » se trouve à parler tout seul à son téléphone dans cette maison désertée ?

« Maman, j’ai raté l’avion ! »

A-t-il de quoi manger, de quoi boire ? La vérité est que le président fait peine, alternant chemise, polo et t-shirt pour feindre le naturel comme on feint s’amuser sur des photos Facebook. Que se passe-t-il une fois la vidéo terminée ? Est-ce qu’il s’assoit sur une de ces chaises moulées pour réfléchir à la meilleure manière de tordre le cou à ce qu’il appelle des « fausses rumeurs » et annoncer les retour des vraies ?

Est-ce que songeur, il va faire quelques pas dans ce jardin pour préparer sa prochaine télé-consultation TikTok ? Est-ce qu’il va ranger les chaises d’extérieur dans l’abri pour qu’elles échappent à la pluie qu’annoncent ces nuages sombres qui s’accumulent en arrière-plan ? Il ne faudrait pas que les invités se mouillent le fondement. Oups, pardon, il n’y a plus d’invités.

Ou peut-être cette mise en scène n’est-elle qu’un appel au secours… L’appel d’un président seul au monde, isolé dans un espace si vaste que sa propre voix finit par l’effrayer. Robinson sans Vendredi qui parle à son iPhone comme Tom Hanks à son ballon. Une image vaut mille mots dit-on, et que nous montre le président avec ces images, que montre-t-il vraiment à part lui-même ? Le vide qui l’entoure.

Consciemment ou non, Macron nous offre ici une visite des zones désertes dans lesquelles il évolue. Le président n’occupe pas ces lieux, il les hante, comme il hantera la France jusqu’à son exorcisme.

Auteur(s): Erwan Lubovski, pour FranceSoir

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.