Le RER métropolitain

0
155

Nouveau gros investissement prévu par Bordeaux métropole (en lien avec la SNCF, l’Etat et la région) le développement d’un « RER métropolitain ». l’expression est directement copiée du RER parisien. Le contenu n’est pas vraiment le même.

Partant du constat que les lignes de train autour de Bordeaux sont assez peu utilisées pour le transport local des voyageurs et que la Métropole est très embouteillée aux heures de pointe, les élus ont décidé d’améliorer l’offre de transport public en utilisant les lignes SNCF. Effectivement, ces lignes existent, même si certaines d’entre-elles ont été supprimées pour des questions de rentabilité…

Mais ces idées toutes simples et qui semblent marquées par le bon sens ne le sont pas vraiment.

Les réticences de la SNCF

La SNCF ne s’est pas montrée enthousiaste vis à vis de ce projet. En cause, les problèmes de rentabilité, et l’état réel de ces voies. Pour augmenter le trafic ou pour faire passer des voyageurs sur certains tronçon, il faut faire des investissements importants. Idem pour le matériel roulant, la signalisation, les aménagements des gares etc… Il s’agit de centaines de millions d’€. Qui paiera ? Quelle sera la rentabilité ? Les spécialistes de la SNCF sont réticents. C’est mauvais signe. Ils devraient être les premiers intéressés !

Un petit mensonge.

L’appellation « RER » est un peu mensongère. Elle sous entend qu’il s’agirait d’un Réseau, dédié au transport Express. Or, de nouveau réseau, il n’est pas question, puisque, justement, il s’agit d’utiliser l’existant. Le débit et le cadencement seront donc limités, en effet, sur les mêmes voies rouleront des trains de voyageurs avec des impératifs liés à un service très particulier concentré aux heures de pointe et des trains classiques dont des trains de marchandise… Il ne pourra pas s’agir d’un réseau spécialisé. L’appellation RER est mensongère, c’est un slogan électoral. Mais ce n’est pas la seule difficulté. Les lignes existent, c’est vrai, et elles sont étendues, mais elle ne suivent pas les zones les plus denses en population. Et c’est normal. Cette réalité va limiter le service offert. Enfin, la région bordelaise n’est pas la région parisienne. La quantité de population à transporter n’est pas la même, pourtant le prix de la construction et de l’entretien des voies est proche.

Trois lignes prévues.

Il existe un consensus chez les candidats aux prochaines élections en faveur de ce projet de RER métropolitain. C’est la faiblesse de la démocratie. L’idée paraît de bon sens et elle est partagée par les électeurs. Personne ne voit le coût de l’affaire, ni le rapport entre ce coût et le service rendu… Alors, si les électeurs le veulent… Il s’agira d’une ligne nord-sud de Saint Marien à Langon en passant par la gare Saint Jean, et d’une ligne Est-Ouest de Libourne à Arcachon, en passnt par la gare Saint Jean. Et enfin d’une ligne en partie circulaire de Macau jusqu’à la gare Saint jean. Des trains circulent déjà selon le principe RER. Et l’examen des fréquentations de ces trains qui ne font que s’arrêter quelques minutes à la gare Saint Jean, montre que le principe de liaisons directes « comme le RER parisien » ne répond pas à un besoin… Les passagers qui ne descendent pas gare Saint Jean sont rares.

L’argent des autres.

Allons-nous vers un échec du type « Triangle des Echoppes » à Pessac ? Rappelons que cet investissement ferroviaire pessacais, de 33 millions d’€, a dégradé le service et fait baisser l’utilisation du train… En tout cas, ce qui est certain, au vu du montant de l’investissement prévu, c’est que la rentabilité ne sera jamais au rendez-vous. Nous allons vers un gros gaspillage d’argent. Pas grave, c’est de l’argent public.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.