Hurmic se met à dos les « UltraMarine ».

0
12

Les responsables des Ultra Marine, club de supporters des Girondins de Bordeaux, ont claqué la porte de la réunion du « Groupe de dialogue », le 8 octobre. Ce groupe présidé par Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux et Alain Giresse un ancien joueur de Bordeaux, réunit d’anciens joueurs ( Laslandes et Grenet), des dirigeants du club, des partenaires du club, la Ligue Nouvelle-Aquitaine de Football et… des supporters. Les UltraMarine ont expliqué leur retrait dans un communiqué assez musclé. Ils reprochent au nouveau Maire « son changement soudain de stratégie » et le fait que Pierre Hurmic se positionne en médiateur du conflit qui oppose les supporters à la direction du club. En clair, ils reprochent au maire de trahir les promesses du candidat.

Pierre Hurmic avant les élections avait réclamé, en bon démagogue, avec les supporters, le départ du Directeur du club des Girondins, Frédéric Longuépée. La critique des supporters vis à vis de Pierre Hurmic est sévère : les ultramarines reprochent au maire « son manque de fiabilité, et de cohérence ». Ils réclament une rencontre avec les propriétaires, le groupe américain : King Street. Il s’agit, semble-t-il, pour les supporters de tirer le signal d’alarme sur la gestion du club en s’adressant aux vrais responsables, les actionnaires…

Conflit avec l’extrême gauche

Les UltraMarines, derrière leur identité de club de supporters, sont également connus pour leurs accointances avec les Antifas bordelais. Les dirigeants des UltraMarines sont en même temps des activistes de cette mouvance extrémiste de gauche. Selon des militants politiques, ils n’hésiteraient pas à embrigader les supporters de foot dans des actions commandos contre leurs ennemis, la droite ou les patriotes bordelais. Ils ne s’en cachent pas. Ce conflit entre une Mairie très à gauche et l’extrême gauche violente bordelaise qui a contribué à son élection est assez savoureux. Nous attendons la réaction de Philippe Poutou au Conseil Municipal. L’ex-candidat extrémiste à la présidentielle a tout à gagner électoralement à soutenir les UltraMarines contre son concurrent écologiste vert/rose. Un antifa est d’ailleurs conseiller municipal à ses cotés : Antoine Boudinet. C’est un des rares conseillers à prendre la parole pour contester Hurmic.

Un stade en grande difficulté

Les élections sont encore loin, et dans une certaine mesure, Pierre Hurmic n’a pas besoin du soutien électoral des supporters du club de foot. Mais il lui faut rester prudent, le nouveau stade, MatMut, voulu par Alain Juppé et contre lequel il a voté est en grande difficulté financière. Avant l’épidémie du Covid 19, il était déjà en déficit. Le club de foot bat de l’aile, il n’y avait pas assez de recettes. La fréquentation n’était pas suffisante. La charge financière est lourde parce que le stade a coûté trop cher, il est trop grand, mal placé, mal desservi… Depuis l’épidémie, c’est la catastrophe, la jauge a été limitée à 5000 spectateurs.

Les élus de Bordeaux Métropole s’attendent à un déficit abyssal qui incite le concessionnaire à faire jouer la garantie de la collectivité. Alors si, en plus, les supporters boycottent les matchs, cette question qui est financière pourrait devenir politique. Nous allons vers des débats houleux et des mesures douloureuses pour les contribuables bordelais.Banderolle Antifa déployée par les Ultramarine au stade Chaban Delmas à Bordeaux.

Le saccage du péage de Virsac avait été attribué aux Gilets Jaunes, bien que ceux-ci l’aient condamné. Il s’est avéré qu’ils ont été l’oeuvre d’activistes de la mouvance antifa et UltraMarines.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.