Un message de Jean Yves Le Gallou.

0
278

Après l’attentat du terroriste tchétchène tuant au cri de Allahu Akbar le professeur Dominique Bernard, des minutes de silence ont été organisées dans les collèges et lycées français.

De source officielle, plus de 500 d’entre elles ont été perturbées et profanées. Essentiellement par des élèves français comme une sorte de réplique scolaire aux violentes émeutes immigrées du début de l’été.

« Ils [ces émeutiers] sont à 90 % français ». C’est de Darmanin mais ce n’est pas une simple darmarinade, hélas. C’est un ordre de grandeur, sans doute proche de la réalité…  De la réalité de papier en tout cas. Mais la nationalité n’a de sens que si elle est vécue historiquement et charnellement, et pas seulement administrativement.

Qu’est-ce qu’un Français ? C’est un Européen d’origine et de civilisation, de langue et de culture françaises. Or l’immense majorité des émeutiers, comme des profanateurs des cérémonies d’hommage au professeur Dominique Bernard, s’auto-définissent d’origine arabe, africaine et/ou musulmane.

C’est d’ailleurs parce que le délinquant tué par un policier lors d’un refus d’obtempérer était arabe que les émeutiers se sont identifiés à lui.

Comme ils s’identifient aujourd’hui aux terroristes du Hamas.

Au-delà du nihilisme de leur attitude (violences verbales, incendies, dégradations) et de leur délinquance d’intérêt (pillages), les émeutiers et les délinquants scolaires sont les porteurs d’un message de haine à l’égard des institutions françaises et des Euros-Français – les Français d’origine européenne.

Un islam qui fait la guerre aux Européens et aux chrétiens depuis treize siècles. Un islam frustre, vécu moins comme une religion de l’au-delà que comme un ensemble de mœurs et de coutumes communautaires : fêtes (Ramadan, Aïd), interdit sur le cochon, viande et boucheries halal, voilement des femmes, affirmation de la supériorité du musulman sur le non-musulman, d’où la volonté d’imposer à ces derniers l’obligation de baisser leur regard pour marquer leur « respect ».

« Culture racaille », aussi, venue des ghettos noirs américains et portée par la musique rap et certaines séries. Bien pratique pour permettre aux chefs de bandes mafieuses d’imposer leur ordre sur un territoire donné et d’y interdire la présence de la police.

« Ils ne sont pas seulement décivilisés, mais aussi porteurs d’identités hostiles. »

Quid alors « des Kevin et des Mattéo » ? Une toute petite minorité d’Européens déracinés qui ont le choix entre le white flight et la soumission. Les victimes d’une assimilation inversée.

Soyons lucides ! Sauf pour une toute petite minorité, l’assimilation des extra-Européens est un leurre. Il n’y a pas d’avenir français ni européen pour ces « quartiers perdus de la République ». Définitivement perdus.

Il n’y a pas d’autre solution que la remigration ou le containment.

Mais cela passe par un préalable: Que les Euros-Français se réapproprient leur histoire et leurs traditions. Qu’ils trouvent en eux-mêmes la volonté et la force d’une nouvelle renaissance européenne.

Fort heureusement, il y a dans la nouvelle génération une petite minorité d’Européens fiers de leur altérité et de leur héritage.

C’est le rôle de l’Institut Iliade de les conscientiser, de les former, de les communautariser.

C’est ce que nous faisons. Il nous reste désormais à changer d’échelle. Nous sommes passés de 50 à 200 jeunes hommes et jeunes femmes formés par an.                                Il nous faut désormais passer de 200 à 500 puis de 500 à 1 000. Nous savons comment faire.

Ce qu’il nous faut, ce sont juste plus de moyens. Aidez-nous !
Je fais un don à l’Institut Iliade
Jean-Yves Le Gallou
Confondateur de l’Institut Iliade
contact@institut-iliade.com

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.