Ukraine. L’existence de laboratoires biologiques américains confirmée ?

0
210

Hunter Biden, le fils du président américain Joe Biden, qui a été impliqué dans plusieurs affaires de corruption (notamment en Ukraine), a également été soupçonné d’être l’un des principaux financiers du controversé biolaboratoire ukrainien exploité par les États-Unis.

Même le New York Post l’admet désormais. De nouvelles preuves viennent d’apparaître, et le ministère russe de la défense a divulgué des courriels qui montrent l’implication de Biden dans la recherche sur les agents pathogènes en Ukraine, en aidant un entrepreneur californien de la défense à faire des affaires dans le pays d’Europe de l’Est.

https://www.breizh-info.com/2022/03/28/184175/hunter-biden-ukraine-labs/embed/#?secret=YhlELZIUF3#?secret=1V8THsZKLe

Selon ces courriels, Hunter Biden a présenté la société de recherche sur les agents pathogènes Metabiota de San Francisco à des responsables de la société gazière ukrainienne Burisma (dont il était lui-même membre du conseil d’administration). Ils montrent également que Biden a contribué à attirer des fonds pour les entreprises Black & Veatch et Metabiota.

Jusqu’à présent, toutes les allégations et préoccupations russes et chinoises concernant la possibilité d’un programme ukrainien d’armes biologiques illégales ont été qualifiées par les médias occidentaux de « propagande », de « fake news » et de « théories du complot ».

Le site Web de l’ambassade des États-Unis à Kiev donne les coordonnées du DTRO (Defense Threat Reduction Office) à Kiev et indique qu’il fournit des services de coopération en matière de réduction des menaces (CTR) à un certain nombre de ministères ukrainiens et gère des programmes d’assistance tels que le programme de réduction des menaces biologiques (BTRP). Le DTRO dépend de la Defense Threat Reduction Agency du Pentagone, dont les origines remontent au célèbre projet Manhattan de 1942-1947. Un certain nombre de laboratoires collaborent avec cette agence en Ukraine, et le contractant principal de nombre d’entre eux est la société américaine Black & Veatch mentionnée plus haut. À ce stade, il peut être intéressant de rappeler certains événements :

Le 28 février, quatre jours après le début des opérations militaires russes en Ukraine, la journaliste bulgare Dilyana Gaytandzhieva a tweeté qu’au moins 15 documents PDF relatifs à ces laboratoires avaient été supprimés par le site web de l’ambassade américaine sans explication. L’archive internet Wayback Machine permet toujours d’obtenir ces documents supprimés.

Le 8 mars, lors d’une audition devant la commission des affaires étrangères du Sénat, la sous-secrétaire d’État américaine aux affaires politiques, Victoria Nuland, a confirmé l’existence de laboratoires biologiques américains en Ukraine et s’est dite préoccupée par le fait que « les forces russes pourraient chercher à en prendre le contrôle ». Le lendemain, Jen Psaki, secrétaire de presse de la Maison Blanche, a tweeté que Moscou avait « un long passé bien documenté d’utilisation d’armes chimiques. » On peut en fait dire la même chose de Washington, qui, à ce jour, est critiquée par la Fédération des scientifiques américains pour avoir adhéré à une interprétation controversée de la Convention sur les armes biologiques dans le cadre des programmes du ministère de la sécurité intérieure.

Le 10 mars, le département d’État américain a déclaré que les États-Unis ne « possèdent ni n’exploitent aucun laboratoire chimique ou biologique en Ukraine » – ce qui est en soi une affirmation manifestement fausse. Un article de RFI du 11 mars, rédigé par le scientifique Jan van der Made, conclut que les Américains doivent « fournir plus de transparence sur le projet ».

Le 10 mars également, le ministère russe de la Défense a affirmé disposer de documents indiquant que des laboratoires ukrainiens menaient des expériences sur les coronavirus de chauve-souris. Puis, le 18 mars, le ministère a accusé Washington de développer dans des laboratoires ukrainiens des agents pathogènes destinés à être utilisés comme armes biologiques. Lors d’un point de presse, Igor Kirillov (chef de la Force russe de protection contre les radiations, les produits chimiques et biologiques) a présenté un certain nombre de documents saisis par les forces russes qui étayent ces affirmations : par exemple, les projets américano-ukrainiens P-568, et P-382 concernaient l’expérimentation de micro-organismes (notamment des coronavirus, et des agents pathogènes de la brucellose et de la leptospirose), sous la supervision de Joanna Wintrall, chef du bureau de l’Agence de réduction des menaces de défense (DTRA) à l’ambassade américaine de Kiev.

Kirillov a rappelé qu’en 2018, les habitants de Lougansk et de Donetsk, dans la région du Donbass, ont subi une épidémie de tuberculose qui a été causée par une nouvelle souche plus résistante. À Kherson, en février de la même année, il y a eu une épidémie tout à fait inhabituelle de dirofilariose, qui est une maladie normalement transmise par les moustiques et donc très improbable à cette période de l’année. S’il existe un lien avec des laboratoires parrainés par les États-Unis, il pourrait s’agir soit d’une fuite accidentelle, soit d’une attaque biologique délibérée. À ce stade, aucune des deux possibilités ne peut être écartée.

En mars 2020, le porte-parole chinois Zhao Lijian a accusé les Etats-Unis d’avoir introduit le virus COVID-19 en Chine comme arme biologique. Cette affirmation a été largement rejetée par la presse occidentale, qui l’a qualifiée de simple propagande.

Toutefois, bien que l’on ne puisse pas savoir à ce stade si cette allégation est fondée, il ne faut pas non plus écarter totalement cette possibilité. Par la suite, un certain nombre de scientifiques ont sérieusement envisagé l’hypothèse selon laquelle la pandémie aurait pu être causée par un virus fabriqué par l’homme (qu’il soit américain ou non, qu’il y ait eu une fuite accidentelle ou non), et la prestigieuse revue Nature a publié un article en juin 2021 sur cette question. Les spécialistes de la santé Amy Maxmen et Smriti Mallapaty écrivent : « La plupart des scientifiques disent que le SRAS-CoV-2 a probablement une origine naturelle, et a été transmis d’un animal à l’homme. Cependant, une fuite en laboratoire n’a pas été exclue, et beaucoup appellent à une enquête plus approfondie sur cette hypothèse. »

En outre, la  réalité est que les armes biologiques existent bel et bien, et qu’elles constituent certainement une menace sérieuse pour la paix dans un monde globalisé à l’ère des pandémies. C’est pourquoi la question des biolaboratoires ukrainiens est si grave – surtout si l’on considère que des expériences sur les coronavirus de chauve-souris semblent y avoir été menées.

Les armes biologiques étant bien entendu interdites par le droit et les traités internationaux, tout programme de ce type, même s’il opère dans le cadre d’agences militaires, se déguiserait nécessairement en un type de recherche purement défensive. Le fait que tous les laboratoires ukrainiens controversés soient gérés par des militaires, ainsi que les mensonges et l’absence totale de transparence américaine et ukrainienne sur la question, invitent certainement à la suspicion et à l’inquiétude. Il est donc grand temps que l’Occident et la communauté internationale dans son ensemble prennent au sérieux les allégations d’armes biologiques ukrainiennes.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2022, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.