La Russie continue à vendre son uranium enrichi aux Américains !

0
407

La Russie continue à vendre son uranium enrichi aux Américains ! L’Europe est vraiment dans un jeu de dupes, avec la complicité de ceux qui nous dirigent …vers l’abattoir !

6 février 2023
https://lecourrierdesstrateges.fr/2023/02/06/la-russie-continue-a-vendre-son-uranium-enrichi-aux-etats-unis-
par-eadaily/

Les livraisons de matières premières d’uranium russes et le transit d’uranium d’Asie centrale via la Russie vers l’Amérique du Nord se poursuivent.

Pour les experts, même en cas de sanctions, une rupture complète des relations ne se produira pas.
Cet article est initialement paru sur le site eadaily.com.

Selon le portail de navigation Vesselfinder et l’opérateur de navires ARRC Line, la prochaine livraison de matières premières d’uranium depuis la Russie et via la Russie vers les États-Unis aura lieu début février. Le 9 février, le porte-conteneurs Atlantic Action II de Lomonosov arrivera à Baltimore. Pendant ce temps, l’Atlantic Runner II arrivera à Houston le 4 mars. Le navire reviendra à Saint-Pétersbourg depuis le
Veracruz mexicain.
Les opérations d’import-export se poursuivent !
A en juger par les données du site des opérations d’import-export ImportGenius, toutes les livraisons aux États-Unis, qui ont été effectuées avant le NBO en Ukraine, se poursuivent. Ainsi, du 1er janvier au 10 janvier, de l’hexafluorure d’uranium a été livré à Houston et Baltimore par Techsnabexport JSC pour Westinghouse et Global Nuclear Fuels. Cette dernière est une joint-venture entre l’américain General Electric et le japonais Hitachi.

L’Atlantic Runner II a également apporté, pour le Canadien Cameco, une cargaison de concentré d’uranium de la société d’État ouzbèke Navoiyuran.
Les données d’ImportGenius suggèrent qu’au cours du second semestre de l’année dernière, la livraison de matières premières d’uranium pour la production de combustible a traversé la Russie sans interruption. Cela s’applique également au « Kazatomprom » kazakh, qui a signalé à la fin de l’année la livraison, par un itinéraire alternatif. Le concentré d’uranium de l’américain Honeywell, par exemple, a été expédié aux États-Unis le 8 novembre dernier.


Les exploitants de centrales nucléaires américaines sont opposés aux sanctions.
Dans le contexte des sanctions contre le charbon, le gaz, le pétrole et les produits pétroliers russes, l’approvisionnement en matières premières d’uranium, depuis et à travers la Russie, continue d’être une voie stratégique importante. La Russie n’est pas le plus grand producteur et exportateur d’uranium. Mais sa part dans les services de conversion de l’uranium est d’un tiers, et dans l’enrichissement, 40 % du marché mondial. De plus, les exploitants de centrales nucléaires américaines reçoivent 20 % de leur uranium enrichi de Russie et se sont officiellement opposés à toute restriction.
Alexander Uvarov – directeur de AtomInfo-Center (organisation autonome à but non lucratif pour le soutien du développement de la science, de la technologie et de l’éducation nucléaires) considère que « Les scientifiques nucléaires occidentaux ne peuvent rompre la avec la Russie que sous la forte pression de leurs politiciens. Et puis, je suis sûr qu’ils ne permettront pas une rupture complète des relations et chercheront l’un ou l’autre moyen de les préserver – par exemple, sous les auspices d’organisations internationales ».

Divers appels sont entendus en Russie, y compris pour l’arrêt de l’approvisionnement en matières premières d’uranium aux pays hostiles.

Mais, selon l’expert, cela doit être abordé avec prudence : « En tant que personne, il est désagréable pour moi que la coopération soit maintenue. Mais nous devons nous rappeler que l’industrie nucléaire russe compte plus de 250.000 techniciens et ingénieurs hautement qualifiés, et notre pays est obligé de préserver et d’accroître ce potentiel ». Alexander Uvarov poursuit : « Aujourd’hui, l’industrie nucléaire russe détient une part importante des commandes à l’exportation, et toute réduction volontaire des exportations touchera, en premier lieu, notre peuple. Par conséquent, vous devez d’abord préparer un nouveau front de travail et seulement après cela, posez la question de savoir si l’atome russe a besoin de contrats avec l’Occident »

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.