Arrêt de l’éolien, l’impossible aveu

0
310

Jean-Marc Frenove

La grande journaliste et écrivain Catherine Nay, qui a ses entrées dans les arcanes du pouvoir, toujours extrêmement bien informée, a déclaré aux Grandes voix d’Europe 1 1 que le gouvernement va arrêter discrètement la construction des éoliennes en raison du coût exorbitant du cuivre, de l’acier et du béton.

Discrètement ? Les voyez-vous nous dire : “Nous sommes des imbéciles, nous vous avons embarqués dans une aventure sans avenir, inutile, terriblement coûteuse et qui met en danger la planète par son épuisement des ressources” ?

Ils préfèrent laisser pérorer leurs clowns écologistes qui ne savent même pas faire une règle de trois.
En danger, la planète ? Lisez plutôt.

Selon Olivier Vidal, géologue et Directeur de Recherche au CNRS, les consommations exprimées en kg par Mégawatt-heure des 3 matières premières essentielles à la construction des éoliennes et des centrales nucléaires, en tenant compte de la durée de vie des unes et des autres, sont les suivantes 2 :

– 45,3 fois plus de cuivre pour l’éolien que pour le nucléaire
– 19,8 fois plus d’acier pour l’éolien que pour le nucléaire
– 10,6 fois plus de béton, toujours pour l’éolien comparé au nucléaire

Notons en plus que béton, acier et cuivre émettent de grandes quantités de CO2 pour leur fabrication, et pour leur mise en œuvre. Tout ceci pour des machines aléatoires, arrêtées la plupart du temps.

Pas besoin d’être grand clerc pour comprendre qu’une énergie aussi anémique, qui nécessite de construire et de raccorder entre elles des centaines de milliers de machines, fera monter le prix des matières premières à un niveau intenable pour l’ensemble des industries. Le prix du cuivre surtout est très inquiétant, et les matériaux de construction ne sont pas en reste.

Or, cet aveu du coût exorbitant recueilli en sous-main pourrait nous faire croire que M. Macron reste l’homme sage, le Deus ex Machina qui va in fine arrêter le bateau fou.

Pourtant, croyez-vous que cela le gêne de jeter l’argent des français par la fenêtre ?

La réalité est que ce Président qui a arrêté Fessenheim et Astrid, et dont les parrains socialistes ont fermé Creys-Malville, ne sait même plus où il habite dans le domaine archi-vital (il ne le sait pas) du système énergétique français, et il ne veut surtout pas reconnaître que c’est la nouvelle Assemblée qui va lui montrer le chemin.

En effet, la nouvelle composition de l’hémicycle ne va pas le laisser brader ni barder la France de moulins à misère achetés à l’étranger. La position du parti RN, 90 députés, est extrêmement claire, et il se trouve que la plupart des 61 élus LR, débarrassés de Valérie Pécresse sur laquelle planait l’ombre de son encombrant mari, sont très clairement anti-éoliens. Xavier Bertrand a fait voter dans la région qu’il préside un budget pour soutenir les associations anti-éoliennes, et beaucoup de membres de LR sont dans la même mouvance.

Tous ces élus ne laisseront passer aucune des lois liberticides qui veulent par exemple empêcher les recours des riverains contre les implantations éoliennes. Quant au groupe présidentiel, il comprend un certain nombre de députés de province peu soucieux de voir se dresser chez eux les parcs à hélices générateurs de mécontentements, et l’on voit mal M. Macron s’appuyer sur les braillards de LFI pour faire passer de telles lois.

Les vrais écologistes que nous sommes, soucieux de nos enfants, reprennent espoir.

notes:

  1. Les Grandes Voix d’Europe1 samedi 25 juin, 31ème minute 
  2. L’éolien terrestre et l’éolien en mer ont des chiffres très peu différents, nous avons pris la moyenne arithmétique entre les deux sources. 

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.