18.6 C
Bordeaux
jeudi 25 juillet 2024
Accueil Grand Remplacement Plan banlieues d’Elisabeth Borne: toujours le déni d’immigration !

Plan banlieues d’Elisabeth Borne: toujours le déni d’immigration !

0
264

Les émeutes du mois de juin ayant convaincu le gouvernement qu’il fallait faire quelque chose dans les banlieues, Elisabeth Borne a présenté son plan, le douzième si l’on compte bien depuis celui de Jacques Barrot en 1977, Giscard étant alors président. Les cent millions d’euros annoncés pour reconstruire ce qui a été détruit par les émeutiers s’ajouteront aux cent milliards investis en pure perte depuis quarante ans. Le détail des dépenses prévues par le premier ministre importe moins que l’erreur de diagnostic à l’origine de décisions constamment et structurellement inefficaces : les gouvernements successifs s’attachent toujours, en saupoudrant plus ou moins d’argent, à atténuer les symptômes du mal sans en désigner la cause : la politique d’immigration qu’ils ont eux-mêmes menée. Ce déni engendre des difficultés toujours croissantes et mène la France au bord de la guerre, dans un mouvement qui n’est pas sans rappeler le Kossovo, le Liban ou Israël.

Borne dans le déni : elle fait des banlieues un problème social

Le vocabulaire choisit montre la persistance des élites dirigeantes dans cette erreur volontaire. Elisabeth Borne a convoqué un « comité interministériel des villes » pour présenter son projet. Cela fait écho au plus connu des plans banlieues, celui de Bernard Tapie en 1992, expressément nommé « ministre de la Ville » par François Mitterrand à cette occasion. Aujourd’hui comme hier, tout se passe comme s’il s’agissait de vaincre « la misère urbaine », avec pour objectif politique de « résorber la fracture sociale » dont seraient victimes les « quartiers populaires » : après cela, le gouvernement se trouve face à une simple affaire d’économie assistée par la technocratie, il suffit d’augmenter crédits, subventions, zones franches et zones d’intervention prioritaires.

Les émeutes mettent la politique d’immigration en échec

Ce déni de réalité est étonnant : tout le monde a pu voir en direct les cibles préférées des émeutiers de juin, commissariats, pompiers, eau, gaz, électricité, écoles. L’ennemi était ainsi clairement désigné, c’était la France, et son Etat. Ce qui se devinait dès les premières rixes de Vaulx-en-Velin en 1979, et s’était nettement dessiné depuis, notamment par les émeutes de 2005, crève aujourd’hui les yeux : une guerre a lieu aujourd’hui en France, et ce n’est pas une guerre civile, c’est une guerre étrangère menée par des bandes qui, quels que soient leurs papiers d’identité, se sentent et se veulent étrangères. Des bandes ennemies de la république française. Un signe ne trompe pas : on a dû faire donner la troupe en juin pour calmer la situation, et ce n’est qu’un début.

Un déni systémique que la réalité dissipe, en Israël comme en France

Fait capital et remarquable, le gouvernement n’est pas seul à commettre l’erreur de diagnostic relevée, il n’est pas seul dans un déni portant sur la nature et les conséquences de l’immigration : l’opposition politique l’accompagne, et les syndicats, et les grandes entreprises, et les médias dans leur ensemble, et les autorités morales, religieuses et philosophiques – maçonniques : en d’autres termes, ce n’est pas un déni d’Etat, c’est un déni de Système. Tout le monde souhaite l’intégration (même si sur l’assimilation s’ouvrent des divergences) des nouvelles populations, tout le monde fait du vivre ensemble le modèle à suivre. Personne n’ose plus même demander si elles sont bien compatibles avec la France. Et cela au moment même où la terrible actualité d’Israël et de Gaza montre à la fois la volonté des juifs et des arabes musulmans de ne pas vivre ensemble et leur incapacité à le faire, leur incompatibilité morale et culturelle.

Le Kossovo, le Liban, montrent que l’islam trouve du soutien à l’Est comme à l’Ouest

C’est d’autant plus surprenant que cette incompatibilité, dont le Hamas et Tsahal donnent une image saisissante, était déjà assez facile à reconnaître par les exemples du Liban et du Kossovo. Les chrétiens du Liban, qui ont fait le pays par leur longue résistance historique et grâce à l’aide de la France, se sont laissé finalement envahir et déposséder, ils vivent aujourd’hui dans la peur et la précarité, dans un pays qui sombre dans la pauvreté et l’anarchie. Quant au Kossovo, berceau des Serbes, ceux-ci en ont été expulsés par les déplacements de populations opérés par le Croate communiste Tito, puis la croissance démographique des musulmans, aidés en fin de compte dans une guerre inique par l’OTAN. Contre les autochtones chrétiens, l’islam a trouvé chaque fois des soutiens internationaux tant à l’Est qu’à l’Ouest.

Pas de solution à deux Etats pour la banlieue française

Israël, qui conserve la supériorité militaire, garde, pour assurer le développement séparé de populations qui ne souhaitent pas vivre ensemble, la solution de deux Etats, encore qu’elle ne soit pas facile à mettre en œuvre. Mais la France en est privée. Elle ne peut se permettre de donner l’indépendance au Neuf Cube où se trouve la basilique de Saint Denis, comme la Serbie a lâché le Kossovo avec son Champ des Merles. La solution des deux Etats lui est interdite. Et dans la mesure où la situation internationale, les traités, les lois, le poids des médias et des groupes de pression, et la volonté générale des élites, excluent la remigration des populations massivement immigrées et massivement incompatibles avec la république française, quels sont l’état de la réflexion et la solution envisagée par le système ?

Le plan de l’arc-en-ciel : gouverner par le chaos

Autrement dit, à quoi joue Elisabeth Borne avec son énième plan banlieues ? Pourquoi refait-elle une nouvelle fois ce qui ne marche jamais ? Pourquoi fait-elle semblant de croire que l’hostilité de juin est née de la pauvreté ? Pourquoi, après vingt autres, s’acharne-t-elle à déguiser une guerre ethnique en problème social, selon le schéma qui plaît à la paresse intellectuelle des marxistes et des technocrates ? La réponse tient dans une constatation évidente : en 1991 (avant le plan Tapie), Giscard a reconnu qu’on était passé de « l’immigration » à « l’invasion », avec les difficultés sociales, morales, politiques, militaires, que cela suppose. Donc, aucun politique en France, Borne pas plus qu’une autre, n’ignore la réalité de l’invasion et la nature de la guerre provoquée en banlieue par l’immigration. Si tout le monde persiste, c’est précisément pour que cela continue. L’utilité du vivre ensemble, c’est qu’il ne marche pas. Le but n’est pas, bien sûr, l’islamisation de la France, mais la liquidation de l’ancienne France par l’islam et l’établissement d’un désordre durable – afin que l’empire arc-en-ciel puisse gouverner par le chaos.

Pauline Mille

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.