Galeries Lafayette : vers la fin d’une légende ?

0
335

Les Galeries Lafayette bientôt placées en redressement judiciaire

Mardi, des débrayages avaient été observés par des salariés parmi la vingtaine de grands magasins Galeries Lafayette, qui emploient environ 750 personnes. 

Une nouvelle enseigne de l’industrie de l’habillement se retrouve dans la tourmente. L’homme d’affaires bordelais Michel Ohayon va placer en redressement judiciaire les vingt-six magasins Galeries Lafayette qu’il contrôle en France « pour les protéger de toute attaque », a-t-il annoncé vendredi 17 février.

« Leur situation est saine », a assuré l’entrepreneur, dont l’empire commercial est en pleine tourmente, avec la liquidation de l’enseigne Camaïeu en septembre et le placement en redressement judiciaire du groupe Go Sport en janvier.

Cette semaine, le tribunal de commerce de Bordeaux a déjà placé en redressement judiciaire, à sa demande, la principale holding de Michel Ohayon, la Financière immobilière bordelaise (FIB), société avec laquelle il a bâti un vaste empire commercial et hôtelier actuellement en difficulté.

Sortant du silence pour la première fois depuis le début de la crise qui lui vaut de nombreuses critiques, M. Ohayon a pris sa propre défense dans les colonnes du journal. « Depuis l’échec [de sa reprise de Camaïeu en 2018], j’ai tout entendu sur moi mais non, je ne suis pas un chacal des tribunaux de commerce ! », déclare l’homme d’affaires, qui assure avoir injecté « deux fois et demi plus » d’argent dans l’entreprise que promis, et « tout tenté pour sauver l’emploi » – plus de 2 000 salariés en on fait les frais.

Le placement en redressement judiciaire de la FIB doit permettre « de poursuivre l’activité » et « préparer les meilleures conditions de remboursement des créanciers et entreprises », a poursuivi M. Ohayon, dont la stratégie vise à « réduire le périmètre de la société », en cédant des actifs, pour permettre « un très fort désendettement ». « FIB est solide, on dispose d’actifs qui font partie des plus beaux de France », a-t-il assuré.

Interrogé sur l’avenir de Go Sport, Michel Ohayon s’est en revanche montré pessimiste sur l’issue de la procédure de redressement judiciaire ouverte par le tribunal de commerce de Grenoble, estimant que l’enseigne serait « vendue avant ». « Alors que la société allait faire en 2023 ses premiers bénéfices en dix-sept ans, les salariés n’ont pas fait confiance aux dirigeants et ont demandé que l’entreprise soit placée sous protection du tribunal », a déploré l’homme d’affaires, pour qui cela « va provoquer de la casse sociale et entraîner dans le même mouvement Gap » alors qu’« une mise en sauvegarde aurait suffi ».

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.