Alors, une femme premier ministre c’est comment ?

0
487

Dans sa lente descente aux enfers du wokisme et du conconisme, la Gauche et la Droite avaient dégotté cette fantastique trouvaille de la “féminisation des institutions”. Tout cela fondé sur un paradigme assez singulier : “une femme et un homme c’est pareil, mais une femme c’est mieux”. La même logique fonctionne avec les “racisés” d’ailleurs : “les races n’existent pas, mais un Noir à la tête de l’Etat ce serait mieux qu’un Blanc !”

Aujourd’hui, il n’y a pas que la France de gauche dans la rue, mais toute la France y est. Or, cette France de gauche défile…. contre une femme ! En l’occurrence, la première ministre Elisabeth Borne.

Je ne comprends pas… Élisabeth Borne est une femme, elle devait donc être plus compétente, plus “empathique”, plus “à l’écoute” que tous ces connards de mâles blancs hétérosexuels à la Jean Castex, non ? Retour du réel. Sa qualité de “femme” ne lui amène aucun avantage ou désavantage supplémentaire dans l’exercice de sa charge. Elle est juste une libérale-libertaire, bien jacobine, bien parisienne, bien coupée de la population et bien proche de la pensée unique économique et sociétale. Elisabeth Macron en somme !

Aux Etats-Unis, quand Barack Obama a été élu, certains wokes ont vu l’avènement d’un nouveau monde parce qu’un Noir arrivait à la Maison Blanche. On a vu le résultat, le deuxième mandat d’Obama débouchant sur celui de Donald Trump.

En France, Marie Cau, maire d’une petite commune du Nord est devenu une icône pour les wokes. Je lui prédirais bien une petite carrière de candidat surprise à la prochaine présidentielle. A moins qu’un transgenre créolisé musulman queer cul de jatte et sourd-signant n’émerge, entre temps, cumulant ainsi toutes les qualités requises pour représenter la synthèse inouïe des nouvelles classes héroïques.

Tout cela démontre que la Gauche ne sait plus à quelle lubie se raccrocher. Que le réel lui donne immanquablement tort mais qu’elle continue avec la même énergie à s’inventer de nouvelles extravagances. Et avec toujours le même enthousiasme !

Et les mêmes paradoxes !

Car, on l’a vu, la Gauche est féministe, mais défile contre une femme.

Mais elle va plus loin : La Gauche n’a que le “climat” et la “lutte contre la pollution” au bec, mais brûle en ce moment des poubelles, du plastoque et des palettes bien traitées dans toutes les villes où elle défile. Pire qu’une incinérateur roumain ! Ah bah, le bilan carbone d’une manif de gauche, c’est quelque chose ! Et puis la Gauche, notamment la “radicale”, rêve de palais d’hiver en “brûlant du flic”, mais couine si elle se ramasse des coups de tonfa dans la gueule. Pas très courageux les bolchéviques ! D’ailleurs, si ces messieurs gendarmes mobiles pouvaient ne pas répliquer quand on leur balance des pavés….. !

Et au fait, la “convergence des luttes avec les banlieues” et les “victimes de discrimination” ça se passe comment ? Non parce que j’ai beau regarder, je ne vois pas beaucoup de jeunes-issus-des-quartiers-populaires dans les présentes manifs. Le système de retraite dans leurs activités professionnelles bien connues ne sont pas concernées par la réforme ou le gouvernement négocie peut-être directement avec Pablo Escobar ?

Au final, la Gauche invente des totems, finit par faire chier la société entière avec ses caprices du moment et s’empresse de les démolir quand le réel se rappelle à elle. Avant de s’en chercher d’autres !

Anne-Sophie Hamon

Tribune libre parue sur Breizh Infos

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.