Vers la fin des voyages en avion ?

0
466

Le prix des billets d’avion ont considérablement augmenté.

Une conséquence de la crise sanitaire et de l’explosion du coût du kérosène.

Pour Hicham Hajla, c’est la douche froide. En prévision de ses vacances, cet employé de la RATP s’empresse de consulter les sites de voyages pour réserver des vacances, avec sa compagne. Mais lorsque les montants s’affichent sur son écran, c’est la stupeur. Hicham Hajla ne s’attendait pas à de tels tarifs. 

En moyenne, les prix des billets d’avion ont augmenté de 10,8% par rapport à 2019. Parmi les destinations les plus touchées figurent l’Asie, le Proche-Orient et l’Afrique du Nord. 

Pour les experts, les raisons de cette hausse de prix des billets d’avion sont multiples. Elle est avant tout imputable à la hausse du prix du pétrole. Le coût du kérosène représente 30% du prix de billet d’avion. Or, contrairement à l’essence, le pétrole n’est pas taxé. Ce qui s’avère problématique, puisque l’État ne peut pas intervenir. Il n’a aucune marge de manœuvre. 

Ainsi donc, si le cours du baril de pétrole augmente, les prix du kérosène (carburant des avions) augmentent également. 

Autre raison, non des moindres : la désertion des classes affaires. Malgré la reprise du trafic aérien, de moins en moins de passagers choisissent cette catégorie, une tendance accrue par le recours au télétravail pendant la crise sanitaire liée au Covid. Ce qui a donc réduit les déplacements professionnels. De ce fait, le budget voyage des entreprises a diminué de moitié. 

Or, selon Caroline Bruneau, rédactrice en chef adjointe à Aerospatium, « c’est grâce à la classe business que la compagnie fait des bénéfices ». L’experte explique, que puisque les passagers boudent les classes affaires, les « compagnies ont donc du mal à rentabiliser les vols ». Elles sont donc obligées de monter les prix des vols en classe économique pour pouvoir compenser le manque à gagner.

 Le Covid, a, lui aussi, sa part de responsabilité dans le phénomène puisque le secteur aérien a été fortement impacté par la pandémie de coronavirus. Pendant plus d’un an, les avions sont restés immobilisés sur les tarmacs. En fonction des pays et des décisions gouvernementales, certaines destinations n’étaient par ailleurs même plus desservies, privant les compagnies de rentrée d’agent. 

Une raison de plus, pour les entreprises, d’espérer, en augmentant les prix, rattraper le manque d’activité lié aux restrictions de circulations pendant le Covid. 

Les voyageurs ne sont pas au bout de leur peine. Selon les experts, la hausse des prix des billets d’avion pourrait perdurer. Chez Liligo.com, société comparatrice de vols, Julie Galaup révèle que les « premières tendances indiquent que les billets vont augmenter tout au long de l’année ».  Selon les estimations, les destinations visées seraient notamment Constantine, Alger et Oran en Algérie, Manille (Philippines), Phnom Penh (Cambodge), Miami et Los Angeles (États-Unis) et Pointe-Noire, au Congo-Brazzaville. 

La situation pourrait même empirer, car les compagnies aériennes devront rembourser toutes les dettes accumulées pendant les deux années de Covid. Si bien qu’à terme, cette augmentation des prix des billets d’avions pourrait aussi concerner les courts et moyens courriers, qui sont, à ce jour, épargnés. 

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.