Le masque tueur d’enfants ?

0
290

Près de 170 cas d’hépatites aiguës ont été détectés dans le monde, notamment chez des enfants de moins de 10 ans. La communauté scientifique ne parvient toujours pas à identifier le phénomène. Des soupçons portent sur le port excessif du masque.

Une dizaine de pays touchés, une victime, et des dizaines de cas répertoriés… Le phénomène d’hépatites aiguës infantiles s’étend des pays d’Europe jusqu’aux États-Unis. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui s’est exprimée à de multiples reprises depuis la détection des premiers cas d’inflammation du foie au début du mois d’avril, a fait part de son inquiétude à ce sujet.

Selon les dernières informations communiquées par l’OMS, 169 personnes ont été frappées par cette hépatite d’origine inconnue. Dans un point réalisé il y a tout juste 10 jours, l’OMS avait enregistré 74 cas au total : cette « hausse croissante du nombre d’enfants atteints d’une soudaine hépatite est inhabituelle et inquiétante », a commenté Zania Stamataki, du centre de recherche sur le foie et l’appareil gastro-intestinal de l’université de Birmingham, auprès du Science Media Center britannique.

Plusieurs dizaines de pays sont touchés : le Royaume-Uni d’abord (114 cas), l’Espagne (13 cas), le Danemark (6), l’Irlande (moins de 5), les Pays-Bas (4), l’Italie (4), la Norvège (2), la Roumanie (1), la Belgique (1). La France a détecté deux cas sur son territoire : selon Santé Publique France, ces derniers se trouvent au CHU de Lyon (Rhône). Israël (12 cas) et les États-Unis (au moins 9 cas) sont aussi concernés. « Ce qui est atypique, c’est que l’on a des cas groupés, qui surviennent fréquemment et de manière rapprochée dans le temps, commente le professeur Jacques Izopet, chef du service de virologie du CHU de Toulouse (Haute-Garonne). Il semble qu’il y ait un signal clinique et épidémiologique. »

Les enfants semblent les premiers à être frappés par ces inflammations du foie. Les personnes touchées par ces hépatites sont âgées d’un mois à 16 ans, et une grande majorité d’entre eux a moins de 10 ans. Le week-end dernier, l’OMS a annoncé qu’un enfant avait été tué par la maladie. Au moins dix enfants touchés ont dû faire l’objet d’une transplantation du foie. 

Parmi les cas détectés, des patients ont décrit « des signes de jaunisse » : « Certains des cas signalaient des symptômes gastro-intestinaux, y compris des douleurs abdominales, de la diarrhée et des vomissements dans les semaines précédentes », a décrit le centre européen des maladies infectieuses (ECDC).

plusieurs pistes pistes sont évoquées par l’OMS pour expliquer ces cas d’inflammation du foie. Les experts se penchent sur la piste des « adénovirus », une famille de virus à ADN et une infection virale humaine très courante, en particulier chez les enfants. Selon le professeur Izopet, on assiste à un phénomène atypique : ce type de virus a d’habitude tendance à frapper le système respiratoire chez les jeunes, mais dans les cas qui ont été détectés, c’est le foie qui est frappé. Ce qui viendrait expliquer la seconde piste évoquée par les autorités sanitaires : l’émergence d’un nouveau virus.

Une hypothèse fait état du port excessif du masque, véritable nid à microbe, plaqué sur les voies respiratoires des enfants durant des mois pendant de longues heures. Masques dont on sait par ailleurs que sauf le FFP2 (rare) ils sont totalement inefficaces.

Pour l’heure, il s’agit donc de ne rien écarter : « Il y a aujourd’hui des hépatites aiguës qui peuvent avoir une cause virale, mais aussi toxicologique, voire médicamenteuse ou pire », indique le professeur Izopet.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.