Se réveiller ou mourir !

0
235

Rioufol met les pieds dans le plat : se réveiller, ou mourir !


C’est par ces deux mots qu’Yvan Rioufol conclut sa chronique hebdomadaire dans le Figaro.
Et de son côté, Édouard Philippe annonce des lendemains douloureux, au pays des Bisounours et des inconscients :
“Je pense que nous allons affronter une tempête – une tempête économique, une tempête sanitaire, une tempête à tous égards – et peut-être une tempête sociale, peut-être une tempête politique. Et je pense que les temps qui viennent sont des temps difficiles”.

Il aurait pu ajouter une tempête identitaire et confessionnelle, tant le chaos racial et l’arrogance islamiste ont pris possession du pays.

Qu’on apprécie ou pas l’ex-hôte de Matignon, celui-ci a le mérite de parler vrai, même s’il n’ose mentionner l’immigration comme cause majeure de ruine, de violence et de désordre.
“Une tempête à tous égards”… l’ex-Premier ministre ne croit pas si bien dire.
Et il est vrai que tout s’effondre, et pas seulement l’économie, ravagée par la pandémie du Covid-19 et par une immigration de masse, qui coûte plus cher en social que sa contribution au PIB.  La France cigale, qui danse inconsciemment depuis la fin des Trente Glorieuses et a cru pourvoir partager ses richesses et son fabuleux social avec toute la planète, est au bord de la faillite et du chaos social et racial.

Le peuple va payer au centuple les décennies de trahison de ses élus, mais également son incroyable aveuglement.

Car si les élus ont pu détruire le pays en une seule génération avec autant de facilité, c’est grâce à l’appui constant des électeurs lors de chaque scrutin.

À chaque sondage les Français se montrent lucides sur les maux du pays, mais à chaque élection ils persistent à mal voter, c’est-à-dire à reconduire ceux qui coulent la nation depuis si longtemps.

Les fossoyeurs de la France n’ont jamais volé leur mandat. Ils ont toujours été élus.
Dans notre France de 2020, tout part en vrille et il n’y a aucun pilote capable d’en sortir.
Le mouvement des Gilets jaunes, qui avait espéré renverser la table en faisant trembler Macron, a été laminé par la violence des Black Blocs et les voyous des cités. Le mouvement est mort.

Les plans sociaux vont s’enchaîner à grande vitesse et le fiasco ” Bridgestone” n’est qu’un petit épisode de l’hécatombe à venir.
La sphère politique est dévastée. La droite, depuis trois ans, n’a ni leader ni programme, au point que ses rescapés rallient en masse la Macronie.

À gauche, communistes, socialistes, France insoumise et Verts voudraient nous refaire le coup de la grande union de 1981. Autant dire que c’est l’Apocalypse à l’horizon…
Quant au RN, il en est venu à défendre la députée raciste Obono , pour un article de fiction paru dans Valeurs Actuelles, seul journal de droite du pays. C’est dire combien le RN se macronise, obsédé par sa dédiabolisation.
Les mouvements racialistes et islamistes ont pris le pouvoir un peu partout en France, permettant au Verts de rafler la mise dans les grandes villes. Les minorités font la loi.

Tandis que Macron feint de dénoncer le séparatisme, les décoloniaux, indigénistes et islamistes sont comme des poissons dans l’eau.

Seuls les populistes, les identitaires et les patriotes sont dans le collimateur du pouvoir, des élites et parfois de la justice.
Macron accélère l’immigration comme jamais.
En 2019, ce sont 177.000 demandeurs d’asile qui ont frappé à la porte de la France, pays du tout gratuit, paradis des migrants économiques et des sans-papiers. Un record.

Mais les expulsions, déjà rarissimes, sont en chute libre. Un clandestin est protégé comme un VIP par un filet juridique démentiel, qui le met à l’abri pour des années, voire à vie.

Les policiers, qu’on peut traiter de “nazis” en toute impunité dès qu’ils font leur travail de maintien de l’ordre, contrôlent systématiquement les clandestins en pure perte.

Plus de 110.000 contrôles sont effectués chaque année, mais la justice ne suit pas.
En France, un squateur n’a besoin que d’un ticket de pizza pour prouver qu’il est chez lui depuis 48h. Mais le propriétaire des lieux depuis 30 ans doit prouver son identité et fournir un acte de propriété.
Moyennant quoi, selon le bon vouloir du juge et du préfet, il pourra récupérer son bien dans les deux ans, le plus souvent saccagé.
Et si le propriétaire se réinstalle chez lui de force, il y a violation de domicile puisque le squatteur est chez lui selon la loi.Et dans ce cas, les peines de prison et d’amende encourues sont le double de celles du squatteur ! C’est cela la France de 2020 !
Voilà des décennies que les gouvernements, de droite comme de gauche, refusent de changer la loi, pour ne pas déplaire aux associations et aux anticapitalistes de tout poil. Cette loi ne changera que quand des élus et autres nantis du système se feront squatter leur résidence secondaire. Et avec le tsunami migratoire, cela ne va pas tarder.

En France, on baisse la retraite des Français, mais on accorde 880 euros à tout étranger de 65 ans qui n’a jamais travaillé ni cotisé dans notre pays.

Des millions de Français ne perçoivent pas cette somme, si, avec leur conjoint, ils dépassent 1.400 euros par mois.Bien des femmes d’artisan, qui ont aidé leur mari, n’ont droit à rien, si celui-ci dépasse ce seuil de 1.400 euros pour un couple. Cela s’appelle la justice sociale…

En France, 140.000 SDF logent sous les ponts, mais 25.000 clandestins sont logés à l’hôtel chaque soir. Le droit au logement, c’est à la gueule du client.

En France, on peut organiser des évènements interdits aux Blancs.
Toutes les élites détournent aussitôt le regard pour ne rien voir.
Mais ces mêmes élites s’abattent en meute sur le pauvre pâtissier qui appelle son gâteau “tête de nègre”, comme le faisait son père ou son grand-père, bien avant la toute-puissance du terrorisme intellectuel.

Ni la droite, ni la gauche n’ont voulu protéger le peuple français. La préférence étrangère est systématique.

Il semblerait néanmoins que les citoyens ouvrent les yeux sur l’ampleur du désastre national.

Selon un sondage paru dans Le Monde mardi :

  • 78 % des Français pensent que leur pays est sur le déclin
  • 60 % jugent la mondialisation dangereuse
  • 82 % réclament un vrai chef pour remettre de l’ordre
  • 55 % sont pour le rétablissement de la peine de mort.

Nous assistons, comme le dit Yvan Rioufol, à l’effondrement d’un système qui ne maîtrise plus rien :

“Ni la sécurité, ni l’autorité, ni l’immigration, ni le roman national, ni les lois essentielles, ni la monnaie”.

L’édifice vermoulu de la Ve République s’écroule. Seules les redistributions sociales massives, financées par l’emprunt, retardent l’effondrement final. Macron nous mène au chaos généralisé, car il refuse d’admettre que les peuples ont une identité propre, une Histoire qui leur appartient et des traditions qui ne sont pas celles des autres peuples.

Le multiculturalisme conduit notre France millénaire tout droit en Enfer.
Ils sont une poignée, comme Zemmour, Rioufol et quelques autres mousquetaires, à batailler pour défendre la France que nous ont léguée nos ancêtres. Mais qui les écoute ? La torpeur du peuple n’a que trop duré.

“Se réveiller ou mourir”, il n’y a pas d’autre issue possible.

Jacques Guillemain
Ancien Officier de l’armée de l’Air

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.