Meurtres de l’islam et réduction au néant des victimes.

0
257

Dans l’actualité sur les attentats islamiques, une chose semble avoir échappé totalement aux observateurs, et sa signification est inquiétante.

En effet, si le nom et la personne de Samuel Paty ont été, à juste titre, largement mis en avant par des photos et de très nombreuses références biographiques, les noms, les photos, les biographies des 3 personnes assassinées à Nice sont quasi totalement ignorés par les médias.

J’ai cherché dans la presse et j’ai trouvé au mieux:

  • Une femme de 70 ans
  • Vincent L , 55 ans sacristain
  • Une femme de 44 ans, brésilienne

Pas de photo, ni de nom et une discrétion suspecte de la presse nationale et de nos politiques.

Les voici, afin d’honorer leur mémoire :

Vincent Loquès le sacristain, 55 ans
Nadine Devillers, 60 ans
Simone Barreto Silva, 44 ans , aide soignante

Cette néantisation des victimes n’est pas nouvelle bien sûr, elle est même une constante dans tous les « faits divers », notamment dus à l’activité de racailles CPF (chances pour la France), dont on ne donne pas les noms également pour des raisons bien connues mais différentes.

Mais il me semble que la différence de traitement médiatique sur des faits similaires et rapprochés est particulièrement problématique.

Deux interprétations possibles :

  • Un mort catho vaut moins qu’un professeur.
  • Après s’être laissé déborder par l’émotion populaire dans le premier cas, le système a de nouveau verrouillé la communication.

En effet,  montrer la photo d’une victime et décrire sa vie est tout d’abord un hommage indispensable et une reconnaissance de son existence en tant qu’humain et que personne.

Anéantir la victime dans l’anonymat est de toute façon un moyen d’édulcorer la guerre qui nous a été déclarée, et ce n’est pas en « édul-coran (t) »qu’on pourra gagner cette guerre.

Samuel Paty, par la personnalisation de son assassinat, n’est pas mort pour rien (je l’espère en tous cas)

J’ai peur que nos 3 morts de Nice, eux, soient morts pour rien. Les cathos à la mode conciliaire, super conciliants, partisans d’un dialogue inter religieux que l’interlocuteur musulman  pour sa part ne désire pas,  ont fait leur numéro de « vous n’aurez pas ma haine ».

Comme pour l’Europe ou le communisme, quand ça ne marche pas c’est parce qu’il n’y a pas assez d’Europe ou de communisme. Ici c’est parce qu’il faut développer encore plus le  dialogue interreligieux disent-ils.

Quant aux « responsables musulmans » l’imam de Nice a montré un extrait chimiquement pur de taqiya et, évidemment, cepasalislam.

Ça y est le jeu de rôle habituel est en place, la farce continue, « show must go on » !

Ces cathos d’ailleurs pratiquent une religion qui n’est plus catholique. Chesterton, grand écrivain catholique, disait « le monde est plein d’idées chrétiennes devenues folles ».

En effet, il ne s’agit pas ici de haine mais de justice, et la doctrine parle bien d’une vertu de force nécessaire pour rétablir la justice qui, sans elle, est inopérante.

« La vertu de force « supporte et repousse les assauts et les périls extrêmes dans lesquels il est le plus difficile de rester ferme ». « La force inclut la résistance à un monde extérieur ennemi ou à un autrui antagoniste qui attaque l’être humain en sa réalité propre. » « (…). Du fait que l’acte principal de la force soit de résister, il ne faudrait pas conclure qu’il consiste uniquement dans la défensive (…). La vertu de force implique secondairement, mais nécessairement, l’attaque. » (St Thomas d’Aquin)

Eh François !  « fratelli tutti », tout le monde il est beau, on ne t’a pas entendu sur le coup, toi qui parles à tort et à travers !

Alain de Peretti

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.