Feministes et gauchistes : le bal des faux culs !

0
165

Il se passe en Espagne un authentique cataclysme.

Rendez-vous compte : le président de la fédération espagnole de football s’est autorisé, après la victoire de son équipe en finale de la Coupe du monde, d’embrasser une joueuse, la capitaine je crois, sur la bouche dans un emportement somme toute assez compréhensible.

Depuis, pardonnez-moi l’expression, mais… quel bordel. Tout le monde s’y met jusqu’au gouvernement et même la FIFA, l’organisme qui gère le foot à l’échelle internationale. C’est un déchaînement contre le président de la fédération. Il faut bien reconnaître, comme on dit de nos jours, que l’individu coche toutes les cases. C’est un homme blanc, hétérosexuel, de plus de 50 ans. Carton plein mon brave. Donc les féministes sont devenues totalement hystériques et les meutes de chiens sont lâchées. Il faut du sang.

Le plus incroyable c’est que la joueuse concernée, Jennifer Hermoso, n’en fait nullement tout un plat.

Elle a déclaré à ce sujet, selon Le Figaro du 20 août 2023, qu’il s’agissait d’« un geste mutuel totalement spontané en raison de l’immense joie que procure la victoire d’une Coupe du monde (…). Le président et moi, nous avons une excellente relation, son comportement avec nous toutes a été parfait et c’était un geste naturel d’affection et de gratitude ».

D’ailleurs sur la photo en haut de cet article, la joueuse ne semble nullement subir une agression avec ce « bisou ».

Évidemment, cette affaire n’a pas tardé à faire le « buzz » à l’échelle mondiale. Totalement grossie et déformée par une presse bien-pensante ravie de pouvoir à cette occasion faire la promotion du wokisme féministe.

Ainsi dans notre pays, France Info titre « Espagne : le scandale du baiser forcé devient une affaire d’État ». France Info toujours en nuance bien sûr, et surtout qui n’a pas manqué d’oublier les déclarations de la joueuse disant que ce baiser n’est pas une affaire.

Ouest-France, à la pointe du combat des bien-pensants titre : « Football. La polémique enfle… Jenni Hermoso embrassée de force par le président de la fédération ».

Libération, bien sûr, n’est pas en reste : « Coupe du monde 2023 : le président de la fédération espagnole critiqué pour avoir embrassé une joueuse sur la bouche ».

Même le journal L’Équipe (très engagé dans ces combats douteux) y va de son titre volontairement incendiaire : « Le patron de la Fédération espagnole embrasse de force une joueuse sur la bouche ».

Bref, c’est un concert quasi unanime des bien-pensants pour dénoncer l’homme blanc, hétérosexuel de plus de 50 ans en prenant cette fois comme bouc émissaire le président de la fédération espagnole de football.

Résultat, la FIFA (dont on rappellera qu’elle accepte les joueuses portant le hidjab) a demis de ses fonctions le président du football espagnol pour 90 jours et en Espagne les pressions sont innombrables pour que le président démissionne, ce qu’il refuse de faire.

Il n’y a pas qu’en Espagne que des événements se produisent. Il y a aussi la France qui mérite notre attention. Il s’y passe des événements autrement plus graves que ce « baiser » faisant pourtant un buzz mondial.

Il suffit d’ouvrir les journaux et, malgré la censure des bien-pensants et autres journalistes vendus aux thèses progressistes, on prend conscience que la situation devient de plus en plus grave.

Au préalable, il faut redire que les journalistes bien-pensants sont vendus et cachent les faits aux Français parce « dire les choses, c’est faire le jeu de l’extrême droite et du Rassemblement national de Marine ». Alors ces « journalistes » mentent sur le nom des auteurs, ou camouflent les faits.

Reste que tout ne peut pas être caché ou transformé et que de plus en plus d’évènements ne peuvent éviter d’être exposés au grand jour.

Ainsi prenons quelques exemples de ces derniers jours :

  • Dammarie-les-Lys (77) : une femme de 80 ans rouée de coups, frappée au visage et traînée par les cheveux lors d’un violent cambriolage. Le responsable est un migrant guinéen en situation irrégulière connu de la police. Il a été interpellé.
  • Nantes (44) : une Nantaise de 53 ans qui allait fleurir la tombe de sa mère, décédée quelques jours plus tôt, se fait agresser et dépouiller au cimetière. L’auteur des faits est un individu de moins de 30 ans de type africain.
  • Castelnau-le-Lez (34) : Mohamed, 28 ans, Marocain arrivé en France en 2022, sous le coup d’une interdiction du territoire européen depuis le 19 mai 2023, profite de ses cambriolages pour agresser sexuellement ses victimes. Condamné à 3 ans fermes.
  • Tours (37) : deux mineurs déjà connus de la police, « l’un est de type africain, l’autre de type nord-africain », écroués pour avoir séquestré et prostitué une adolescente de 14 ans.
  • « Elle m’a souri, j’ai interprété » : arrivé en France il y a deux ans avec un statut de réfugié, et en laissant sa femme au Sri Lanka, il agresse sexuellement une voyageuse à la gare de Saint-Michel-sur-Orge (91).

Bon, j’arrête là. Ce ne sont que quelques exemples trouvés ces derniers jours. Il y en a des tas d’autres et je ne peux pas tous les citer.

