Vers la sextoys nation ?

0
53

L’Ifop s’est penché sur les sextoys et le bien-être sexuel à l’heure du Covid

La misère sexuelle est de plus en plus évidente comme le démontre cette étude et on en vient à se remémorer ces vers d’Alfred de Vigny :

« Bientôt, se retirant dans un hideux royaume,
La Femme aura Gomorrhe et l’Homme aura Sodome,
Et, se jetant, de loin, un regard irrité,
Les deux sexes mourront chacun de son côté ».

51% des Français ont déjà utilisé un sextoy (contre 7% il y a 30 ans). 

La pratique régulière grimpe à 30% de la population


La pandémie et surtout sa gestion accélèrent l’artificialisation de notre vie.

Nous avons découvert les délices des réunions en visioconférences, des apéros sur Zoom et la culture en boîte de conserve : quel bonheur d’assister au concert de notre chanteur favori sur Facebook, sans être obligé de sortir de chez soi ! 

Il sera bientôt possible de construire sa vie pratiquement sans interactions sociales en chair et en os. Le désir sensuel suit cette tendance, endormi par la sacro-sainte « distanciation sociale » et par la froideur de plastique et de silicium de notre monde d’écrans. L’IFOP nous apprend, dans une enquête, que la proportion de Français ayant déjà utilisé un sextoy passe un cap symbolique: 51% (contre 7% il y a 30 ans) ; la pratique régulière grimpe à 30% de la population. Leçon amusante de ce sondage, le sextoy vibre ou gigote davantage à la campagne (36% de la population) que dans les grandes villes (27% sur Paris, par exemple). On savait que l’amour était dans le pré, on découvre que le sexe aussi. 

L’enquête révèle également que 61% des jeunes « aimeraient que leur partenaire leur offre un sextoy à un événement comme la Saint-Valentin. » Selon l’IFOP un « tabou » est tombé. Le jouet érotique devient ainsi le dernier ersatz mécanique permettant d’effleurer le monde d’avant, chacun restant chez soi dans des vies absentes et connectées. La start-up nation de M. Macron se transforme en une sextoys nation.

Triste et affligeant…

Les principaux résultats de l’étude peuvent être consultés ici.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.