Teknival: de l’anarchie à l’anarcho-tyrannie !

0
275

Malgré l’interdiction de la préfecture de l’Indre, un teknival a bien eu lieu, en totale illégalité, durant le week-end de l’ascension à Villegongis. Suite à quatre jours de rassemblement, l’évènement a pris fin et les derniers festivaliers ont quitté les lieux.

Des murs d’enceinte de sonorisation, des milliers de véhicules stationnés, des tentes et plus de 30.000 personnes sur un terrain agricole privé de 70 hectares… En totale illégalité !

Dans la nuit du mercredi 17 au jeudi 18 mai, des “teknivaliers”, venus aussi bien de France que de l’étranger, ont afflué à Villegongis, petit village d’une centaine d’habitants situé à quelques kilomètres de Châteauroux.

Leur venue n’était pas une surprise selon Magalie Lardeau, Directrice territoriale de la Croix-Rouge de l’Indre : « On sait que, étant dans le centre de la France, on est la région la plus propice pour accueillir ce type d’événement. Dès le mercredi soir, on savait qu’ils étaient dans la région sans savoir où ils allaient s’arrêter ».

Pourtant, deux arrêtés préfectoraux avaient été publiés au recueil des actes administratifs afin d’éviter « l’installation illégale de tout rassemblement festif à caractère musical dans le département ce week-end ». Le Préfet de l’Indre, Stéphane Bredin, a rapidement demandé le déploiement d’un important dispositif de secours comprenant les sapeurs-pompiers de l’Indre, le Samu ainsi que plusieurs associations de sécurité civile. Plusieurs centaines de gendarmes et militaires étaient également présents : « Le dispositif de gendarmerie a permis de contrôler 12 627 véhicules et 29 289 personnes permettant près de 700 verbalisations : 131 conduites sous stupéfiants, 31 conduites sous l’emprise d’un état alcoolique, 343 détentions de stupéfiants et 163 infractions diverses. » affirme un post Facebook sur la page officielle du Préfet de l’Indre.

« Il y a eu de tout : des malaises, des traumas… » 

Les derniers chiffres communiqués par la préfecture indiquent que les équipes de secours ont réalisés 572 prises en charge depuis jeudi, 38 personnes auraient été évacuées vers les centres hospitaliers de Châteauroux et Tours. « Il y a eu de tout : des malaises, des traumas… Pas forcément liés à l’alcool ou à la drogue » a expliqué Mme Lardeau, qui explique que la plupart des malaises ont été causés par une mauvaise alimentation, un manque d’hydratation ou par la fatigue.

Cependant, plusieurs accidents ont tout de même nécessité des interventions d’urgence : l’un des festivaliers, endormi dans les hautes herbes, s’est fait rouler dessus par un automobiliste qui faisait une marche arrière, un autre s’est fait mordre par une vipère…

« Il n’y a pas eu d’excès de violence durant l’évènement » mais ces interventions ont « eu un coût pour tout le monde, nous n’avons pour le moment pas de montant précis à indiquer mais ça a à minima engagé des dépenses de carburant et de matériel » selon la Directrice territoriale de la Croix-Rouge de l’Indre.

Un bilan financier devrait bientôt être établi mais le maire du village, Jean-Marc Sevault, à d’ores et déjà affirmé qu’ « il n’y avait aucune raison que la commune ait à supporter ce genre de dépenses superflues ». Il a par ailleurs ajouté qu’il « ferait appel à l’Etat » pour qu’il le dédommage, compte tenu de la totale illégalité de cet événement. 

Ben voyons, le con-tribuable paiera !

Dans le même temps, à Paris, le préfet interdisait une réunion privée d’hommage pour l’anniversaire de la mort de Dominique Venner .

Nous sommes en présence d’une évolution vers l’anarcho-tyrannie: un évenement interdit et présentant de nombreuses infractions fait l’objet d’une grande bienveillance de la presse et d’un assistanat de l’État nounou afin d’assurer la sécurité de ces « teuffeurs », aux frais de la collectivité et par contre une réunion privée et totalement légale de l’Institut Iliade est interdite !

De multiples exemples illustrent cette évolution : répression féroce des gilets jaunes vs laxisme dans les innombrables actes de guérilla urbaine des quartiers islamisés, chasse impitoyable, pendant le Covid, aux non porteurs de masques ou d’ausweiss de sortie etc alors que les agressions au couteau (plus de 100 par jour tout de même) et insécurité liée au trafic de drogue, ou viols, y compris de femmes âgées, pourrissent le quotidien des français. Liste non exhaustive …

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.