Sauver les grandes orgues de Bordeaux…

0
318

Sans mécénat, l’orgue de la cathédrale Saint André de Bordeaux ne sonnera plus

Dysfonctionnel dès sa conception, l’orgue de la cathédrale Saint André de Bordeaux est l’objet d’un projet de rénovation depuis une décennie. Seul un mécénat généreux, espéré à hauteur de 3 millions d’euros, permettrait de le sauver.

Son buffet, érigé au 18e siècle, est classé monument historique. Mais le vieil orgue éreinté de la cathédrale Saint André de Bordeaux, construit en 1970, a été «réalisé dans des matériaux de médiocre qualité et présente des erreurs de conception», reconnues par le ministère de la Culture. Le mal-être de l’instrument, de surcroît inadapté à l’acoustique des lieux consacrés par le Pape Urbain II en 1096, avait été repéré d’office par Jean-Baptiste Dupont. Depuis son arrivée en 2012, l’organiste titulaire se démène pour empêcher les 61 notes du Grand orgue et ses quatre claviers de devenir muets. Depuis 2018 déjà, les grandes œuvres ne résonnent plus dans ses tubes en concert.

Chaque semaine depuis plus d’une décennie, le mélomane à la renommée internationale empoigne ainsi son fer à souder «pour réparer les composants électroniques défectueux sans lesquels la transmission entre les claviers et les tuyaux électriques obsolètes» l’intimerait à ne pas sonner durant les messes. Mais ses réparations de fortunes ne suffisent pas. La Direction des affaires culturelles (Drac) de l’Aquitaine reconnaissait ainsi dès 2014 que «la meilleure solution serait la réfection totale de la partie instrumentale de l’orgue et la restauration du buffet historique». Autrement dit : tout changer sauf son aspect. Le projet est estimé à 3 millions d’euros. Pour réunir la somme, en sus du million d’euros promis par l’État, l’association Cathedra a été créée cette année-là. Depuis, elle invoque une pluie de dons pour préserver l’héritage du bâtisseur Jacques de Rasta, qui signa la première facture de l’orgue en 1427.

«L’idée, c’est de doter la cathédrale d’un instrument attractif, qualitatif et à la page. En termes d’orgues contemporains, la France est la dernière roue du carrosse en Europe. Même la Pologne est devant nous», détaille Jean-Baptiste Dupont. Le mélomane, passionné depuis qu’il a découvert la Toccata de Bach à 9 ans, est empli d’espérance. Avec sa double console moderne, électronique et amovible, le projet qu’il nourrit en son sein, s’il voit bien le jour comme prévu d’ici 2027, pourrait devenir l’orgue le plus grand construit sur le territoire national depuis plus quatre siècles selon l’expert. «Chaque siècle apporte sa pierre à l’édifice. Là, on s’apprête à marquer le 21e siècle», se félicite le recteur de la cathédrale Saint André, le frère dominicain Jean-Clément Guez.

L’enjeu est double. D’une part, il consiste à faire vivre le savoir-faire ancestral (ébénisterie, plomberie, charpenterie) des facteurs orgues. Si les premières ébauches de l’instrument remontent à 300 ans avant Jésus Christ et bien que son premier aboutissement notable soit apparu dès le 14e siècle, la mode musicale de l’époque «apporte des innovations qui permettent de le perfectionner». Une technologie également pensée pour conserver l’harmonium malgré les changements climatiques. D’autre part, ce nouvel orgue sera l’occasion «de rapprocher le grand public de cet instrument méconnu qui peut sembler désuet en raison de son répertoire religieux», précise celui sait faire résonner un pédalier.

Publié dès le 17 mars par la Drac, l’appel d’offres pour la maîtrise d’œuvre du projet a été clôturé vendredi. Toutes sommes incluses, la souscription ne s’élève néanmoins qu’à 1.026.286 euros à ce jour. Les donateurs, comme la fondation Clément Fayat dont le créateur du groupe éponyme est originaire de Libourne, bénéficieront en contrepartie de places de concert ou d’une inscription sur les panneaux de remerciements, promet le ministère de la Culture. Pour l’instant, sur les 500.000 euros de promesses de dons également récoltés par Cathedra, 80% découlent d’un mécénat d’entreprises : la moitié de la somme doit encore être récoltée.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.