Coronavirus : scandales en série !

0
681

L’épidémie de coronavirus en cours est bien réelle et ne doit être en aucun cas minimisée, même si l’examen rationnel des chiffres permet de relativiser.

Mais elle nous amène à nous poser beaucoup de questions sur sa gestion par nos dirigeants.

La stratégie de la peur: Tout d’abord, il est trop facile de faire appel à l’ « union nationale » et à la discipline en jouant de façon abusive sur la peur. Il y a là, et nous le ressentons tous, une forme de manipulation des esprits. Cela a été théorisé par Naomie Klein dans la « stratégie du choc », et rien de nouveau sous le soleil, par Machiavel qui disait « celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes »…

Rien de nouveau sous le soleil dans le gouvernement des hommes pour obtenir la servitude volontaire

Amateurisme, cynisme, idéologie ? Le scandale dévoilé par les déclarations d’Agnès Buzyn , est révélateur de l’amateurisme, du parti pris idéologique et du cynisme du gouvernement. Il est difficile de démêler le vrai du faux dans ces déclarations contradictoires. Il n’est pas l’heure de s’y pencher mais lorsque la crise sera passée, il faudra demander des comptes devant la justice. Il faudra également déterminer le degré d’implication de Mr Levy, mari d’Agnès Buzyn, directeur de l’INSERM et acteur de l’installation à Wuhan d’un laboratoire ultramoderne spécialisé dans…le coronavirus. De même sur le parti pris idéologique de refus de fermeture des frontières. Des esprits libres comme Michel Onfray ou Yves Mamou n’ont pas peur de parler d’actes de haute trahison.

Le refus de s’incliner devant les faits de façon pragmatique. On ne peut que ressentir un sentiment de colère pour le refus persistant à appliquer les préconisations du Pr Didier Raoult de Marseille, un virologue reconnu sur le plan mondial. Il est d’ailleurs l’objet de nombreuses attaques de la part du système, avec des menaces téléphoniques et aussi des décodeurs du Monde, vous savez, le journal de référence ! Ils ont déclaré que ce qu’il disait était faux, et pendant 36 h cet avis a figuré sur le site du ministère de la Santé avant d’être retiré.                                                                                                   Or, que dit-il ?   Il faut pratiquer un dépistage de masse pour ne confiner que les porteurs de virus, et utiliser la chloroquine, un vieux médicament utilisé depuis des décennies contre le paludisme .

Autres exemples de cet aveuglement volontaire :                                                                                    Le Directeur général de la Santé, le 26 février : « Aujourd’hui, la communauté scientifique n’est pas très convaincue» de l’intérêt de la chloroquine .                                                                                        Martin Hirsch, directeur général de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, le 1er mars : « La chloroquine n’a jamais marché chez un être vivant» (ce qui était FAUX au moment de cette déclaration, la chloroquine avait déjà été essayée avec succès sur 100 malades chinois).              

Quant au Pr Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses de l’hôpital Bichat, c’est à cause de lui que la France a perdu 3 semaines dans la lutte contre le coronavirus.                                         Oui, ce Professeur a refusé de tester la chloroquine dans un large essai clinique officiel !                    Pour se justifier, il avait invoqué des « problèmes d’interactions médicamenteuses avec d’autres traitements chez des patients en réanimation, et l’existence d’effets secondaires de la chloroquine . Pourtant, comme l’avait dit le Pr Raoult à l’époque : « Certes il y a des effets secondaires  si on ne respecte pas la posologie, mais c’est un médicament que l’on connaît, on sait comment faire ».         En fait, le Pr Yazdanpanah voulait privilégier deux autres médicaments : Le remdesivir, un anti-viral qui n’est même pas encore commercialisé, du laboratoire Gilead Et le Kelatra (seul ou avec de l’interferon bêta), un anti-VIH du laboratoire AbbVie.      Pourquoi ? La raison fait froid dans le dos : ce Pr Yazdanpanah est grassement rémunéré par Gilead et AbbVie… ainsi que par 7 autres compagnies pharmaceutiques, dont il est au « board » !  Bref, voilà un homme criblé de conflits d’intérêt, mais c’est lui que les autorités ont choisi d’écouter, le gouvernement n’arrête pas de nous dire qu’il s’appuie sur un « comité scientifique » pour prendre ses décisions : encore une mystification !                                                                   

Alors que le Pr Didier Raoult, est un homme de bon sens et un des plus grands spécialistes au monde des maladies infectieuses et sans conflit d’intérêt ! Heureusement que le Pr Raoult a réussi à tester, tant bien que mal, l’hydroxychloroquine (Plaquenil) sur quelques patients du Sud de la France !!        Et les résultats sont au rendez- vous.                                                                                                     Là aussi les réseaux sociaux, tant décriés, ont permis de neutraliser l’omerta organisée.

Nous sommes en guerre mais sans armes ! Enfin, pour terminer,  le scandale  de la déclaration de guerre du Président Macron. Ces gens là sont tellement formatés à la communication qu’ils sont devenus incapables de toute action : du coup on envoie sur le front de l’épidémie des troupes sans équipement : professions de santé et forces de l’ordre sans masques ni gants, pas de tests qui pourtant sont indispensables pour dépister les porteurs de virus et donc se faire une idée précise de l’évolution de la maladie. Le recours au dépistage de masse a permis à la Corée du Sud de maitriser l’épidémie sans confinement généralisé. La France , 5e puissance mondiale, est en train de se ridiculiser, et cela ne peut que nous attrister. Eric Zemmour parle d’ailleurs de « tiers mondisation » de la France !!!

Que faire ? Gardons le calme des vieilles troupes, profitons de ce confinement pour nous informer en faisant le tri dans les diverses rumeurs. Pour cela internet reste une source essentielle , même s’il faut faire preuve de sens critique.  Mais sans tomber dans le complotisme posons nous des questions sur l’enchainement des faits et préparons-nous à des temps difficiles du fait de la crise économique qui va s’ensuivre et qui était prévisible même avant l’épidémie. Développons également les solidarités locales pour contrer la dérive inquiétante de restriction de nos libertés. Et parmi ces dangers, le plus monstrueux serait le RFID (Radio Frecuency Identification), la puce permettant de nous suivre et contrôler tous nos faits et gestes et si …nous sommes bien vaccinés par exemple !

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.