Robert Badinter a été un accompagnateur du désastre.!

0
243

Un hommage national à Robert Badinter pourquoi pas!? Mais dans la Vérité …

Il se vantait d’avoir fait voter l’abolition de la peine de mort contre l’opinion populaire qui lui était favorable aux deux tiers. Ce n’était donc pas un démocrate mais très exactement un républicain en ce sens qu’il se prenait pour un homme dont l’opinion individuelle surpassait en qualité celles cumulées de 20 millions de Français.

Il a fait partie de cette petite élite littéralement oligarchique qui, depuis des décennies, gouverne au nom du peuple mais contre lui en réalité.

Ces gens ne sont pas là pour être les techniciens juridiques, institutionnels et logisticiens des volontés populaires : ils sont là pour appliquer, y compris et surtout contre les volontés populaires, la ligne idéologique qui est la leur et qu’ils se sont fabriquée dans les cénacles d’où précisément le peuple est exclu.La majorité du peuple souverain ne voulait pas de l’abolition car le peuple, le vieux peuple, le vieux fond anthropologique du peuple savait mieux que quiconque, lui qui doit vivre au milieu des criminels et des barbares, qu’il est utile à sa sécurité que l’on élimine ces criminels.

Robert Badinter et ses amis, qui eux ont passé toute leur vie derrière des murs blindés, dans des voitures blindées garées dans des emplacements sécurisés par des policiers, qui ont été entourés toute leur vie de gardes du corps, n’avaient pas la crainte de croiser la route des assassins en rentrant du travail ou en allant déposer les enfants dans des écoles elles-mêmes livrées au laxisme des profs de gauche.

Mais Robert Badinter et ses amis, voyez-vous, avaient des Idées, de belles idées humanistes et progressistes, ils avaient, là où le peuple a des besoins de sécurité, ils avaient, eux, de grandes idées faites pour les grands discours devant les assemblées. Abolir la peine de mort a été pour eux l’occasion de vivre leur vie pleine de belles idées humanistes, l’occasion pour eux, c’est-à-dire, de montrer au monde à quel point ils étaient vertueux.

Pendant que cette petite élite a pu se gargariser d’être l’avant-garde humaniste du monde, le peuple lui a continué de devoir vivre au milieu des bêtes humaines, des criminels, des pédophiles récidivistes et s’il doit, encore aujourd’hui, supporter cette compagnie et supporter l’idée de pouvoir croiser ces monstres à n’importe quel coin de rue, c’est parce qu’une petite élite a voulu un jour étaler ses belles vertus dans les salons de l’entre-soi bourgeois où on lit, pour se refaire la cerise, Condorcet, Sartre ou Diderot.

Et si le peuple peut, encore aujourd’hui, croiser les monstres partout où il va, c’est parce que les monstres ont été libérés de l’obligation de rendre des comptes lorsqu’ils sont des monstres, et cet écroulement de la sentence, cette disparition progressive de la sanction, trouvent leur origine en grande partie dans l’abolition de la peine de mort qui a, en supprimant la sanction la plus lourde, a emporté avec elle la hiérarchie des sanctions elle-même. La peine de mort donnait une mesure, une échelle dans les sanctions ; cette échelle a été abolie en quelque sorte mécaniquement par la disparition du mètre étalon en la matière qui était la peine capitale.

Robert Badinter, lui avec son abolition et tous ses amis socialistes de l’époque avec leurs propres lubies, a été du nombre des destructeurs des ordres, il a été un accompagnateur du désastre et son passage dans la politique française aura fait plus de mal que de bien, ce que nous savions déjà et ce dont nous avons confirmation en voyant s’aligner devant sa dépouille, depuis ce matin, tout ce que le gratin républicain pourri, corrompu, visqueux et carriériste compte de plus lamentable et de plus hostile aux intérêts vitaux de la France et du peuple français.

Badinter est mort ? Tant pis pour lui !

Jonathan Sturel

 

 

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.