RUE 89 BORDEAUX

0
419

UN TORCHON GAUCHISTE.

Le média en ligne Rue 89 Bordeaux annonce 1000 abonnés payants, au début de sa 8 ème année d’existence. En légère baisse depuis janvier 2020. Mais tout de même 1,7 million de visiteurs par an. Une jolie performance, si on la compare à celle de notre média : « Burdigala presse », 3600 abonnés, et 420000 vues par an, au bout d’un an d’existence. Un bilan exceptionnel au regard du contenu extrémiste. Rue 89 Bordeaux est un média de propagande gauchiste, assumé, sous la responsabilité du très peu scrupuleux Simon Bathélémy.

POUR LES MIGRANTS, CONTRE LA SÉCURITÉ DES BORDELAIS.
Rue 89 a été lancée à l’occasion des élections de 2014, par Simon Barthélémy et Walid Salem, avec, pour l’essentiel, des capitaux apportés par un sponsor qui fait ses affaires dans l’immobilier, Adrien Soland. Monsieur Barthélémy titrerait « Burdigala Presse est financé par un marchand de sommeil ? » si ce mécène avait financé notre média. Depuis 2014 le titre vivote, payant ses journalistes avec un lance pierre (70% du SMIC), et seulement quand il peut… Les recettes sont pour 50% publicitaires. Par hasard, on retrouve surtout Bordeaux Métropole dans les bandeaux publicitaires. Pour le reste, il s’agit de subventions, avec, encore, Bordeaux Métropole, et la région par le « fond de soutien aux médias ». Nous voyons que l’indépendance n’existe pas. Salem et Barthélémy dépendent des politiques locaux. La ligne s’en ressent. Rue89 Bordeaux assume parfaitement de donner une place privilégiée aux « marches pour le climat », aux « combats des « sans papiers », « sans abris », « sans emploi »… à l’accueil des réfugiés, aux luttes féministes, sociales et écologistes…  Les élus en ont pour NOTRE argent. Rien sur la délinquance immigrée, rien sur la sur-taxation des Aquitains, rien sur les attaques contre les automobilistes, rien sur l’insécurité… Pour résumer, avec l’argent de nos impôts ces gauchistes font de la propagande contre les bordelais.

COUTUMIERS DE LA FAKE NEW.
Le mensonge chez Rue 89 Bordeaux est une deuxième nature. Par exemple, pour soutenir une campagne de demande de dons, les journalistes de Rue 89 expliquent qu’ils jouent un rôle indispensable par leurs enquêtes. Et l’exemple d’enquête qu’ils donnent est celle qu’ils auraient faite sur un élu SIEL au Conseil Municipal de Bordeaux. Pourquoi cette enquête sur un illustre inconnu ? Peut-être à la demande de la mairie que les révélations de cet élu sur les spoliations immobilières à Bordeaux gênait… . Cette grande enquête journalistique s’est résumée à un coup de téléphone à l’intéressé, et à un article vide de faits tangibles, mais plein d’insinuations. Tout est résumé dans le titre de l’article, « l’élu d’extrême droite est-il un marchand de sommeil ?». Rien de plus qu’une question. Pas d’affirmation, ni de preuves. L’important est le point d’interrogation qui permet d’éviter le procès pour diffamation, mais qui permet de salir sans risque. C’était certainement ce que demandaient les commanditaires de cette « enquête ». Voilà ce que sont les journalistes de Rue 89, les toutous des puissants, ils font où le pouvoir leur dit de faire.

