Législatives : pas forcement le chaos, mais pire. Analyse de Roland Hureaux.

0
66
DDM MARC SALVET PREMIER CONSEIL MUNICIPAL APRES LA REELECTION DE JEAN MARC VAYSSOUZE MAIRE DE CAHORS PORTRAIT TROMBINOSCOPE DES NOUVEAUX CONSEILLERS MUNICIPAUX CONSEILLER MUNICIPAL ROLAND HUREAUX UMP

Européennes : grande victoire du Rassemblement national ; Législatives : grande défaite du   Rassemblement national !

Le parti de Marine Le Pen a pourtant engrangé le 7 juillet plus qu’il ne l’avait jamais fait  , soit  8,7 millions de voix (37, 2 % ) , plus qu’aux européennes, –  7,8 millions de voix ( 32,5 %) . Hors  présidentielles,  c’est un record absolu qui marque une nouvelle progression de ce parti . Ce   résultat ne lui vaut cependant que 143 députés ( dont 17 venus des Républicains  derrière Ciotti), soit beaucoup moins qu’il ne l ‘espérait et elle laisse le beau rôle  au Nouveau Front populaire qui arrive en tête.

Comment passer du succès au revers avec un nombre de voix en hausse ? L’explication est dans le mode de scrutin,   proportionnel aux européennes,  uninominal à deux tours aux législatives.

N’y voyons nulle entourloupe  : ce mode de scrutin favorise les grands  partis  au détriment des petits  et surtout ceux qui regroupent leurs forces, comme l’a fait in extremis le Nouveau Front populaire et comme l‘ont fait par un accord de désistement réciproque  ce dernier et les macroniens d’Ensemble.   Une union à deux étages en quelque sorte.  Le RN  a beaucoup pâti de n’avoir pas  d’alliés  ou de proches  sauf des petits partis comme Reconquête d’ Eric  Zemmour dont les électeurs ont, suppose-t-on,  voté pour lui  au second tour.

Le scrutin uninominal à deux tours peut légitimement  susciter une frustration quand on sait  qu’avec  le système anglais à  un tour, en usage au Royaume-Uni,  le RN aurait , avec les mêmes voix, obtenu  la majorité absolue.  Mais un retour à la proportionnelle n’arrangerait rien.   C’est dans le cadre de la proportionnelle  qu’avait eu lieu en 1950 une tromperie  bien pire , le système des apparentements[1],  en vue d’écarter le général de Gaulle du pouvoir .

Le résultat  de ces élections conduit-il au chaos ? Ce n’est pas sûr.  Il n’ira pas pour autant dans le sens des intérêts  de la France . Il repose sur une alliance  discrète de Macron et  de Mélenchon qui ,  contrairement à ce que laisse supposer leur image publique,  sont plus proches que  l’on ne croit .

En politique intérieure , ils ont des vues identiques   sur plusieurs  sujets essentiels :

  • Ouvrir encore plus la France à l’immigration de masse ;
  • Poursuivre les réformes sociétales transgressives , comme l’ euthanasie qui était sur le point d’être votée au moment de dissolution. Ces réformes sont en rupture avec un héritage chrétien que l’un et l‘autre ( et pas moins Macron, n’en déplaise aux lecteurs de La Croix ! ) détestent.
  • Elargir sans scrupules les déficits publics.
  • Poursuivre la « stratégie du chaos » en matière d’ordre public, toujours prompts l’un et l’autre à favoriser la sévérité vis-à-vis des forces de l’ordre et la mansuétude vis-à-vis des délinquants.
  • Ajoutons qu’en fidèles du mondialisme à la Davos, ni l’un ni l’autre n’aura de scrupules à imposer encore plus les classes moyennes. En supprimant l’ISF, Macron n’a ménagé que les  grandes fortunes .

En politique internationale, par contre,  leurs vues diffèrent sensiblement, sur  Gaza et peut-être sur l’Ukraine. Mais s’agit-il de convictions ou de poses ?  Si l’OTAN ne les leur  dicte pas, ils  sauront  bien trouver des compromis. Peu idéalistes l’un comme  l’autre, ils savent bien qu’on n’accède pas au pouvoir  sans compromis.  Mélenchon est cependant  le plus rassurant face au risque de guerre.

Ce qui est à craindre en définitive , c’est  un gouvernement à l’espagnol : coalition allant du centre-gauche  à l’extrême gauche où cette dernière donne le ton.

On sera étonné de ces convergences , mais cessons de  penser , comme on se le figure dans les beaux quartiers, que Macron est un centriste ; hormis le soin des plus  fortunés, toutes ses positions sont à l’extrême gauche. Ce qui caractérise notre époque ,  que très peu comprennent, c’est le passage à l’extrême gauche de la partie la plus engagée  du grand capital international ( Bill Gates, Warren Buffet, George Soros , Jeff Bezos et  d’autres [2]). Eux seuls sont assez puissants pour imposer l’idéologie woke qui est  la leur à tout l’Occident. Ils n’y arrivent pas dans le reste du monde et c’est peut-être pourquoi nous avons une guerre. De cette  gauche qui domine le monde , Macron est le parfait représentant et Mélenchon ne s’ est à notre connaissance jamais distancié.

La seule empoignade qu’il faille attendre de cette alliance est le partage des prébendes , déjà en cours .

La seule chose qu’il faille redouter,  ce n’est pas le chaos , c’est qu’ils ne s’accordent que trop bien pour détruire encore plus la France.

Roland HUREAUX

[1] Les partis qui se disaient apparentés pouvaient additionner leurs voix pour compter leur sièges .

[2] Sauf Elon Musk

Originaire des Landes, Roland Hureaux a intégré l’Ecole Normale Supérieure et l’ENA après des études supérieures à Bordeaux . Il a occupé en début de carrière des postes variés : corps préfectoral , corps diplomatique, DATAR, professeur associé à la Faculté de droit de Toulouse et Cour des Comptes à la fin. Il a surtout été en 1994-1995 membre du cabinet de Philippe Seguin à la présidence de l’Assemblée Nationale.

Il a écrit de nombreux pamphlets politiques : Pour en finir avec la droite (Gallimard), Les hauteurs béantes de l’Europe (FX de Guibert), Les nouveaux féodaux (Gallimard) , La grande démolition – La France cassée par les réformes (Buchet-Chastel), et plus récemment : Les gilets jaunes ont raison (L’Harmattan), L’homme qui n’aimait pas la France (Editions de Paris) et Le GREAT RESET n’aura pas lieu (L’Harmattan).

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.