Nous, les mâles blancs avions pour mission de protéger nos femmes et nos filles !

0
108
TRIBUNE LIBRE de François Galvaire 


Comme nous étions des mâles nous savions les dangers que d'autres mâles pouvaient représenter.
Alors certes nous ne voilions pas nos femmes, ne les enfermions pas à la maison et avons même partagé les tâches ménagères à partir du moment où elles découvrirent le bonheur d'aller trimer en usine plutôt que d'élever nos enfants.
Mais pour le moins nous éduquions nos filles. Nous tentions de leur apprendre la pudeur et le respect d'elles-mêmes, et de leur expliquer qu'il y a des femmes comme il faut et des femmes comme il en faut... 

Et qu'on épouse plutôt les premières que les secondes !
Certes nous merdions souvent, certes nous avions nos défauts, et nous n'avons pas été parfaits.
Mais nous mettions un point d'honneur à protéger celles que nous aimions par dessus tout.
Et puis le gauchisme est arrivé pour expliquer aux femmes qu'elles étaient opprimées par nous, qu'elles avaient tous les droits y compris celui de se faire du mal ou de traiter leur ventre comme un réservoir à foutre dont on pouvait abolir la fonction naturelle à coup d'avortement payés par la collectivité.
Elles pouvaient s'affranchir de toute morale puisque "mon corps, mon choix" et "j'ai bien le droit".
Bien entendu les vrais prédateurs en ont profité et ces maquereaux ont instrumentalisé cette prétendue liberté pour casser des tas de gamines un peu paumées, sans repères et élevées à coup de télé-réalité, en en faisant de bonnes gagneuses complètement détruites à 25 ans.
Beau progrès que voilà !
Mais bien entendu c'est encore la faute du patriarcat blanc si ta fille paye sa teuch sur Mym ou tourne sous exta dans des teufs de crasseux...

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.