Marre des casseurs !

0
382

Bagarres, poubelles brûlées… Plusieurs interpellations à Bordeaux après une manifestation sauvage

Après la marche officielle de la grève du 28 mars à Bordeaux, qui s’est bien déroulée, plusieurs dizaines de casseurs ont attaqué les forces de l’ordre, ont mis le feu à des poubelles et endommagé des voitures.

L’air était suffocant dans le centre-ville de Bordeaux mardi après-midi. Après la dixième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, qui a réuni entre 11.000 et 80.000 manifestants dans les rues (selon les chiffres de la préfecture et de l’intersyndicale), une partie du cortège s’en est rapidement prise aux forces de l’ordre et plusieurs dégradations ont été commises dans le centre-ville.

«La manifestation déclarée par l’intersyndicale, s’est déroulée dans le calme jusqu’à l’arrivée sur les quais et le début de la dislocation du cortège», explique la préfecture de la Gironde dans un communiqué. «Quelques actions de sabotage, en particulier des coupures de réseaux électriques et de télécommunications touchant des services publics et des particuliers, ont néanmoins eu lieu pendant le défilé.» Mais une fois la manifestation terminée, certains ont voulu en découdre.

Vers 15h30, après que le cortège est arrivé à destination place de la Bourse, plusieurs dizaines d’individus, habillés de noirs et visage masqué, ont lancé des projectiles depuis la place en direction des forces de l’ordre, qui protégeaient l’accès à la rue Saint-Rémi et la rue Fernand Philippart, très commerçantes. Les policiers ont procédé à des sommations pour inciter les «black blocs » à se disperser. Les individus les plus véhéments ont alors quitté la place et remonté les quais vers la porte de Bourgogne. Plusieurs affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre aux environs du quartier Saint-Michel, avec des jets de projectile de la part des manifestants puis des grenades lacrymogènes lancées par les policiers afin de les disperser.

Cette manifestation sauvage s’est ensuite regroupée sur la place de la Victoire, où le campus de l’Université de Bordeaux est occupé et barricadé par des étudiants depuis plusieurs jours. Des manifestants ont pu y trouver refuge et la situation a fini par se calmer. Dressant un bilan provisoire de la manifestation, la préfecture fait état de six blessés légers du côté des forces de l’ordre et d’un blessé léger du côté des manifestants. Du mobilier urbain a également été détruit, 19 feux ont été allumés dans des poubelles et deux véhicules ont été endommagés. Six interpellations ont eu lieu, «pour participation à attroupement après sommation, visage masqué et jet de projectiles».

Malgré un cortège officiel étoffé, sans véritables heurts ni dégradations, c’est la deuxième fois qu’une mobilisation contre la réforme des retraites dégénère à Bordeaux. Quelques heures après celle du 23 mars, des individus avaient mis le feu au porche de la mairie de Bordeaux, un symbole ayant provoqué un vif émoi de la part des élus et des Bordelais. Quatorze personnes avaient été interpellées dans la journée en marge de cette précédente mobilisation.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.