Conflit en Ukraine : le triomphe des drones !

0
143
A photo taken on December 15, 2019 shows a French Reaper drone armed with 2 GBU-12 bombs at Barkhane's military base in Niamey, - French army has deployed its first armed drones in Sahel to fight against jihadists, French Defence Minister Florence Parly announced on December 19, 2019 after a series of tests from the Niamey air base. (Photo by Daphné BENOIT / AFP)

Dronisation : bientôt plus d’hommes sur le champs de bataille ?

Les drones voient leur rôle augmenter fortement avec les avancées technologiques : présent dans les airs, sur terre et désormais en mer, ils contribuent à diminuer grandement l’intervention, et les risques humains sur le champs de bataille. Peut-on prendre pour future devise, plus l’environnement est simple, plus il est dronisable ?

Les premiers drones a avoir été développé avec un but purement militaire sont les drones aériens : Engins de reconnaissance de moyenne altitude (MALE) pouvant rester en vol longtemps et sur de longue distance : Predator américain ou Harfang français EADS Harfang — Wikipédia (wikipedia.org) . Ces drones peuvent être armés et frapper des cibles fixes. Mais certains deviennent de vrais systèmes de frappes de cibles en mouvement comme les drones turcs Bayraktar Baykar Bayraktar Kızılelma — Wikipédia (wikipedia.org) . La Turquie grâce à ses engins à contribué à la victoire de l’Azerbaïdjan face à l’Arménie et envisage de mettre en œuvre un porte-drone   TCG Anadolu — Wikipédia (wikipedia.org) qui n’aura certes pas la capacité d’un vrai porte-avion mais qui représente une première (une idée de reconversion pour nos porte-hélicoptère Mistral ?).

Et l’on voit désormais apparaître des munitions « rodeuses » suicide capables de rester en embuscade en l’air avant de frapper leur cibles. Bien sûr des drones Hélicoptères sont en train d’être développé et certaines annonces faites récemment  L’omniprésence des drones sur le champ de bataille a porté un coup fatal au futur hélicoptère d’attaque de l’US Army – Zone Militaire (opex360.com) prouvent que l’hélicoptère de combat ou de reconnaissance habité va probablement disparaître. Enfin, dans le cadre de la reconnaissance tactique, les drones légers multicoptère de type parrot deviennent de plus en plus indispensables pour voir en avant d’une section ou d’un groupe et ce dans le plus grand silence.

Deuxième domaine où l’on voit une récente augmentation de ce type de matériel, le domaine maritime :  Drone de surface naval — Wikipédia (wikipedia.org) , il s’agit en réalité de petits navires de patrouille ou d’attaque suicide, mais l’on voit surtout se développer les drones sous-marins : Robot sous-marin autonome — Wikipédia (wikipedia.org) . Ces derniers ont un vrai intérêt : il est difficile de maintenir en plongée indéfiniment des êtres humains et il faut les alimenter (en réalité les patrouilles de 2 mois des SNA et SNLE sont uniquement limités par le ravitaillement nécessaire). Un drone n’a pas ce genre de besoin et un sous-marin autonome pourrait rester très longtemps en mer sans être détectable. Ce type de matériel est désormais en train de se démocratiser :  Yémen : l’armée américaine frappe pour la première fois un sous-marin autonome des houthistes (lemonde.fr) .

Qu’en est-il sur terre : c’est plus compliqué. L’environnement terrestre est plus complexe et il est donc plus difficile d’automatiser les matériels ou de les contrôler à distance. L’homme (au moins le fantassin) reste capable de faire face dans la plupart des cas. Mais des progrès réel se font sur certains véhicules : les UGV (Unmanned Ground Vehicle) ont eux aussi le vent en poupe Unmanned ground vehicle – Wikipedia . Dans la vraie vie, cela concerne surtout des véhicules de reconnaissance mais l’on peut aussi imaginer une évolution concernant les véhicules de combat légers et lourds. Dans ce cas, le fantassin se retrouverait fort seul sur le champs de bataille (sauf s’il est lui aussi remplacé Atlas | Partners in Parkour (youtube.com).

En conclusion, l’humain sur le champs de bataille commence à avoir une sérieuse concurrence, surtout dans des environnement relativement simple comme l’air et la mer. Mais la rupture technologique majeure pourrait être non seulement l’autonomie des drones mais aussi leur coopération : un essaim de drone est fort difficile à combattre : drone essaim – Recherche Google

Christophe Bugeau

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.