Médecins en grève une semaine !!!

0
176

Médecins libéraux : un mouvement de « grève dure » dès lundi.

Le collectif Médecins pour demain et plusieurs syndicats de la profession derrière cette gronde des médecins libéraux souhaitent que la grève s’inscrive dans le temps.

Une consultation chez un médecin généraliste comme celle-ci pourrait devenir compliquée à trouver au lendemain du week-end de Noël, en raison d’un mouvement de grève important chez les médecins libéraux.

Suite à un premier mouvement de grève largement suivi au début du mois de décembre, la colère des médecins libéraux ne retombe pas et ils s’apprêtent même à cesser de travail dès ce lundi 26 décembre, au lendemain du week-end de Noël.

À en croire le collectif Médecins pour demain, déjà à l’initiative du mouvement de grève observé les 1er et 2 décembre dernier, une opération similaire va voir le jour dès ce lundi en France et pour une semaine au moins, en raison de la dégradation de leurs conditions de travail, à laquelle vient s’ajouter la politique menée par le gouvernement concernant l’accès aux soins.

« Deux jours de grève n’ont pas suffi à prouver que la France entière a besoin de nous, les médecins de ville ! On s’en doutait… mais nous ne nous arrêterons pas là cette fois », indique le communiqué partagé par le collectif Médecins pour demain sur Instagram depuis le 17 décembre. « Pour nous faire entendre, rejoignez-nous, chers confrères, dans la grève dure qui débute le 26 décembre 2022 », pour une semaine avec reconduction possible, annonce le collectif rassemblant plus de 15 000 médecins sur sa page Facebook.

COMMUNIQUÉ DES MÉDECINS

⚠️⚠️⚠️ Des années que nous donnons TOUT sans jamais aucune reconnaissance ni revalorisation.

Au contraire, nos conditions de travail se dégradent de plus en plus … 

Nous devons faire face à une charge de travail toujours plus importante, avec beaucoup d’administratif inutile. 

Nous devons composer avec l’oppression du « tout tout de suite », les manques de respect et l’agressivité croissante de cette société. 

Ce n’est pas à nous de subir les erreurs de gestion de nos politiques en nous faisant exploiter et traîner dans la boue encore et encore ! Avant d’être médecins, nous sommes avant tout des êtres humains. Et on s’étonne que les médecins libéraux soient en voie de disparition …

Deux jours de grève n’ont pas suffi à prouver que la France entière a besoin de nous, les médecins de ville ! On s’en doutait … mais nous ne nous arrêterons pas là cette fois. 

Pour nous faire entendre, rejoignez-nous, chers confrères, dans la grève dure qui débute le 26 décembre 2022.

Une semaine reconductible, qu’est ce que c’est dans toute une carrière si cela nous permet d’avoir ensuite des meilleures conditions et éviter la mort de la médecine libérale ? 

Faisons cet effort collectif ensemble ! Nous comptons sur vous ! Sans vous, nous n’y arriverons pas ! 

Pour une fois, prouvons à tout le monde que nous sommes solidaires et bien décidés à arrêter de se laisser maltraiter !

Derrière la colère de ces médecins libéraux, dont près de 70 % avaient suivi le premier mouvement de grève en début de mois, se cachent des revendications concernant une « charge de travail toujours plus importante », à laquelle vient s’ajouter « beaucoup d’administratif inutile ».

« Ce n’est pas à nous de subir les erreurs de gestion de nos politiques en nous faisant exploiter et traîner dans la boue encore et encore ! Avant d’être médecins, nous sommes avant tout des êtres humains. Et on s’étonne que les médecins libéraux soient en voie de disparition … », peut-on également lire dans le communiqué de Médecins pour demain.

« Des années que nous donnons tout sans jamais aucune reconnaissance ni revalorisation » tarifaire des consultations, regrette encore le collectif de médecins français qui milite pour la revalorisation du tarif de consultation de 25 euros à 50 euros.

Les revendications des médecins libéraux concernent également la facturation des rendez-vous non honorés ainsi que le manque cruel de moyens dans les déserts médicaux, sans oublier l’instauration d’une quatrième année d’internat en médecine générale, validée lors du vote du récent projet de loi de financement de la sécurité sociale.

Une accumulation insoutenable qui devrait donc se traduire par une fermeture des cabinets de généralistes dès ce lundi, les médecins libéraux ne pouvant techniquement pas faire grève. Reste désormais à savoir si le mouvement sera globalement suivi au moment où une triple épidémie hivernale de Covid-19, de bronchiolite et de grippe pèse de tout son poids sur des services d’urgences déjà saturés

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.