Martyrs chrétiens vs martyrs musulmans : pourquoi ils n’ont rien à voir !

0
30
Oui! Nous aimons la vie …
Hier après-midi, Idriss Sihamedi, président de la très controversée association “humanitaire” BarakaCity, a publié un communiqué sur Twitter qui n’a pas laissé les internautes indifférents… Revenant sur le triste épisode du massacre de Christchurch de 2019, attentat d’extrême droite commis en Nouvelle-Zélande par Brenton Tarrant, partisan de la théorie du “grand remplacement”, il a commenté : « L’attentat de Christchurch est l’œuvre d’une personne ayant tiré avec des idéologies française. […] Des cellules dormantes en France n’ont pas le courage de tirer une balle. Mais quand ils auront le grain de folie, vous, moi, nous serons directement ciblés. »

Non content d’avoir émis cette mise en garde des plus dramatiques, Sihamedi a poursuivi son propos avec une phrase qui a fait date : « Personne, ni même les lois, pourront enlever cette croyance, cette idée,que mourir martyr est la plus belle chose dans la vie d’un croyant », a écrit l’islamiste. Avant d’ajouter : « C’est ce qui nous diffère d’eux : aimer la mort comme ils aiment la vie. »

Réaction indignées sur Tweeter
Très rapidement après la publication de ce tweet douteux, des torrents de réactions indignées ont inondé la Twittosphère.
Zineb El Rhazoui, journaliste et ardent défenseur de la laïcité, n’a pas mâché ses mots : « Le président d’une association de droit français, BarakaCity, fait tranquillement l’apologie du terrorisme sur Twitter. “Nous”, c’est les terroristes, et “ils”, ce sont les Français. » Cette dernière a sèchement conclu son propos sur une note offensive : « Nous ne pouvons pas tolérer ce genre de propos dans notre pays. »

De son côté, Raphaël Enthoven, philosophe, n’a pas hésité à lourdement critiquer les diatribes de Sihamedi : « Ceci est un appel au crime. Et une justification, à l’avance, du prochain attentat islamiste. » Le ton est donné.

Les commentaires posent un vrai débat
Fait étonnant : en commentaire de la publication, les internautes ne se sont pas noyés dans un flot d’insultes irraisonné et continu. Bien au contraire, ces derniers se sont engagés dans un débat sur la notion même de “martyr”. Déterminés à marquer la distinction entre les martyrs chrétiens et musulmans, certains tweetos ont tenu à rappeler les fondamentaux : « Dans les deux cas, il s’agit bien de témoigner de sa foi, a d’abord reconnu un internaute. Mais le martyr chrétien en témoigne en refusant d’abjurer, jusqu’à être tué par son persécuteur. Tandis que le martyr musulman le fait en combattant pour imposer [sa foi], jusqu’à mourir les armes à la main. »

Plus bas, un autre commentateur, moins mesuré que son prédécesseur, a tranché plus nettement encore : « Les martyrs chrétiens mouraient plutôt que de trahir leur foi. Vous, vous tuez les autres pour imposer la vôtre. En résumé : des siècles de retard. » S’il est certain que la remarque de ce dernier internaute ne manque pas de franchise, force est de constater que la comparaison entre la foi inébranlable d’un père Hamel, prêtre de Saint-Étienne-du-Rouvray assassiné par un djihadiste, et la folie meurtrière de son bourreau semble tout à fait aberrante, voire abjecte.

Comme Claude Adrien Helvétius l’aurait dit au sujet d’Idriss Sihamedi : « La vertu a bien des prédicateurs et peu de martyrs. »

VA

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.