Les pierres de faim, souvenir des famines passées.

0
171

Les mots sont gravés dans la pierre depuis 1616, et parlent d’eux-même : « Si tu me vois, alors pleure… » Sécheresse oblige, d’étonnants rochers ont refait surface ces derniers temps tout au long de l’Elbe. Le célèbre fleuve traverse l’Allemagne mais prend sa source en République Tchèque. Ces pierres sont connues, on se transmettait jadis leur emplacement de génération en génération, car le fait de les voir réapparaître était alors signe de malheurs à venir.

Si ces pierres sont de nouveau visibles, c’est du fait de la canicule historique que nous avons connue cet été.

L’Allemagne, comme la France, vient de connaître une sécheresse exceptionnelle cet été. Rarement le niveau des eaux ne sera descendu si bas, allant jusqu’à dévoiler de nouveau ces mémoires de pierre. Dans l’Hexagone, une grande pierre plate gravée « 1906 » vient elle aussi de réapparaître, fin août, au défilé d’Entreroches, une gorge du Doubs. Une année pour laquelle les bulletins météo ont gardé la trace d’événements climatiques majeurs : vagues de froid, inondations, gelées tardives, mais aussi sécheresse.

On les surnomme les pierres de faim, hungerstein en allemand. de l’autre côté de la frontière. Plusieurs dizaines ont été recensées au fil de l’Elbe, toutes ayant été gravées pour rappeler aux générations futures des temps de malheur et de disette. Si certaines d’entre elles étaient déjà visibles en 2018, elles auront rarement été aussi exposées qu’en cet été 2022… « Nous avons pleuré, nous pleurons et vous pleurerez », est-il ainsi gravé sur une pierre située à Tichlowitz, en République Tchèque.

On retrouve gravé sur ces pierres les années frappées par la misère, la disette, la famine.

Autant de conséquences directes des mauvaises récoltes engendrées par la sécheresse. L’histoire des hungersteine remonte jusqu’au XVe siècle. Les plus anciennes inscriptions encore connues et visibles datent des années 1417, 1473, 1616, 1654, 1666.

Il y a quelques années de cela, à Tetschen, une de ces pierres de faim avait été étudiée. Véritable capsule temporelle, elle est gravée de nombreux millésimes sombres : 1417, 1616, 1707, 1746, 1790, 1800, 1811, 1830, 1842, 1868, 1892 et 1893. Après tant d’années de malheur, gravées dans la roche, faut-il craindre que la réapparition de ces pierres soit de mauvais augure pour 2023 ? Nous le saurons bien assez tôt…

Judikael Hirel

Pour aller plus loin :
Les pierres de la faim réapparaissent et ne présagent rien de bon  Lire l’article sur le Huffington Post

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.