Immobilier : spoliation organisée

0
230
l’immeuble Arc-en-Ciel, façade aux lames de verre déteriorée ; danger ?

Bordeaux Métropole adhère à l’EPFNA

EPFNA. Derrière ce nouvel acronyme, se cache une nouvelle administration dont nous héritons suite à la fusion des régions. L’Etablissement Public Foncier de Nouvelle Aquitaine, est l’extension du même organisme qui existait en Poitou-Charente, mais dont le territoire d’intervention est maintenant étendu à toute la Nouvelle Aquitaine. Un héritage de Ségolène Royale dont les interventions dans les domaines économiques se sont soldés par des catastrophes.

Expropriations et préemptions sans justification

Bordeaux Métropole a voté, le 20 décembre, à l’unanimité moins une voix, celle du RN-SIEL, l’adhésion à l’EPFNA. Il permettra, selon le rapporteur, Jacques Mangon, maire de Saint Médard en Jalles, de procéder à des expropriations et à des préemptions, sans avoir à justifier de l’intérêt public. Donc tout sera permis aux élus locaux qui feront appel à l’EPFNA pour prendre le contrôle de terrains, de locaux, de bâtiments d’habitation… Nous voyons quel est l’état d’esprit des élus de Bordeaux Métropole, maires ou conseillers municipaux des 28 communes autour de Bordeaux. Nous n’aurions pas été surpris d’entendre cette déclaration de la part d’élus communistes, c’est plus choquant et inquiétant, que tout l’hémicycle soit unanime pour voter un dispositif de type collectiviste et profondément attentatoire aux libertés. Il s’agit clairement d’une atteinte au droit de propriété, pourtant protégé par la Constitution et par les traités européens…

Le logement HLM, pilier du clientélisme

Si l’on en croit le rapport, il s’agit de créer des réserves foncières pour lutter contre la spéculation foncière, faire baisser les prix, créer une offre immobilière « accessible » et favoriser la construction de logements sociaux. Que de nobles objectifs ! Sont-ils atteignables? Et surtout justifient-ils ce nouvel interventionnisme économique ? On se souvient des précédents communistes qui se sont soldés, finalement, par l’effondrement de l’URSS avec ses millions de logements « collectifs, Kroutchev». Dans toute l’Europe de l’Est, les communistes ont logé les « travailleurs » dans des bâtiments collectifs d’un style architectural qui ressemble à nos villes nouvelles et à nos « quartiers HLM ». Ils sont aujourd’hui dans un état pitoyable et pour les sauver de la ruine, la Pologne, les pays Baltes et même l’Ukraine les ont cédés à leurs habitants pour en finir avec la propriété étatique. Le contraire de ce que sont en train de faire nos élus. On voit la réussite des « quartiers » dont Bordeaux-Métropole possède quelques fleurons avec les Aubiers, Génicart, le Grand Parc, Thouars… sur lesquels se déversent, depuis des années, des centaines de millions d’argent public, ceux de la « politique de la ville ». L’intervention politique dans l’habitat finit toujours en catastrophe, sociale, et surtout économique. 

Loger les uns en taxant les autres.

Le modèle du logement « social » n’est pas viable. L’objectif de 30% de logement social fixé par la loi est absurde. Il consiste à taxer 70% de la population pour loger quasi-gratuitement les autres 30%. C’est un excellent moyen d’appauvrir les français, puisque se créent des zones « hors droit » où les habitants ne payent rien, ni loyers, ni charges, ni aucune contribution… Avec, en plus, une gestion publique inefficace et coûteuse. Là où un privé gère avec succès des centaines de logements avec quelques employés, les offices HLM laissent se dégrader des quartiers entiers avec un personnel pléthorique. L’immeuble « Arc en Ciel », à Bordeaux, propriété de la société d’économie mixte « InCité », en est un exemple emblématique. Cet immeuble livré en 2012, et qui a reçu le prix d’architecture « Agora », est dangereux. Mal conçu, mal entretenu, les parements de la façade tombent sur les trottoirs. Il est dangereux pour les habitants. La sécurité des locataires est le critère numéro un de l’habitat insalubre. Nous avons donc affaire à une société HLM qui loue des logements insalubres… marchand de sommeil, donc. La gestion par les politiques est une catastrophe.

L’effet d’annonce de la lutte contre la spéculation.

Les élus de Bordeaux Métropole veulent augmenter l’offre de logements sociaux (il est à noter que les électeurs viennent voir les élus, le plus souvent, pour obtenir un logement social. Il y a 80000 demandes en attente, pour 800000 habitants à Bordeaux Métropole !). Il faut peut-être chercher là cet appétit des élus pour les HLM. A cet objectif que l’on peut qualifier de « clientéliste » qui permet aux élus de disposer de logements à accorder, s’ajoutent les effets d’annonce. L’ambition de lutter contre « la spéculation », voilà une belle annonce démagogique qui peut séduire de nombreux électeurs naïfs. Comment les expropriations peuvent faire baisser les prix des logements, mystère. Le mécanisme par lequel une intervention autoritaire, qui s’ajoute à la demande « naturelle », peut faire baisser les prix n’a pas encore été découvert. Au contraire, toute demande nouvelle, sous tous les cieux, et dans tous les secteurs économiques fait monter les prix… Mais pour les politiques, les affirmations, mêmes les plus absurdes et les plus sottes, ne font pas peur, si elles permettent de gruger l’électeur contribuable. Parce que, bien sûr, au bout du compte, ce sont les électeurs, assujettis à l’impôt, qui payent les constructions, puis l’entretien de ces logements, puis leur démolition puis leur reconstruction…

Il est possible de suivre sur internet, par le site de l’EPFNA, le « travail » de cette nouvelle administration. Ce sont des salariés qui s’ajoutent à ceux des collectivités locales… L’intérêt, pour les élus, c’est aussi l’offre des postes rétribués dans les conseils d’administration, les bureaux… et l’augmentation de l’activité dite « tertiaire » par des études, observatoires et autres contrats de conseil et d’assistance… De quoi arrondir discrètement les revenus de la nomenklatura.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.