Les députés de gironde demandent des centrales nucléaires !

0
117

Gironde : dix parlementaires demandent des nouveaux EPR sur la centrale nucléaire du Blayais. Une dizaine d’élus girondins ont envoyé un courrier à la première ministre Élisabeth Borne pour demander le soutien de l’État dans ce projet.

La centrale nucléaire du Blayais, l’une des plus anciennes de France encore en activité, pourrait-elle accueillir deux nouveaux réacteurs de type EPR 2 ? C’est ce que demandent une dizaine de députés et sénateurs girondins à la première ministre Élisabeth Borne, dans un courrier daté du 18 novembre 2022. Un projet ambitieux pour une centrale nucléaire vieillissante qui joue actuellement son avenir.

Située à Braud-et-Saint-Louis (Gironde), la centrale nucléaire du Blayais couvre 65% des besoins en électricité de la région et a produit l’équivalent de 5,6% de la production nucléaire française en 2021, indique EDF. Mais sur ses quatre réacteurs, seuls trois sont actuellement en activité. Entre mai et septembre 2022, le troisième était en maintenance. Le premier réacteur est quant à lui stoppé dans le cadre d’une visite décennale, qui doit déterminer s’il peut fonctionner dix ans de plus. Entre 2023 et 2025, les trois autres réacteurs feront l’objet du même examen approfondi.

28 maires en faveur des nouveaux EPR2

Issus de La République en Marche (Thomas Cazenave, Florent Boudié, Éric Poulliat, Véronique Hammerer, Pascal Lavergne, Sophie Panonacle), du MoDem (Alain Cazabonne, Sophie Mette, Frédéric Zgainski), mais également du Parti radical (Nathalie Delattre) et des Républicains (Florence Lassarade), ces élus girondins estiment que «le site industriel de Braud-et-Saint-Louis possède tous les atouts pour accueillir de nouvelles installations électronucléaires», à savoir «très faible densité de population dans un rayon 5 kilomètres, disponibilité foncière, source froide et réseau de distribution». Ils ajoutent que «28 maires issus des quatre communautés de communes de Haute Gironde soutiennent l’accueil de nouveaux réacteurs EPR2».

Estimant que «la transition énergétique ne pourra se faire sans le nucléaire», les parlementaires évoquent l’annonce du président de la République de construire six EPR de nouvelle génération, et «possiblement 8 autres en option». Selon ces élus, si la centrale du Blayais ne figure pas d’ici la fin de l’année parmi «la liste des sites sur lesquels seront menées des études de sols pour l’implantation des 8 réacteurs supplémentaires», elle aurait «peu de chances d’accueillir d’ici 2040 une paire de nouveaux réacteurs EPR2».

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.