Journal Sud Ouest et InCité : les yeux grands fermés !

0
40

SUD OUEST DONNE ENFIN LE NOM DU PROPRIÉTAIRE

 Enfin ça y est ! Sud Ouest nous donne le nom du propriétaire des immeubles effondrés, InCité. C’est à dire la ville de Bordeaux. Mais le journaliste ne relève pas l’absence d’humanité, d’humilité, de compassion des responsables. Ni l’absence d’excuses. Ces gens sont sans vergogne, et le journaliste ne le relève pas. Des dizaines de personnes ont failli mourir de la négligence coupable d’une équipe de « spécialistes » et cela ne choque pas le journaliste.

DES EXPLICATIONS MAIS PAS D’EXCUSES

Stephane Pfeiffer, le Président d’InCité a des explications. Ce n’est pas vraiment la faute d’InCité. La SEM de la Mairie avait vendu l’immeuble mais a été obligée de le racheter, le promoteur n’a  pas fait les travaux exigés. Pas de détail sur ce « coupable » désigné. Qui est-ce? Qu’a-t-il à dire pour sa défense? Le journaliste ne fait pas preuve de beaucoup de curiosité ! Nous connaissons les méthodes d’InCité et nous pouvons imaginer ce qui c’est passé. Les « spécialistes » ont bloqué le chantier par des exigences absurdes. Nous avons des dizaines d’exemples identiques. La SEM InCité a mis la vie de bordelais en danger pour des questions de local poubelle, de surface du garage à vélo, ou de nombre d’appartements. Le « socialisme » immobilier bordelais. La bureaucratie absurde, kafkaïenne et odieuse. Ce socialisme sévissait sous « Juppé -Touton » et continue avec Hurmic-Pfeiffer.


IL FAUT UNE ENQUÊTE PÉNALE !

Il ne faudrait pas que cette nouvelle illustration des méfaits de cette politique et de cette équipe n’entraîne pas une enquête sur ses bénéficiaires et sur ses conséquences. Il y a eu un blessé, seulement. Heureusement. Cela par une chance inouïe. L’effondrement, spontané s’est produit après l’évacuation des immeubles voisins, et pendant l’absence des ouvriers! Il faut que le Procureur s’occupe des méthodes d’InCité. De la mise en danger, systématique, de la vie d’autrui par cette société. Nous avons des exemples, dont celui, récent, de la cheminée du 51, cours de l’Yser, affaires qui mouillent les services de la Mairie. Refus de DP, refus d’échafaudage à la demande d’InCité pour empêcher les rénovations. Des exemples sont exposés sur cette page. Mais aussi d’autres affaires où InCité a bloqué les rénovations pour pouvoir s’approprier à meilleur compte des immeubles. Tout cela est à la disposition de la justice.
L’argent, le pouvoir, la méchanceté, même une certaine forme de sadisme envers des propriétaires âgés, malades ou modestes… expliquent ces errements. Mais aussi un aveuglement idéologique qui a fait perdre aux élus le bon sens, l’intérêt général ou le respect des droits de l’homme dont font partie la sûreté et le droit de propriété.

L’article mi chèvre mi choux de Sud Ouest, après un premier article qui ne mentionnait même pas InCité

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.