Poudre de grillons alimentaires : encore une arnaque mondialiste toxique !

0
687

Cette mise sur le marché, à l’étude par la Commission Européenne depuis 2019, est passée en application le 3 janvier 2023. 

Depuis ce jour, les industriels, mais pas uniquement, sont autorisés à introduire de la farine de grillons dans un nombre non négligeable de denrées alimentaires. 

J’aborde ici les dangers ainsi que les conditions économiques de cette directive, encadrant des décisions qui effraient déjà des centaines de milliers de consommateurs. 

Depuis une dizaine d’années des producteurs et distributeurs, souvent nichés dans des réseaux écologiques et bio, tentent de démocratiser la consommation d’insectes de différentes natures. 

Il n’est donc ni étonnant, ni nouveau, que ce type de commerce essaye de se matérialiser. 

Néanmoins, bien au-delà des espoirs de vendeurs de farines animales cherchant à faire croustiller les apéros blattes sous les dents des Français, c’est une start up co-créée par deux jeunes Vietnamiens installée à Ho Chi Minh, semblant faire écran à un fonds d’investisseurs internationaux anonymes, qui a obtenu l’exclusivité de la distribution de poudre de grillons en Europe. (1)

Tout semble sourire à la start up « cricket one » : gigantesques levées de fonds dès sa création, clés du commerce mondial assurées, soutien des medias mainstream de la plupart des pays… comme s’il importait à de puissantes entités et aux gouvernements occidentaux que cette entreprise fasse rapidement fortune, et que le grillon conquière la planète. 

À travers des préparations vendues dès aujourd’hui en France, en Belgique, ainsi que dans le reste de l’Europe, dont je vous listerai les détails à la fin de cet article. 

Toujours est-il que la première question méritant pleinement votre attention est, bien naturellement, la consommation de poudre de grillons représente-t-elle un danger pour la santé humaine ? 

Les dangers de la farine de grillons 

Comme vous le savez peut-être déjà, certains composants toxiques se trouvent spontanément dans les végétaux, insectes et animaux, même lorsqu’ils sont soigneusement lavés et partiellement dégraissés. 

C’est le cas du noyau d’abricot par exemple, contenant 0,5 mg à 3 mg de cyanure par kilo. 

Dont l’ANSES, censée vous protéger de ces extrémités en autorisant uniquement des produits inoffensifs, a relevé trente-trois cas d’intoxications alimentaires graves entre 2012 et 2017. (2)  

Et c’est aussi le cas du grillon, dont les analyses sanitaires montrent un taux de cyanure de 5 mg par kilo. (3)  

Un seuil qui n’aurait jamais dû être autorisé à la consommation, montrant l’évidente corruption des institutions ayant validé sa mise sur le marché. 

Sachant qu’il est bien plus difficile d’avaler un noyau d’abricot que de la poudre de grillons dissimulée dans des préparations dont vous pourriez avoir l’habitude. 

Malheureusement pour celles et ceux qui auront décidé de faire confiance à cette loi, ce n’est pas tout. 

La farine de grillons partiellement dégraissée contient de puissants allergènes, comme les tropomyosines, la chitine ainsi que l’arginine kinase, que l’on retrouve également dans d’autres arthropodes comme les araignées, les acariens et les scorpions. 

Et pour couronner cette appétissante perspective, bien que dans des proportions apparemment légales, cet insecte recèle aussi des traces de staphylocoques à coagulase, d’Esheria Coli, de dioxines, de mycotoxines et d’alphatoxines. 

Serez-vous prévenus lorsque la farine de grillons sera présente dans une préparation alimentaire ?  

Les autorités européennes ont décidé que l’étiquette des denrées alimentaires contenant de la poudre de grillons partiellement dégraissée doit obligatoirement mentionner les termes : 

« Poudre d’Acheta domesticus (grillons domestiques) partiellement dégraissés. » 

Et, à proximité immédiate de la liste des ingrédients : 

« Cet ingrédient peut provoquer des réactions allergiques chez les consommateurs souffrant d’allergies connues aux crustacés, aux mollusques et aux produits qui en sont issus, ainsi qu’aux acariens. »

Cela étant dit, compte tenu de la longue liste de préparations alimentaires que vous allez découvrir dans quelques instants, qu’en est-il du pain, dont l’étiquette n’est pas souvent lue par les consommateurs ? 

Qu’en est-il des personnes mal voyantes ou ayant oublié leurs lunettes ? 

Qu’en est-il des étiquettes devenues illisibles tant le corps du texte est miniaturisé ? 

Ces facteurs risqueront-ils d’empoisonner les consommateurs à leur insu ? 

Mais surtout, qu’en est-il de la peur ou du dégoût que cette loi ne manquera pas d’inspirer à de nombreux foyers ? 

S’inquiétant pour leurs enfants mangeant sans précaution de nombreux gâteaux industriels dans les établissements scolaires. 

S’inquiétant pour leurs adolescents ingurgitant des préparations industrielles à la pelle. 

Et s’inquiétant, bien évidemment, pour leur propre santé. 

Une inquiétude au moins aussi néfaste que les dangers qu’une consommation inconsidérée de poudre de grillons pourrait générer. 

La liste des préparations alimentaires dans lesquelles la poudre de grillons va débarquer

À présent, bien que cela fasse déjà plus de vingt-cinq ans que je vous aie invités, dans différents medias, dont Réponses Bio, à ne pas consommer de préparations industrielles, j’ai bien conscience que cela puisse encore vous arriver. 

Voici donc, à l’avenir, ce qu’il vous faudra soigneusement éviter : 

  • Pains et petits pains multi-céréales, biscuits secs et gressins
  • Barres de céréales
  • Pré-mélanges (secs) pour produits cuits au four, soit l’intégralité des plats surgelés et « frais »
  • Biscuits
  • Produits (secs) à base de pâtes
  • Produits (secs) à base de pâtes farcies
  • Sauces
  • Produits transformés à base de pommes de terre, plats à base de légumineuses et de légumes, pizzas, produits à base de pâtes
  • Lactosérum en poudre
  • Substituts de viande
  • Soupes et concentrés ou poudre de soupe
  • Préparations à base de farine de maïs
  • Bière
  • Confiseries et chocolats
  • Fruits à coque et oléagineux
  • Fritures et en-cas
  • Viandes préparées 

Pour rappel, la dose de cyanure considérée comme mortelle pour un humain varie en général entre 0,5 à 60 milligrammes par kilo de poids corporel.

Cependant des doses plus faibles peuvent causer des effets graves comme des troubles respiratoires, des troubles cardiaques et des lésions cérébrales.

L’exposition à des concentrations élevées de cyanure peuvent devenir mortelles en quelques minutes, il est important de prendre les précautions nécessaires pour éviter tout contact avec cette substance.

Par ailleurs, dans la mesure où elle représenterait moins de 5% de leur composition, serait-il envisageable que la poudre de grillons débarque aussi dans les préparations bio ?

Bien à vous, 

Jean-Baptiste Loin

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.