SOS Méditerranée : propagande d’État au lycée pour la promotion du trafic d’êtres humains !

0
364
NGO members distribute food ration bags to migrants aboard the "Ocean Viking" rescue ship of European maritime-humanitarian organisation "SOS Mediterranee" in the Gulf of Catania in the Mediterranean Sea in international waters on November 6, 2022. - The NGO said it was the first time it had pleaded for direct help from the governments of France, Greece and Spain to help find a port for 234 people rescued after Italy and Malta failed to answer and as humanitarian groups said on November 6, 2022, that Italy had broken international law by refusing to let in migrants from four humanitarian rescue ships, the Rise Above, Humanity 1, Ocean Viking and Geo Barents that were waiting at sea carrying over 1,000 people saved as they were trying to reach Europe. (Photo by VINCENZO CIRCOSTA / AFP)

Depuis sa création en 2015, l’association SOS Méditerranée multiplie sa présence à de nombreux événements : conférences, concerts, festivals, événements sportifs. Elle élargit désormais son champ d’action au milieu scolaire.

Après les universités — elle était le 1er février à Sciences Po Toulouse —, SOS Méditerranée se tourne vers les lycées. Le 1er février, l’association intervenait aussi au lycée Gabriel-Fauré, à Foix (Ariège).

Le lendemain, dans le Morbihan, sa venue au lycée Dupuy-de-Lôme, à Lorient, n’a pas tardé à susciter la polémique — l’intervention étant l’occasion pour les militants de sensibiliser les élèves sur leurs actions.

Le lendemain, La Cocarde Lycée s’insurgeait sur son compte Twitter, dénonçant « une heure de cours de géopolitique remplacée par une intervention obligatoire de SOS Méditerranée pour faire de la propagande pro-immigration ! ! ! Et le tout en écriture inclusive ! »

Nombreux sont ceux qui, à droite de l’échiquier politique, accusent l’association de favoriser l’immigration clandestine, sous couvert de sauvetages en mer et de bons sentiments.

Des actions de sauvetage qui sont par ailleurs largement subventionnées par l’État, certaines communes, conseils départementaux au frais des contribuables.

En 2021, SOS Méditerranée recevait plus d’un million d’euros de subventions et en novembre 2022, c’était la Ville de Paris qui lui accordait 100 000 euros et en 2022 le conseil départemental de la Gironde pour 50 000 euros.

L’analyse des comptes de ces associations immigrationnistes montre que leurs dirigeants ont des salaires substantiels, et que tout un petit monde vit très bien grâce à ce trafic d’êtres humains.

Bien entendu la presse se gardera de toute enquête sur le sujet et de plus participe à une propagande effrénée au nom des bons sentiments.

Et c’est ça le plus scandaleux !

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.