EFFONDREMENTS D’IMMEUBLES AU TOUR DE L’HÔTEL RABA

0
215

/Sud Ouest d’aujourd’hui nous apprend qu’un nouvel immeuble du centre historique de Bordeaux fait l’objet de mesures de protection contre un risque d’effondrement. Il s’agit de l’hôtel particulier Raba, cours Victor Hugo. Tout près du siège d’InCité, avec son balcon fissuré. Les co-propriétaires ont fait poser un échafaudage de soutien dans le hall d’entrée. Une fissure avait été signalée à la Mairie par un voisin…

/LA MAIRIE OUVRE LE PARAPLUIE

/Une simple fissure a provoqué un branle bas de combat dans les services municipaux concernés. Pourtant cet immeuble est assez connu et bien surveillé par ses habitants. Il a été rénové en profondeur et ses fondations renforcées. Selon les documents qui ont accompagné les travaux, la fissure est ancienne et n’a pas évolué depuis… la réaction est disproportionnée et sans justification technique selon un des habitants qui est également architecte. La partition qui nous est jouée est celle d’une équipe municipale qui se préoccupe de l’état du bâti, de sa solidité. S’agit-il d’une prudence exagérée? Ou d’une volonté de faire oublier le laxisme passé? L’adjoint au Maire, Stéphane Pfeiffer, qui est par ailleurs Président d’InCité, ne manque pas de rappeler que la précédente majorité a laissé sans suite plus de 900 signalements d’immeubles dangereux…

/INCITÉ AU DESSUS DE TOUT SOUPÇON

/La presse rapporte régulièrement les mesures prises pour prévenir des effondrements d’immeubles. Nous vivons une pandémie de… soupçons d’effondrement. Comme si nous assistions à une pièce de théâtre jouée pour nous convaincre que décidément les immeubles bordelais ne tiennent pas debout et qu’il ne faut pas chercher plus loin la cause des 2 effondrements de juin dernier. Circulez badauds, il n’y a rien comprendre. Rappelons tout de même que les effondrements ont touché des immeubles qui appartenaient ou avaient appartenu au même propriétaire. Un hasard curieux. Une circonstance tout à fait improbable si l’on ne prend pas en compte le comportement de ce propriétaire dans l’origine des désordres. InCité n’entretient pas son patrimoine, que ce soit celui qui loué ou celui qui est en attente de rénovation.

/NUL NE PEUT SERVIR DEUX MAÎTRES

/Stéphane Pfeiffer a 2 casquettes: adjoint au maire et Président d’InCité. Il semble qu’il ait décidé de protéger les intérêts de la société dont il est président plutôt que ceux de ses électeurs. Le propriétaire des immeubles effondrés avait oublié de signaler leur état à la Mairie. Ils ne faisaient pas partie des 900 signalements… et cela pendant des années. C’est le laxisme, le laisser-aller d’InCité, curieusement non surveillée par la Mairie, qui est à l’origine des effondrements spectaculaires qui ont eu lieu en juin. La leçon a-t-elle été comprise? Oui, en partie puisque la Mairie suit les signalements de fissures, y compris sur les immeubles d’InCité. C’est un progrès considérable pour la sécurité de la population. Pour le reste, rien n’a changé. L’équipe responsable des effondrements n’a pas été mise en examen, les mécanismes obscurs qui conduisent cette SEM a acheter à bas prix, de force, et à revendre à des promoteurs restent d’actualité. Et Monsieur Pfeiffer continue la politique de son prédécesseur, Elisabeth Touton, en protégeant InCitéImmobilier

Sud-Ouest le 10/01/2022

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.