Les mauvaises fréquentations du député Carlos Bilongo

0
106

Carlos Martens Bilongo, nouvelle idole de l’extrême gauche victimaire, navigue dans des eaux bien troubles. Ses accointances avec des figures anti-sémites et partisanes de l’islam ont été dévoilées ces derniers jours.

Encore un article bien documenté sur Causeur !


L’Assemblée nationale choisit bien mal ses martyrs.

Elle a, sur la base d’une émotion surjouée, crée par un mensonge, exclu temporairement le député Rassemblement National, Grégoire de Fournas. Celui-ci s’était exclamé « Qu’ils retournent en Afrique », alors que le député La France insoumise Carlos Bilongo évoquait l’accueil de bateaux chargés de migrants illégaux. Avant que le verbatim retranscrit par les huissiers ne confirme cette version, toute la classe politique a prétexté entendre « Retourne en Afrique ».

Grégoire de Fournas a dès lors été cloué au pilori, et Bilongo béatifié. En termes d’antiracisme, ce dernier n’est pourtant rien d’autre qu’un tartuffe. En sus d’être un martyr de pacotille, il se révèle être un vrai sympathisant de l’islamisme et du palestinisme radical.

Il a notamment affiché son soutien au terroriste franco-palestinien Salah Hamouri, condamné pour tentative de meurtre sur l’ancien grand rabbin d’Israël. Ce prisonnier est membre du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), groupe terroriste classé sur la liste noire de l’Union européenne.

Liaison avec  l’organisateur d’une manifestation antisémite

Mais ce n’est pas tout. François Puponi, ancien maire de Sarcelles a exhumé une vidéo dans laquelle on voit le député La France insoumise en compagnie de son ami Nabil Koskossy. Celui-ci organisa en juillet 2014 une manifestation pro-palestinienne illégale à Sarcelles qui dégénéra en émeutes antijuives. Une synagogue avait été attaquée, des pharmacies juives et une épicerie casher brûlées. Une relation plus qu’honorable !

Proximité avec le réseau islamiste turque Mili Gorus

En octobre dernier, l’élu du Val d’Oise a participé au marché de bienfaisance de la Confédération islamique de Milî Görüs de Sarcelles. Cette mouvance islamique turque adhère « à une vision suprémaciste-conquérante anti-occidentale inspirée des Frères musulmans et des grandes confréries islamistes turques nostalgiques du Califat ottoman », selon le géopolitologue Alexandre Del Valle.  Dans son manifeste publié en 1969, elle appelle à rejeter catégoriquement les valeurs laïques «occidentales» et à s’opposer à toutes les idées économiques et politiques «infidèles».

Son ADN idéologique étant radical, elle a bien sûr refusé de signer la Charte des principes de l’Islam de France. Son site web propose les livres d’auteurs tels que Hassan al Banna, le créateur des Frères musulmans, ou encore Youssef Al Qardaoui, auteur de fatwas condamnant à mort apostats, blasphémateurs, juifs et homosexuels… Quant au quotidien turc Mili Gazette, média casi officiel de Mili Gorus, il prône par l’intermédiaire de son rédacteur en chef, le djihad.

Au lieu de tirer à balles perdues sur le racisme fictif de Grégoire de Fournas, l’Assemblée nationale devrait plutôt s’inquiéter de l’entourage de Carlos Bilongo !

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.