Il torture des chats !

0
408

Près de Toulouse. Des chats sont victimes d’actes de cruauté, les habitants tirent la sonnette d’alarmeDepuis près de 14 ans, à Flourens, près de Toulouse, des chats sont victimes « d’actes de cruauté » selon leurs propriétaires. Ils se mobilisent pour que les choses bougent.

C’était l’acte de trop pour eux. Samedi 23 juillet 2022, Elsa Lignon, habitante du quartier de Vignemale à Flourens (Haute-Garonne), voit son chat, Vanille, rentrer affaiblie chez elle, en pleine journée. Malheureusement, ce n’est pas la première fois et la propriétaire comprend immédiatement ce qu’il s’est passé.

« Le matin, Vanille allait très bien, elle est sortie se balader. Puis, en pleine journée, elle est rentrée à la maison et elle était épuisée. On l’a amenée directement à la clinique. Résultat : on lui avait tiré un plomb dans le rein. »

Après un tour de quartier, Elsa Lignon constate que plusieurs de ses voisins ont vécu la même chose. « En parlant avec eux, on s’est rendu compte que d’autres chats avaient déjà reçu un plomb. On a vu que de nombreux chats avaient été touchés. »

Au total, c’est une quinzaine de blessures envers des félins que ce tour de voisinage a permis de dénombrer, dont « environ sept plombs tirés » que la propriétaire confie avoir répertoriés. Mais selon elle, ce chiffre pourrait être supérieur : « Un plomb peut passer inaperçu si l’animal ne se plaint pas. Lors d’une radio de contrôle, l’un de nos voisins s’est rendu compte que son chat en avait un dans le corps ».

Pour faire bouger les choses, quelques habitants du quartier se sont réunis pour coller des affiches et sensibiliser. Dessus, on y lit en jaune et rouge la mention : « Dans notre quartier, Alerte vigilance : actes de cruauté envers animaux domestiques ». Ils ont également distribué 80 courriers dans les boîtes aux lettres du village, et alerté la mairie, la gendarmerie et la SPA sur le sujet. 

Depuis, ils ont reçu une réponse du maire de Flourens, Jean-Pierre Fouchou-Lapeyrade, qui a expliqué se rapprocher de la gendarmerie sur cette affaire. 

Pourtant, personne n’est venu à leur rencontre : « J’ai déjà déposé plainte l’an dernier, pour une blessure sur mon autre chat, Pépé, sans suite, confie Elsa Lignon. Là, les gendarmes ne sont toujours pas venus« .

Contacté, le maire de Flourens n’a pas encore répondu à nos sollicitations.

D’après les habitants, ces actes durent depuis près de 14 ans. « Il faut que les gens sachent qu’il ne faut plus que ça dure. J’ai souvent des chats qui viennent dans le jardin, c’est la nature. On tape dans les mains et hop, on les fait partir », livre Danièle Montassier, une autre habitante signataire de l’affiche.

Le ou les auteurs de ces actes ne sont pas connus des habitants, mais ils savent que la zone est limitée. « Les chats ont tous les mêmes déplacements environ. Il y a une zone où les actes commencent et une où ils s’arrêtent. Parfois, des voisins partent en vacances et il se passe des choses, donc on sait que ce ne sont pas eux. On voit alors qui il reste dans le voisinage. »

Aujourd’hui, ce qui inquiète aussi, c’est la sérénité de ce quartier : « Il y a d’autres êtres vivants ici. On est dehors, les enfants y compris, s’alarme Elsa Lignon. Ce n’est pas rassurant de savoir qu’il y a quelqu’un qui est en possession d’une arme à feu. Ce n’est pas parce qu’on est un village, qu’on doit moins faire respecter les règles et se dire que cela va passer. » 

Pour tenter de trouver le ou les coupables, quelques propriétaires ont même installé des GPS et des caméras sur leurs chats. Pour un objectif : faire cesser ces actes. 

« On veut que ça cesse, on finira un jour ou l’autre par savoir qui fait ça, et cette personne sera punie. Il faut qu’elle comprenne que ce qu’elle fait, c’est pénalisable. Ça n’a rien de défendable de tirer sur un chat pour le chasser. »

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.