Courrier d’un lecteur de Sud Ouest suite à 2 articles sur l’abaya

0
233

NDLR : Notre bon Sud Ouest est l’exemple même de média du système, politiquement correct, avec une fausse modération qui masque mal un parti pris évident. Un de nos lecteurs retraité de l’Education Nationale, analyse pour notre plaisir les incohérences de 2 articles sur l’abaya.

Bonjour Madame, bonjour Monsieur,

Deux articles, le 1er de vendredi 8 septembre « Et puis quoi, on va nous interdire toutes les robes longues ? »
et le 2ème du 10 septembre « L’interdiction de l’abaya à l’École est contre productive ».
Le titre du premier traite d’une victimisation ressentie des filles musulmanes, le 2ème sous-entend que la décision de l’interdiction de l’abaya serait mauvaise…
Avant même de traiter de l’aspect religieux, l’École devrait être un lieu d’enseignement et non une exposition de toutes les modes et coutumes au-delà même d’une expression religieuse. D’ailleurs la première encourage l’autre… Cela concerne aussi bien les jeans troués, le nombril à l’air que les robes longues (?), les boubous, le marcel et le short (à la rigueur le pantacourt ou le short long, au même niveau que la jupe, par temps de canicule), et par voie de conséquence tout excès vestimentaire…
Quand on va au travail, on a une tenue de travail. L’infirmière a sa blouse et sa coiffe, l’ouvrier son bleu ou équivalent, pas un smoking, l’employé d’assurance son costard et l’employée correspondante une tenue qui s’apparente au chemisier + jupe (ou pantalon) ou encore une robe sobre en restant élégante face à la clientèle.
Or depuis nombre d’années, l’interdiction d’interdire conduit à laminer les conditions d’enseignement… à mettre en relation avec le « pas de vague » qui conduit les chefs d’établissement à prétendre que tout se passe bien dans leur établissement, allant jusqu’à sacrifier leurs enseignants (d’expérience)*, voire des élèves comme on peut le voir avec le harcèlement et ses conséquences (Là aussi, Attal s’engage et j’espère qu’il va tenir, pour une fois que je ne critique pas un MEN, sans me poser la question d’une opération de com éventuelle)…
* : je suis un retraité de l’EN, et avec une certaine fierté, défavorablement connu d’un certain nombre de journalistes de SO.
Le premier article tente une présentation équilibrée, après des jeunes filles pro-abaya, l’avis d’une islamologue y parle de façon bien différente. Cette dernière va jusqu’à montrer l’incohérence du CFCM si ce n’est son hypocrisie (ce n’est pas la première fois, déjà lors de la présidence de Dalil Boubakeur, après les assassinats de Merah, avec son troncage éhonté du verset 32 sourate 5 pour en dédouaner l’islam… je ne détaille pas à moins que vous le souhaitiez).
Pour confirmer l’analyse de Razika Adnani il suffit de lire la sourate 33 verset 59 qui ordonne aux femmes une tenue couvrante.
Ô Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles, et aux femmes des croyants, de ramener sur elles leurs grands voiles: elles en seront plus vite reconnues et éviteront d’être offensées.
Se rajoute qu’elle seront reconnues, assurément bonnes musulmanes, ce qui est une discrimination… Le comble est de retourner le recherché en accusation contre qui le refuse !
Pire, la fin conclut qu’elles éviteront d’être offensées, donc à l’inverse il est légitimé que les autres le soient ! Et par quelles offenses (simple mépris, insultes, exclusion sociale, pire…) ?
C’est ce que nos bonnes et jeunes musulmanes appellent LA LIBERTÉ DE CHOIX !
Et comme ose le prétendre la dite « sociologue » Agnès de Féo, les hommes n’y sont pour rien ! La bonne blague, probablement que les insultes que subissent celles qui ne se plient pas aux consignes religieuses dans les quartiers n’existent pas ! Ou est-ce le fait de gnomes malveillants ? J’aimerais bien savoir…
Et il y a bien d’autres contraintes imposées aux femmes !

Ladite sociologue prétend que c’est la loi de 2004 qui a poussé au repli sur soi de la communauté musulmane -c’est oublier les français chassés de certains quartiers, particulièrement certains commerces hors de la norme islamique dont les tenanciers ont été insultés et les boutiques caillassées- et encouragé le port du voile !

C’est occulter que là où la population d’origine musulmane devient importante, elle applique ce que lui conseille le coran. Sourate 47 verset 35 – Ne faiblissez donc pas et n’appelez pas à la paix alors que vous êtes les plus hauts, que Dieu est avec vous, et qu’Il ne vous frustrera jamais [du mérite] de vos œuvres. 
Le « vous » induit même une implication communautaire, ce que ne prennent jamais en compte les politiques, et encore moins la  justice qui ne considère que l’aspect individuel des délits et autres.Aujourd’hui la population d’origine musulmane doit tourner autour de 10 millions, cela ne va pas diminuer ! Et bien sûr, omerta sur la massive immigration musulmane, la démographie de cette communauté, comme causes des conflits !

Le conseil de ladite sociologue, par sa référence à Montesquieu, se convertir pour avoir la paix (?). C’est que l’islam n’accepte pas autre chose… en effet tous les pays musulmans sont intolérants, même le Maroc, pour ce qui n’est pas l’islam. D’autre part, l’islam INTERDIT, toute modifications de ses règles… donc le « mieux changer les mœurs », en l’occurrence, tombe à plat !

Cela ne concerne pas que l’habillement :A Nice, après des prières à l’école par des gosses de 8/10 ans en juin dernier, on apprend que s’y effectuaient des pressions sur les gosses mangeant du porc. Outre que ce totalitarisme est le fait de l’islam, il y a encouragement de familles en plus d’imans.

Les jeunes musulmans sont plus extrémistes que leurs parents, un sondage de l’IFOP de 2021 indiquait que 65% étaient pour l’application de la charia contre les lois de la République. C’est donc que l’éducation à la laïcité doit commencer à l’Ecole, ce que dénie cette prétendue sociologue !
Même à la considérer comme sincère, malgré ses études des mondes arabes et musulmans, elle n’a rien compris à l’islam… Celui-ci traite de tout, de religion, mais aussi du juridique au sociétal, jusqu’au plus intime de la vie (je ne précise pas !).

L’interdiction de l’abaya a plus de sens que l’obligation d’un uniforme.
A l’Etat d’imposer la laïcité dans l’esprit plus que dans la forme.
L’uniforme serait la reconnaissance de ne pas être en mesure de la faire régner.
Pour rappel historique, Jean Zay, ministre de l’Education nationale sous le front populaire, avait publié une circulaire le 1er juillet 1936 concernant le port d’insignes (politiques) pouvant susciter des réactions contraires.
Il a dû la renforcer par deux autres, dont en mai 37 concernant les signes religieux. Il serait temps de s’en inspirer, ce qui devrait aussi s’appliquer à l’intervention d’assos aux idéologies les plus diverses en milieu scolaire.
Meilleures salutations
JPSM

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.