Procès des attentats du 13 Novembre : cépaçalislam !

0
40

Je ne vais pas vous faire un compte-rendu journalistique du procès des attentats du 13 novembre 2015: des centaines de personnes le feront et mieux que moi. Ce procès « du siècle » ainsi que les evenements d’Afghanistan et la commémoration des attentats du 11 Septembre 2001 nous rappellent que le « corano-virus » est toujours à l’oeuvre et progresse avec l’islamisation de nos pays occidentaux, même si le coronavirus monopolise les esprits.

Mais personne ne vous dira au cours de ce procès qu’il s’agit dune guerre de civilisation et que l’islam après une période de faiblesse de 2 siècles a repris son objectif de conquête et de califat mondial!

L’accusé qui est dans le box ne s’y est pas trompé et il se définit d’abord et avant tout comme un « combattant de l’Etat islamique » et ne reconnaît comme seul Dieu qu’ Allah, et Mahomet est son prophète, selon la profession de foi de tous les musulmans. Cela n’aurait bien sûr rien à voir avec l’islam et cette question ne sera certainement jamais posée au cours des 9 mois de procès nous en prenons le pari.

Et les gazettes parlent de « provocation », montrant par là qu’elles n’ont rien compris, pensant qu’Abdelsam agit dans le cadre de notre logiciel européen. C’est un combattant qui a une foi, cette foi est identifiable, c’est l’islam le plus authentique!

Un spectacle désolant

Le spectacle de la justice est trop souvent désolant. Il est logique de s’énerver devant les images de parents d’une jeune fille venus au procès de son violeur et assassin, parfois serial killer, dans l’espoir et l’attente d’un signe ou d’un mot qui leur permettra de comprendre. Qu’est-ce que ces pauvres gens ne comprennent pas ? Qu’il y a des nuisibles, des prédateurs, des méchants ? Notre monde bisounours a du mal à concevoir cette triste réalité.

À leur place, on se demande plutôt s’il ne faudrait pas attendre la sortie du tueur pour le découper en morceaux et l’envoyer par Chronopost à sa veuve épousée en prison, comme l’une de ces foldingues qui s’amourachent des assassins, des « Carlos » ou des « Guy Georges ». En effet, Salah Abdeslam a reçu de nombreuses demandes en mariage…

C’est l’écho médiatique du procès Abdeslam qui pose problème avec  notre État de droit, complétement inadapté à la problématique du terrorisme et qui va donner une tribune extraordinaire à l’islam.

Joue-la comme Poutine

Lors du témoignage d’une victime du Bataclan, pas blessée physiquement mais psychologiquement, qui déclarait à qui voulait l’entendre (et aux autres aussi), que la musique l’avait aidée à survivre à son traumatisme on a pu mesurer cet aveuglement collectif. Des chansons qui adoucissent les mœurs et réparent les âmes sensibles plutôt que les couilles d’Abdeslam par Colissimo. Vous n’aurez pas ma haine et vous aurez en sus des cellules d’aide psychologiques, des marches blanches des peluches et des bougies.

Aujourd’hui, ce sont les mots de Salah Abdeslam, seul survivant du commando parce que seul chopé vivant, qui donnent des envies de steak tartare avec les barbares. Gonflé comme un melon, alors qu’il beneficie d’une cellule individuelle avec salle de sport privée, pension complète et menu hallal, pour faire le show à son procès, il déclare : « en prison, on traite les musulmans comme des chiens. » C’est vrai que les chiens sont maudits en islam, et le sort des prisonniers dans les pays musulmans est bien meilleur… Pauvres cabots comparés à des djihadistes ingrats alors que le chien qui mord, même une fois, même par instinct, même en état de légitime défense, ne finit pas sa vie en cage avec une gamelle, une litière, des prières et des soins vétérinaires. Il finit piqué, sans procès, sans avocats, sans experts et sans circonstances atténuantes. Et sans aboyer.

Tout ce cirque de baveux et de bavards nous fait regretter les méthodes de Poutine désirant poursuivre les terroristes « jusque dans les chiottes » et déclarant: « seul Dieu peut juger, et je suis là pour organiser la rencontre« . Pensons aussi à Golda Meir qui, pour venger les athlètes israéliens assassinés aux Jeux olympiques de Munich, avait chargé ses services de traquer les criminels palestiniens avec ce mot d’ordre : « Tuez-les tous ! ». 

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.