Qu’est ce que le libertarianisme ?

0
111
Il y a une grande confusion des esprits concernant la notion de libéralisme, de libertarianisme. On parle même d’ultralibéralisme alors que tout est décidé par l’Etat et que les impôts constituent plus de 50 % du PIB dans une société où prédomine le « capitalisme de connivence », générateur de corruption, qui n’a plus rien à voir avec le capitalisme.
De même, il y a une confusion entre libéralisme et libertarianisme qui sont liés certes mais qui recouvrent une vision du monde différente.
L’histoire du libertarianisme, souvent associée à l’Amérique contemporaine et remis sur le devant de la scène par l’élection en Argentine de Javier Mileitrouve ses racines dans l’Europe du XIXe siècle.
Né en réponse à la montée du socialisme et des tendances étatistes, il a été façonné par des intellectuels européens tels que Herbert Spencer, Frédéric Bastiat et Gustave de Molinari. Leurs écrits ont jeté les bases d’une philosophie valorisant la liberté individuelle et le libre marché.
Transplanté aux États-Unis, le libertarianisme a pris une nouvelle dimension. Influencé par les expériences européennes, il a été remodelé par des figures emblématiques comme Ayn Rand, dont l’objectivisme a souligné l’importance de l’individualisme et du capitalisme.
Friedrich Hayek, avec sa critique des économies planifiées, et Milton Friedman, avec son plaidoyer pour un gouvernement minimal, ont également joué un rôle crucial dans la popularisation de cette idéologie.
Cependant, le libertarianisme n’est pas monolithique. Il existe une tension interne entre ceux qui prônent un changement radical, comme Murray Rothbard avec sa théorie de l’anarcho-capitalisme, et ceux qui reconnaissent la nécessité d’un ordre social spontané, incarné par des penseurs comme Hayek. Cette dichotomie reflète la complexité et la diversité des perspectives libertariennes.
Sur le plan géopolitique, les libertariens prônent le libre-échange, la libre circulation des personnes et un non-interventionnisme strict. Néanmoins, des divisions subsistent, notamment sur des questions telles que l’intervention militaire, illustrant la diversité d’approches au sein du mouvement.
En conclusion, le libertarianisme, avec ses racines profondément européennes et son développement aux États-Unis, incarne une philosophie en constante évolution. Son histoire, marquée par des débats internes et une diversité d’idées, démontre une quête de l’équilibre entre idéalisme et pragmatisme.

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.