Gravissime maltraitance animale en gironde

0
171

Maltraitance animale : l’association L214 publie une nouvelle vidéo dans un élevage de vaches laitières en Gironde

Des vaches, si maigres qu’elles ne sont plus capables de se lever, agonisant dans leurs excréments, ont été filmées dans l’un des plus gros élevages de Gironde. Les associations de protection des animaux L214 et « Ne crin plus rien » ont porté plainte pour maltraitance animale. Par contre toujours aucune plainte contre l’égorgement halal………

Une vache maigrissime filmée par L214 et Brin en novembre 2022 dans un élevage girondin. (CAPTURE D’ÉCRAN).

Pendant un peu plus de deux minutes, la caméra de L214 filme l’intérieur des bâtiments du GAEC La Cabanne, dans la commune Les Peintures, au nord de Libourne, en Gironde. On y voit des vaches très amaigries, affalées sur le sol et dans une couche d’excréments de plusieurs centimètres. Elles sont dans l’incapacité de se relever. La vidéo se dirige ensuite dans la salle de traite, les vaches sont debout mais se déplacent très difficilement. Tout autour, les installations et le matériel de ce GAEC sont très sales et dans un piteux état.

De nombreuses photos ont ensuite été prises par l’association à l’extérieur des bâtiments. Les clichés datent bien de novembre 2022 et le constat est le même. Dessus, on y voit des vaches très maigres, toujours allongées dans leurs déjections. « Il suffit de circuler en balade autour de l’élevage et vous voyez les vaches agoniser, les odeurs nauséabondes, le cours d’eau entièrement remplis de lisier. C’est totalement insalubre », relate Éric Martin, le président de l’association girondine de protection des animaux Ne crin plus rien.

Selon L214, le GAEC La Cabanne est un élevage qui comporte plus de 300 animaux, l’un des plus gros de la région. Il produit aussi 2,5 milions de litres de lait par an. L’association de défense des droits des animaux assure que les services de l’État sont au courant de cette situation depuis 2021. L214 et l’association girondine Ne crin plus rien demandent à la préfète de Gironde la fermeture immédiate de l’établissement, et portent plainte pour maltraitance auprès du tribunal de Libourne.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.