Le problème des bénéfices de Total, c’est les conditions qui les rendent possibles.

0
87

Excellent éditorial de Charles Sannat ( comme toujours!) sur son site Insolentiae !

Nous sommes dans la moraline permanente et dans l’émotionnel « émoticône » et l’évolution de la société est insupportable.

Insupportable dans son manque de réflexion.

Alors avec les bénéfices plantureux annoncés par Total, c’est évidemment la curée et tout ce que le pays compte de bien-pensants dégoulinants de moraline bas de gamme s’en donne à coeur joie ce qui va me permettre de faire la même chose sur le manque total (sans mauvais jeu de mots) de profondeur dans l’analyse de tous ces hurleurs et autres couineurs.

Tout d’abord, je n’en ai entendu aucun parmi eux, se plaindre aussi fortement des profits de Pfizer… premier paradoxe important à pointer. Ils sont tous ou presque allés participer aux profits plantureux de Pfizer qui êtes aux cieux et qui les a sauvés du terrible cnCovid, pardon de « la » Covid comme on dit quand on bien appris à réciter son catéchisme vaccinal et pandémique.

Si j’insiste sur Pfizer, c’est parce que les profits de saint Pfizer avec l’argent public et sur le dos de la santé, c’est encore mieux que Total avec 22 milliards de dollars de profits en 2021…

Alors résumons. Profits Pfizer sur dos de triple-piquouzés quand même covidés bien.

Profits de Total… pas bien.

C’est un peu la même différence qu’entre le bon et le mauvais chasseur cette histoire de bons et de mauvais profits tout de même. Vous en conviendrez.

Alors avant de vous expliquer les conditions qui permettent ces profits, je vous propose de regarder quelques réactions affligeantes (peindre en rouge le siège de Total en se croyant activiste hahahahaha) et autres fulgurances intellectuelles de quelques-unes de nos mamamouchettes, mais les mamamouchis rassurez-vous ce n’est pas mieux, je ne vais pas tous vous les citer.

Les conditions qui rendent possibles ces profits ?

C’est très simple.

Il y en a deux économiques et une fiscale.

La première c’est la guerre en Ukraine qui fait monter les prix du pétrole et les marges de raffinage. Donc Total se gave grâce à la guerre en Ukraine et sur le dos des peuples européens et des Français victimes économiques d’une guerre dont il se fiche comme de l’an 40. Alors tous les couineurs qui se prosternent devant Saint-Zelenski le Churchill de Kiev, les Che-Guevara des Carpates sont les mêmes généralement que ceux qui se ruaient sans discernement activer un passe sanitaire pour aller au restaurant et boire un coup au bistrot. Tous les va-t’en guerre couinent sur les bénéfices de Total, mais les enfants, ne faites pas la guerre à Poutine si vous ne voulez pas des profits de guerre et … des profiteurs de guerre !

La seconde, ce sont les règles du marché de l’énergie « libre » en Europe organisé par notre Sainte Commission, de la même manière que les contrats pour les vaccins de Pfizer ! Ho, réveillez-vous ! La Commission Européenne a organisé le marché libre et « concurrentiel » de l’énergie pour que des entreprises privées puissent faire des profits sur le dos des populations. Et vous savez quoi ? Les énergéticiens font des profits ! Sérieux ? Vous êtes étonnés ?

Non… mais quelle naïveté ! C’est confondant de bêtises. L’Europe, de la même manière, à assurer des profits plantureux à Pfizer avec un contrat opaque  Des SMS entre la présidente de la grosse commission et le PDG de Pfizer lui valent d’ailleurs une enquête qu’elle entrave par tous les moyens.

Enfin, la dernière raison est fiscale. La mondialisation a créé un cadre légal, LEGAL je dis bien, où les entreprises peuvent faire de l’optimisation fiscale et se faire taxer là où c’est le plus avantageux. Aucun politicien n’a été forcé pour créer ce cadre. Ils ont plutôt été achetés pour le faire mais c’est un autre sujet. Aujourd’hui Total comme Pfizer peuvent bouger les flux financiers entres des dizaines de filiales et profiter de conventions fiscales avantageuses. Ce sont nos dirigeants qui ont mis cela au point. Qui ont créé ce système. Tout le monde le sait.

Alors vous savez quoi ?

Ils ont créé les conditions pour que Total comme Pfizer fassent des profits.

Les profits de ces entreprises ne sont pas le problèmes.

C’est la conséquence de causes.

Ces profits sont les résultats des conditions favorables qui ont été créées volontairement pour que ces multinationales puissent faire ces profits.

Alors que Ségolène et Clémentine applaudissent les soignants à 1 400 balles tous les soirs à 20 heures, qu’elles aillent à la vaccination tous les 6 mois prendre un booster de profits pour Pfizer, qu’elles aillent applaudir le Zelenski, qu’elles soient pour la guerre en Ukraine, pour la vaccination, pour les sanctions contre la Russie, qu’elles soient pour l’Europe et le libre-échange et alors cela ne pourra conduire qu’à des profits colossaux de ces grandes multinationales.

« Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes ».

Il n’y a pas à dire nous sommes dirigés par des imbéciles ou des pourris ou des imbéciles corrompus et encore je reste pudique dans mes mots, la bienséance m’empêchant d’utiliser des termes plus fleuris qui seraient sans doute plus appropriés pour décrire la bande d’ectoplasmes qui préside avec autant de médiocrité à nos destinées. Des clowns tristes.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.