Planning familial intolérant

0
299

Gironde : le Planning familial refuse d’accueillir une députée du RN

Le Planning familial de Gironde refuse la venue d’une députée du RN

Le Planning familial de la Gironde n’a pas voulu ouvrir ses portes à la députée Edwige Diaz, à l’occasion d’une rencontre avec la ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes.

Ils ne sont pas prêts à dialoguer avec tout le monde. Ce jeudi, un rassemblement était organisé devant les locaux bordelais du Planning familial de la Gironde, recouverts trois fois en moins d’un mois de tags, que l’organisation impute à l’extrême droite. Une heure avant le rassemblement, une rencontre était organisée avec la ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, Isabelle Lonvis-Rome. Comme le veut l’usage républicain, tous les parlementaires locaux ont été invités. Mais le Planning familial en a refusé certains.

«Au moment où, après avoir pris mes dispositions afin de me rendre à cette visite, je me dirigeais vers la gare, le cabinet du Préfet m’a indiqué que la direction du Planning familial de la Gironde ne souhaitait pas que je participe à la délégation», fustige la députée Rassemblement national de Gironde, Edwige Diaz, dans un communiqué. Pour la parlementaire, sa présence sur place «aurait permis de matérialiser [son] indignation quant aux dégradations que les locaux du Planning familial de Gironde ont subies».

L’élue girondine rappelle être «très respectueuse de nos institutions» et «fermement opposée à toute forme de violence». Elle estime que sa venue à Bordeaux aurait permis d’expliciter la position du RN vis-à-vis du Planning familial. «Si le Rassemblement national condamne l’ultrapolitisation, le sectarisme flagrant et les dérives wokistes de cette association, il ne s’oppose pas, dans les collectivités territoriales au sein desquelles il siège partout en France, aux subventions qui lui sont allouées, dès lors que celles-ci ont vocation à apporter de l’aide aux personnes en situation de détresse».

Edwige Diaz martèle que les députés RN «ne sont pas des parlementaires de seconde zone» et juge inconcevable que la participation de certains élus aux délégations ministérielles «soit conditionnée au bon vouloir d’une minorité agissante et manifestement toute puissante». La députée estime que la ministre s’est «aplatie» devant un «chantage inacceptable» et entend bien «demander des comptes» à Isabelle Lonvis-Rome.

Le Planning familial de la Gironde a rapidement réagi, se fendant également d’un communiqué. Pour eux, «Mme Diaz a insisté pour assister à cette rencontre malgré [leur] refus, affirmant que son statut d’élue lui ouvrait toutes les portes». L’association explique ne pas souhaiter «recevoir dans ses locaux les députés d’un parti d’extrême droite prônant la haine et la régression des droits humains», jugeant que le RN «passe son temps à mettre en danger [leurs] actions, à remettre en cause [leurs] subventions, et à promouvoir une idéologie réactionnaire qui instrumentalise la cause des femmes à des fins racistes». Pour l’organisation, recevoir des membres du RN, «c’est cautionner, les cautionner, c’est préparer leur arrivée au pouvoir». Sans équivoque, le Planning familial de la Gironde précise qu’il n’acceptera «jamais de recevoir une députée RN» dans ses locaux. Scandaleux !

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.