AU SERVCE DE MACRON
Autre fake new récente. Rue 89 Bordeaux titrait le 30 mars 2020: « Alerte sur des troubles cardiaques liés à la chloroquine en Nouvelle Aquitaine » et ensuite en titre intercalaire, toujours en gras : « 160 personnes dans un état grave ». Une véritable manipulation sous la responsabilité de Simon Barthélémy, directeur de la publication. La lecture de l’article ne donne évidemment aucune information sur des hospitalisations qui auraient eu lieu liées à la prise de chloroquine. A part le chiffre de 10 cas de « toxicité cardiaque » signalés, sans qu’il soit clair qu’il y ait eu des suites médicales, à part ces signalements à l’ARS. Mais, encore une fois, ce torchon se mettait au service du pouvoir. Il participait au mensonge d’Etat, au scandale de l’interdiction de l’hydroxychloroquine par Madame Buzin alors ministre de la santé. Combien de morts du fait de cette interdiction soutenue par Rue 89 ?
Ce qui caractérise la gauche c’est bien le mensonge. C’est un marqueur historique. On se souvient du mensonge des « démocraties populaires », qui n’étaient ni des démocraties, ni populaires. Ce qui était vendu par la propagande de gauche comme « les patries des ouvriers » était en vérité un enfer. Jusqu’aux crimes de masse justifiés par le « sens de l’histoire ». La lutte contre le capitalisme nécessitait l’extermination des « koulaks » ces paysans qui refusaient de se faire voler leur terre. En Ukraine 7 millions sont morts de famine… Et la presse de gauche se taisait, ou dénonçait les lanceurs d’alerte.

DES MILLIERS DE MORTS EN MÉDITERRANÉE
Comme pour confirmer le coté sordide de ce journalisme gauchiste, Rue 89 revendique son soutien aux navires négriers qui transportent les colons à travers la Méditerranée. Ce torchon apporte sa pierre à la légende du « sauvetage en mer » des migrants prêts à se noyer pour rejoindre la France ou l’Angleterre…Il est de notoriété publique, documenté par Frontex, la police européenne aux frontières, qu’il s’agit de mise en scène. Les candidats à l’entrée illégale en Europe n’entreprennent pas la traversée de cette mer sur des bateaux incapables de résister quelques heures en haute mer. Non. Les mafias (en général Tchétchènes) rançonnent les candidats colons en Libye, puis les embarquent sur des navires sûrs qui remorquent des embarcations de fortune, vides. Puis arrivés au delà des eaux territoriales libyennes, ces trafiquants transbordent leurs passagers sur les petites embarcations, (quelques fois sans moteur!). Avant d’abandonner ces migrants elles prennent contact avec les ONG, comme SOS Méditerranée soutenue par Rue 89, pour que celles-ci viennent les « sauver en mer ». En général il n’y pas de problème, mais ce n’est pas toujours le cas. Cette méthode d’entrée illégale reste risquée. Ils sont des milliers de jeunes hommes à y avoir laissé leur vie. Mais ce n’est pas ce qui arrête nos gauchistes. Ils sont un maillon essentiel de ces trafics. Leur propagande misérabiliste sur les « pauvres migrants fuyant la guerre sauvés en mer » facilite l’acceptation de ces arrivées massives de colons par les européens. Rue 89 est un allié objectif de ceux qui organisent ces trafics humains sordides.

NICOLAS FLORIAN DUPÉ
Toujours à la recherche d’argent pour financer leur petite entreprise de propagande gauchiste, Rue 89 a sollicité les candidats avant les élections municipales. C’était l’opération 1000 abonnements (à 5 euro par mois). Nicolas Florian est tombé dans le panneau ainsi que ses amis des Républicains et alliés. Ils ont souscrit et fait souscrire des abonnements espérant en retour la bienveillance du tandem « Bartélémy/Salem » pendant la campagne électorale. Cette droite est à la fois pleutre et naïve. Après avoir dépassé l’objectif, et s’être assurés d’une année de revenus, nos journalistes ont gentiment savonné la planche de Florian… Nos gauchistes ont dû bien rigoler. L’équipe Florian-Cazenave doit, en partie, à cet organe malveillant son surprenant échec aux municipales. Florian pourra toujours dire qu’on ne l’y prendra plus. Personne ne le croira.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.