Nous perdons la bataille de Poitiers

0
415

Harcèlement de rue, agressions homophobes… : à Poitiers, les étudiants alertent la municipalité sur l’insécurité dans les rues. Sept étudiants de la faculté de droit ont lancé un questionnaire pour sonder le sentiment d’insécurité à Poitiers. Avec les réponses, ils iront débattre des choix politiques de la municipalité.

Dix jours, 2.000 réponses. Et ce n’est pas fini. Un questionnaire connaît actuellement un véritable succès dans la sphère étudiante poitevine, mais pas que. Dessus, il s’agit de répondre à plusieurs questions sur le sentiment d’insécurité, le harcèlement de rue, les mésaventures ou encore l’impact de l’extinction nocturne à Poitiers.

À l’initiative de cette enquête: sept étudiants en master 2 de droit, spécialité collectivités locales. Les jeunes, bien avertis sur les questions de politiques locales, souhaitent alerter la municipalité. Alexia, prends la parole et présente la génèse de ce projet: « Je suis Poitevine depuis toujours. J’ai souvent été confrontée au harcèlement de rue. Le 12 septembre dernier, alors que je rentrais seule dans le noir vers 2h du matin, j’ai encore été harcelée. C’était la fois de trop. »

(…) Ils présenteront aux élus les résultats de leur sondage. Celui-ci affirme que plus de 80% des répondants ressentent l’insécurité dans les rues de Poitiers. Parmi ces personnes, 87% évoquent des sifflements ou des appels dans la rue, 50% évoquent avoir été suivis, tandis que 10% ont subi des attouchements. Même pourcentage pour les témoins d’exhibitionnisme. « À ces chiffres, nous apportons des témoignages de mésaventures qui touchent parfois de très jeunes femmes. Il y a aussi des faits d’homophobie. Les faits de harcèlement semblent récurrents. »

(…) Les étudiants appuient aussi d’autres propositions déjà expérimentées ailleurs: des applications pour alerter quand on est en insécurité, ou bien un plan Angela. Celui-ci consiste à créer un code dans la rue pour alerter lorsque l’on se sent en danger. Il permet aussi à des commerces d’êtres labellisés comme lieu d’accueil lors de situations compliquées, de jour comme de nuit.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.