Obsèques d’Elizabeth II : l’overdose !

0
258

Ce billet d’humeur n’est absolument pas motivé par une critique du personnage historique qu’est devenu la reine Elizabeth et ne prétend pas analyser son action passée.

Mais le retentissement planétaire et l’omniprésence du sujet sur les medias, occultant toute autre actualité pendant plus d’une semaine a de quoi interroger l’observateur de la scène politico médiatique.

La première constatation est le retentissement planétaire mais aussi dans notre France républicaine et laïque du décès d’une reine, certes sans pouvoir véritable et ayant atteint un âge normal pour quitter ce monde, mais chef de l’église anglicane donc d’un régime théocratique. La fascination que semblent éprouver les commentateurs permet de conclure que, décidément, le système monarchique a quand même de sacrés atouts pour une nation en terme d’unité, au moins apparente, nous l’analyserons plus loin.

La deuxième est que le sujet est devenu tellement envahissant qu’il est difficile de ne pas y voir une action concertée pour occulter les problèmes du moment et occuper du « temps de cerveau disponible ». Voir pendant plusieurs heures l’image fixe d’un avion militaire qui va décoller, assorti de bavardages creux valide cette hypothèse !

La troisième : On nous a abondamment montré les files d’attente interminables de citoyens anglais désirant rendre un dernier hommage à leur souveraine et c’est particulièrement poignant. Mais il ne vous aura pas échappé que la diversité en était absente, à quelques exceptions près. Or le Royaume Uni est gangréné par le multiculturalisme à tel point qu’on appelle Londres, dont le maire est musulman, le « Londonistan », que de nombreux quartiers sont maintenant régis par la charia avec des tribunaux islamiques, que des gangs de pakistanais ont pu pendant 10 ans prostituer de jeunes anglaises autochtones sans réaction des autorités paralysées par la peur d’être traitées de racistes.

C’est donc, en conclusion, un Royaume Uni qui n’existe plus qui a fait les choux gras des medias, englouti avec sa reine, et c’est sans doute cela qu’ont ressenti les anglais de souche car plus rien ne sera comme avant. C’est la fin d’un monde et on peut le comparer à ces astres morts dont la lumière nous parvient après leur disparition.

Même s’il s’agit de la Perfide Albion, notre ennemi héréditaire, nous ne pouvons qu’en ressentir une grande tristesse.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.