L’algérie crache sur un ancien Légionnaire !

0
386

Mohamed Bekhadra avait été élu député de la communauté algérienne à l’étranger dans la circonscription de Marseille.Le Parlement a annoncé mercredi soir dans un communiqué avoir «décidé à la majorité de ses membres de déchoir Mohamed Bekhadra de son mandat de député», lors d’un vote à huis clos.

Membre du Front National Algérien (FNA), une petite formation qui ne fait pas partie de la majorité, Mohamed Bekhadra avait été élu député de la communauté algérienne à l’étranger dans la circonscription de Marseille, lors des élections législatives de juin 2021. 

Citant un rapport de la commission juridique du Parlement, des médias locaux avaient rapporté en avril que Mohamed Bekhadra avait servi dans la Légion étrangère et combattu dans plusieurs pays d’Afrique du Sahel au nom de la France avant d’être naturalisé français en 2006.

Le rapport, que l’AFP a pu consulter, conclut que le député «n’était pas qualifié pour se porter candidat» aux élections. Selon le texte, «le fait que le député ait reconnu avoir servi au sein d’une armée étrangère avec rang de caporal» signifie que sa «loyauté va vers un État étranger». 

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, Mohamed Bekhadra s’est défendu de toute infraction. «On ne peut pas me déchoir de mon mandat simplement parce que j’ai servi comme infirmier militaire avec un contrat de courte durée au sein d’une armée étrangère», a-t-il déclaré. «J’ai tourné cette page il y a 15 ans, je n’ai pas trahi mon pays car aucune loi ne prohibe ce que j’ai fait.»

Mohamed Bekhadra, 50 ans, affirme avoir rejoint la Légion étrangère à l’âge de 29 ans «par nécessité impérieuse pour ne pas être expulsé car j’étais immigré clandestin». La Légion étrangère est une unité d’élite de l’armée française de plus de 9000 hommes, que peuvent rejoindre des engagés de 17 à 39 ans venus du monde entier. Après plusieurs années, ou au nom du «sang versé» au combat, les «képis blancs» peuvent devenir français.

Depuis les révélations sur son passé, Mohamed Bekhadra s’était retrouvé dans une position intenable, son service au sein d’une unité de l’armée de l’ancienne puissance coloniale étant très mal vu en Algérie. Soixante ans après l’indépendance de l’Algérie, le «dossier mémoriel» demeure en effet une source de crispations entre les deux pays.

Paris s’emploie à tord de renouer la relation avec Alger, après une crise alimentée par des propos du président Emmanuel Macron en octobre, reprochant au système «politico-militaire» algérien d’entretenir une «rente mémorielle» autour de la guerre d’indépendance de l’Algérie.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.