Le face à face prévu par Gérard Colomb : la preuve par Frejeville !

0
46

Quelques mois après le drame de Crépol (Drôme) qui avaient coûté la vie au jeune Thomas dans la nuit du 18 au 19 novembre dernier, c’est une nouvelle fête de village qui a été le théâtre d’affrontements. Une vidéo, dont le contexte précis n’est pas encore connu, a été amplement relayée par des personnalités et militants du RN et de Reconquête. Et sur les images on peut voir un groupe de jeunes arborant un drapeau algérien faisant face à une foule compacte entonnant l’hymne national.

Il y a 1 semaine, à 30 km de Crepol à #Murinais (38) : un homme de 24 ans était lynché par une bande ethnique venue de Romans sur Isère lors d’un bal des Jeunes Agriculteurs. Les jeunes de cité accusent les agriculteurs de les avoir agressés et d’avoir tenus des propos racistes !

Le week-end dernier, à Samatan (32), une fête d’anniversaire a failli tourner au drame du fait de l’expulsion de personnes non invitées qui voulaient s’incruster dans la fête.

Selon le descriptif de la vidéo publiée par le collectif Livre Noir, l’incident aurait eu lieu lors d’une fête de village organisée dans la bourgade de Fréjeville dans le Tarn.

La tête de liste Reconquête aux européennes, Marion Maréchal, a commenté la vidéo sur son compte X. « Face à face : des racailles qui se comportent en conquérants et brandissent leur drapeau étranger, et une jeunesse fièrement française qui a décidé de ne plus baisser les yeux », a-t-elle écrit.

Le spectre de Crépol

Cet incident intervient dans un contexte particulier pour la France rurale. Six mois après la mort de Thomas, le village de Crépol (Drôme), où a eu lieu le bal durant lequel le jeune Thomas a été poignardé à mort, a organisé son habituelle fête ce week-end. Les festivités ont pris la forme d’un hommage à sa mémoire. « En hommage aux victimes du bal de Crépol, nous porterons un brassard blanc », pouvait-on ainsi notamment lire sur un panneau

Pour rappel, Thomas Perotto avait été attaqué un soir de novembre 2022, lors d’un bal d’hiver organisé par le comité des fêtes de Crépol. De violents affrontements, dont le motif raciste antiblanc a été attesté, étaient survenus entre un groupe de jeunes de Crépol, dont il faisait partie, et un second de Romans-sur-Isère, qui n’était pas inscrit à la soirée. L’affaire avait largement dépassé ce village drômois de 500 âmes et soulevé une vague d’émotion nationale.

 

Il y aura bien sûr des aveugles aux yeux « grand fermés » qui penseront qu’il ne s’agit que de fait divers , mais le bon sens nous amène à y voir des faits de société, et deux peuples qui ne peuvent plus vivre ensemble mais face à face.

Il ne reste plus qu’une étincelle finale pour que des autochtones, qui ont fait preuve d’une patience extraordinaire, ne se rebiffent.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.