Les joies du vivre ensemble : le viol « amical »

0
454

Anvers (Belgique) : un “sympathique” réfugié yéménite jugé pour avoir violé deux jeunes étudiantes de 20 et 21 ans. “Je n’ai fait que répondre à leurs besoins”, clame l’accusé

Le ministère public a requis 40 mois d’emprisonnement une peine scandaleuse pour le viol présumé de deux étudiantes néerlandaises en stage dans une organisation sans but lucratif d’Anvers. L’infraction a eu lieu après une fête avec beaucoup d’alcool.

L’histoire commence lorsque les étudiantes néerlandaises D. (20 ans) et M. (21 ans) commencent leur stage dans l’organisation à but non lucratif. Au cours de leur stage, les filles font la connaissance d’Ibrahim, un réfugié qui travaille pour l’organisation en tant que concepteur web. Les filles vivent dans des cités à Anvers et après le travail, elles se retrouvent parfois chez Ibrahim. “Nous étions amis”, a expliqué M. hier.

Les jeunes filles affirment que leur sympathique collègue Ibrahim a profité de leur état d’ébriété pour les violer. Le procureur général trouve ces déclarations crédibles. “Vu leur état d’ébriété, D. et M. ne pouvaient tout simplement pas donner leur consentement”, a déclaré Maître Sanne De Clerck.

“Et quand Ibrahim a fait des avances pendant la fête, il a été rejeté. Ibrahim a privé ces jeunes femmes de leur virginité. Elles étaient couvertes de sang après les faits

Ibrahim O. a déclaré à la police qu’il ne les avait pas violées, car il n’avait pas éjaculé. “Mais ce n’est pas vrai non plus”, a déclaré l’accusation. “On a trouvé des traces de sperme sur le slip d’une des filles. Et l’enquête a montré que le sperme appartenait à l’accusé.”

Lorsque Ibrahim O. lui-même a pris la parole, c’en était trop pour les victimes. Elles ont fui la salle d’audience lorsqu’elles ont entendu Ibrahim raconter au juge comment il avait eu des relations sexuelles avec les deux filles. Mais je n’ai fait que répondre à leurs besoins. Je n’ai jamais blessé une femme de ma vie, ni au Yémen, ni en Belgique. Je suis une bonne personne.

La victime M. a puisé dans ses dernières forces pour s’adresser à la cour. “Depuis ce jour, tout est différent dans ma vie. J’ai l’impression de devoir tout recommencer. J’ai perdu ma confiance en tout le monde, j’ai perdu ma confiance en moi-même. J’ai tout le temps peur de donner de mauvais signaux. Ma vie devrait être colorée, mais depuis cette nuit-là, tout est gris dans ma vie. Et dire que je pensais que nous étions amis.”

Source : Nieuwsblad

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.