Par contre, plusieurs éléments méritent d’être soulignés :

  • 5 faits dans 5 départements différents un peu partout sur le territoire national. On peut sans problème dire que la France entière est maintenant touchée par ce genre d’événements.
  • À chacun de ces 5 événements, des femmes sont les victimes.
  • Dans la presque totalité des cas les agressions sont accompagnées d’agressions sexuelles.
  • À chacun de ces 5 faits, les auteurs sont des étrangers. La plupart sont des migrants de sexe masculin.

Et la dernière remarque que l’on peut faire à ce sujet, mais qui est la plus importante, c’est qu’aucune féministe en France ne s’indigne ni ne condamne ces faits et agressions.

Elles en font des tonnes pour un misérable baiser alors que l’intéressée elle-même dit que ce n’est pas un problème, mais lorsque des femmes sont volées, frappées ou violées, cela n’a pas d’importance.

Plus exactement, ces faits ont de l’importance mais il y a plus important. Et ce qui est plus important c’est de ne pas dénoncer ces faits sinon, il faut dénoncer les auteurs. Or, il se trouve que dans l’essentiel des cas les auteurs sont des migrants.

Alors comme les victimes sont dans 99% des cas des Blanches et que dans 99% des cas les auteurs sont des migrants, il faut faire silence sinon c’est… « faire le jeu de l’extrême droite et du RN de Marine ».

C’est hallucinant, mais c’est ainsi.

Cela a commencé officiellement lors des 1 500 viols de Cologne (Allemagne) dans la nuit du réveillon 2015-2016 dont les auteurs étaient essentiellement des migrants fraîchement arrivés sur décision d’Angela Merkel (faire venir d’un coup 1 million de migrants). Interrogée à l’époque, notamment pour son silence sur ces événements, Caroline de Haas – célèbre féministe française – avait refusé de condamner en répondant : « Arrêtez avec votre racisme de merde. » Depuis c’est systématique. Refus de condamner parce que ce serait raciste.

On notera au passage qu’Olivier Faure – 1er secrétaire du PS – a repris le même type d’argument à propos du viol épouvantable qu’a subi la jeune femme de Cherbourg, avec actes de tortures et de barbarie absolument inouïs qui l’ont laissée aux portes de la mort et qui ont fait qu’à son arrivée à l’hôpital plusieurs membres du personnel n’ont pas résisté à un tel spectacle, obligeant à la mise en place d’une cellule de soutien psychologique.

Et qu’a dit Olivier Faure ? Au lieu de condamner sans réserve les actes de ce salaud d’Oumar N’Diaye, il a osé déclarer : « Un criminel doit être condamné pour ses crimes qu’il s’appelle Oumar, Francis, Michel, Emile, Guy ou Patrice. La barbarie, la perversion, le vice n’ont ni couleur de peau ni nationalité. Se servir d’un acte odieux pour sous-entendre que les immigrés sont des violeurs est raciste. »

Encore et toujours le même argument pourri et dégueulasse. Si vous condamnez alors que l’auteur est noir, vous « faites le jeu des racistes, de l’extrême droite et du RN de Marine ».

Alors sachez-le, vous les femmes françaises et blanches dans votre grande majorité, s’il vous arrive quelque chose, et que l’auteur est un migrant – de couleur de surcroît -, vous pouvez crever. Mais en silence de préférence. La « gauche » et les féministes s’en moquent totalement et ne diront rien pour vous.

Leur ennemi, c’est le Blanc (homme et femme) hétérosexuel de plus de 50 ans. Et leur allié c’est le « racisé » (toutes les couleurs sauf le blanc) qui, quoi qu’il fasse, ne sera pas condamné ou dénoncé car ce serait du racisme et là ce serait « faire le jeu de l’extrême droite et du RN de Marine ».

Donc tous ces gens qui passent leurs journées à faire des leçons de morale n’auront pas un regard pour vous si vous gisez dans le caniveau. Ainsi est devenue la gauche wokiste qui vomit la France et les Français.

La seule organisation à ma connaissance qui refuse ce féminisme totalement dégénéré est Némésis. Des femmes courageuses qui refusent cette politique qui fait des hommes leurs ennemis. Elles continuent à lutter pour l’égalité de traitement entre les hommes et les femmes, ce qui est tout à fait respectable, mais en comprenant que hommes et femmes ne seront jamais égaux parce qu’ils sont différents, plus exactement complémentaires.

L’Espagne nous donne actuellement un pitoyable spectacle montrant ce qu’est devenu le féminisme, avec l’histoire minable du baiser alors qu’il y a tant de choses beaucoup plus importantes. Parmi ces choses plus importantes il y a le sort des femmes de notre pays (et de nombreux pays d’Europe) de plus en plus dans l’insécurité, particulièrement du fait de l’immigration totalement incontrôlée et qui ne cesse d’augmenter. Immigration dont sont issus de nombreux agresseurs, dans l’indifférence totale de ceux qui seraient supposés défendre les femmes.

Mieux vaut avoir les yeux en face des trous. Les seuls qui défendent vraiment les femmes sont les patriotes qui luttent pour défendre leur pays et ses habitants face à une invasion migratoire toujours plus grande, ainsi que Némésis qui mène un combat courageux.

Tous les autres qui prétendent défendre les femmes (féministes, gauche, bien-pensants) sont en fait leurs véritables ennemis et doivent être à ce titre combattus sans relâche et avec la plus grande énergie.

Bernard GERMAIN Riposte Laïque

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.