ONU, vers une légalisation de la pédophilie ?

0
347

Un rapport choquant publié par des “experts juridiques internationaux” et soutenu par les Nations unies ouvre la porte à la normalisation de tous les fantasmes sexuels avec des mineurs, un retour inquiétant aux pires et macabres fantasmes communistes de 68.

La Commission internationale de juristes, basée à Genève, a écrit en mars, avec l’aide de l’ONU/SIDA et du Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, qu’un comportement sexuel impliquant des personnes n’ayant pas atteint l’âge minimum prescrit au niveau national peut être consensuel en fait, mais pas en droit. Une ouverture de facto, subtile et claire, à la pédophilie et à la liberté sexuelle entre adultes et enfants.

Le rapport, publié à l’occasion de la “Journée de la femme”, est intitulé “Les principes du 8 mars pour une approche fondée sur les droits de l’homme“. Le document ne demande pas explicitement la dépénalisation des relations sexuelles entre adultes et mineurs, mais affirme que les enfants de moins de 18 ans ont à la fois la capacité et le droit légal de prendre des décisions en matière de sexualité. Selon les Nations unies, les enfants peuvent donc consentir à des relations sexuelles avec des adultes. Le rapport ne propose pas d’âge de consentement sexuel, bien que les recommandations autrefois impensables semblent suggérer que la pédophilie pourrait être normalisée, au moins tolérée et non punie lorsqu’il y a “consentement de l’enfant”. Peut-être l’ONU ne sait-elle toujours pas à quel point et comment les enfants sont conditionnés par les adultes ?

Cet horrible rapport de l’ONU n’ouvre pas seulement clairement la porte principale à la légalisation de la pédophilie, mais il ouvre également toute grande la porte au sexe, à n’importe quel type de sexe, entre les mineurs eux-mêmes, donnant ainsi une substance juridique internationale à l’idée folle des “communes communistes” qui ont ponctué la vie de diverses villes et groupes communistes en Europe et dans le monde entier entre 1960 et 1970, dans lesquelles le sexe, les drogues et la musique étaient le viatique de l’anarchie et du libertinage complets.

La Commission internationale de juristes qui a rédigé le rapport de l’ONU est claire sur ce point : “Dans ce contexte [storico e sociale] L’application du droit pénal devrait refléter les droits et la capacité des personnes âgées de moins de 18 ans à prendre des décisions concernant un comportement sexuel consensuel et leur droit d’être entendues sur les questions qui les concernent… En fonction de leurs capacités de développement et de leur autonomie progressive, les personnes âgées de moins de 18 ans devraient participer aux décisions qui les concernent, en tenant dûment compte de leur âge, de leur maturité et de leur droit d’être entendues”. “Les personnes âgées de moins de 18 ans devraient participer aux décisions qui les concernent, en tenant dûment compte de leur âge, de leur maturité et de leur intérêt supérieur. Est-ce un hasard si le principal coordinateur de l’équipe de juristes internationaux qui a travaillé sur ce rapport est un homosexuel bien connu ? “Ayant longtemps travaillé dans le domaine juridique et étant un homme fièrement gay, je connais intimement la manière dont le droit pénal indique quels groupes sont considérés comme dignes de protection – et quels groupes sont considérés comme dignes de condamnation et d’ostracisme”, a écrit le juge à la retraite Edwin Cameron de la Cour constitutionnelle d’Afrique du Sud dans la préface du rapport, ajoutant qu’ainsi, le droit pénal remplit une fonction expressive et a des conséquences dramatiques sur la vie des gens. Parfois, elle a un impact gravement discriminatoire sur les groupes identifiés à la conduite désapprouvée ou stigmatisée”.

Ce qui est encore plus inacceptable pour tout citoyen de n’importe quel pays du monde, c’est que ce groupe d’”experts” a été mis en place dans le but d’améliorer les conditions de vie des citoyens. a été payé par nous tous “tout au long d’un processus consultatif de cinq ans, à la suite d’une première réunion d’experts juridiques convoquée en 2018 par la CIJ – avec le Programme commun des Nations unies sur le VIH/sida (ONU/SIDA) et le Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) – pour discuter du rôle des juristes dans la lutte contre l’impact négatif de certaines lois pénales sur les droits de l’homme”.

Ce n’est pas l’ONU mais nous tous qui sommes coupables de ce qui se passe et pourrait se passer et nous être imposé de Genève à New York, nous devons exiger et pouvoir choisir des hommes politiques qui nous représenteront et s’opposeront, jusqu’à couper les vivres, à une organisation internationale aussi intimement corrompue et malfaisante.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.