Sortie par la porte, la loi Avia revient par la fenêtre

0
46

Excellent article de l’OJIM (Observatoire du Journalisme et de l’Information Médiatique)

NDLR : Au prétexte de lutte « contre la haine » concept particulièrement vague, les réseaux sociaux sont sommés de retirer les contenus litigieux, le plus souvent sur des signalements malveillants et, pour le coup haineux…

Ces actes de censure se sont multipliés : une de nos vidéos d’un interview de Me Brusa à Arcachon a été supprimée, la chaîne Youtube de Me di Vizio a été fermée définitivement, Eric Zemmour a eu son compte Instagram supprimé puis remis suite à la mobilisation de ses nombreux soutiens, le site Breizh Info est déréférencé par Google, Riposte Laïque est régulièrement l’objet de censures et son compte Facebook a été supprimé ( il a depuis été recréé…) . Et la liste est loin d’être exhaustive.

Nos élites dirigeantes ont peur d’internet et des réseaux sociaux qui, quoi qu’on dise, permettent à l’information de circuler..

Mais la tentation est grande de censurer toute parole dissidente et les GAFAM font déjà le job !

Pendant ce temps là sur Twitter, les deux principaux porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid (à Kaboul, 337.000 abonnés) et Suhail Shaheen (au Qatar, 376.000 abonnés) – et d’autres dont Qari Yousef Ahmadi, 60.000 abonnés – diffusent en permanence leur propagande sur Twitter. Or selon les règles de la plateforme, « il n’y a pas de place sur Twitter pour les organisations violentes ».

Réaction de « Donald Trump Jr », alors que Donald Trump reste censuré :« Je suppose que faire une vraie insurrection ne compte plus comme une violation des règles ?!?

« Conforter les principes de la République » tel est le titre du projet de loi en discussion au Parlement. Un titre aussi vague que fourre-tout, où justement on peut glisser une nouvelle dose de censure sur les réseaux sociaux.

Coucou, la haine en ligne est de retour

La haine ? C’est mal ! L’amour ? C’est bon ! Entre les deux le cœur ne balance pas, celui du gouvernement non plus qui introduit en douce un nouvel amendement pour censurer les réseaux sociaux après l’échec de la loi Avia, retoquée en juin 2020. L’exemple de Jack Dorsey le patron de Twitter supprimant d’un froncement de sourcil le compte de Trump et ses 88 millions d’abonnés doit faire rêver Cédric O, obscur secrétaire d’État au numérique.

Course contre la montre avec l’Union Européenne

Qu’on se rassure l’Union Européenne n’est pas en reste et prépare son règlement mais pas avant 2022. Mais la lutte contre la haine (et notez-le bien, avant l’élection présidentielle de 2022) c’est tout de suite, dit le ministre O : « La seule urgence, c’est celle de l’efficacité contre la haine en ligne, qui explose dans toutes les démocraties »Pour mener à bien une politique de censure efficace, les réseaux sociaux devront déployer une obligation de moyens convenable : nombre de censeurs, définition des algorithmes, rapports réguliers sur le nombre de messages haineux supprimés, leurs profils, la vitesse de suppression, etc…

Histoire d’O, surveiller et punir

Non, il ne s’agit pas du roman érotique brillamment écrit par Pauline Réage (pseudonyme de Dominique Aury, qui l’écrivit en hommage à Jean Paulhan) et qui fit scandale en 1954, mais des fantasmes régulateurs de Cédric O. Si l’obligation de supprimer dans les 24 heures les messages dits « de haine » est supprimée – car risquant de jeter le bon grain avec l’ivraie – une nouvelle liste à établir est au programme : la liste des fauteurs de haine.

Les réseaux sociaux devront conserver de manière temporaire les identités des auteurs de messages « haineux » pour pouvoir les mettre à la disposition de la justice.

Pour lutter contre « l’impunité » dit la charmante députée Laetitia Avia. Autrement dit, des phrases comme « le grand remplacement est en marche », ou « Omar Sy en Arsène Lupin c’est le comble du grotesque » ou « ceux qui aident les migrants clandestins sont des complices des passeurs » pourraient non seulement être supprimées illico presto mais leurs auteurs déférés devant la justice. Le CSA serait chargé du suivi. Merci Cédric.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.