CONSIDÉRATIONS INACTUELLES :BILAN ET PERSPECTIVES

0
544

TRIBUNE LIBRE DE TAMBOURINE MAN

NDLR : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Burdigala Presse est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

« Nous sommes une nation de sciences, des Lumières.

Quand la science nous offre les moyens de nous protéger, nous devons les utiliser avec confiance dans la raison et dans le progrès. Nous devons viser à la vaccination de tous les Français. » (le président de la République française, (ex-)employé de la Banque Rothschild, discours du 12 juillet 2021, son Dix-huit Brumaire)

« Les gouvernements doivent décider, par exemple, qu’il est trop risqué qu’il y ait des citoyens  »hors réseau », détachés de l’écosystème technologique. Dans l’avenir, comme aujourd’hui, nous pouvons être sûrs que des individus refuseront d’adopter et d’utiliser la technologie, que des individus  ne voudront rien avoir à faire avec des profils virtuels, des bases de données en ligne ou des smartphones. Déjà un gouvernement devrait considérer qu’une personne qui n’adhérerait pas du tout à ces technologies a quelque chose à cacher et compte probablement enfreindre la loi, et ce gouvernement établira une liste de ces  »personnes cachées », comme mesure antiterroriste. Si vous n’avez aucun profil social virtuel enregistré ou aucun d’abonnement pour un portable, et si vos références en ligne sont exceptionnellement difficiles à trouver, alors vous devrez être considéré comme un candidat à l’inscription sur cette liste. »

            (Eric Schmidt, Jared Cohen – les deux dirigeants de Google -, The New Digital Age. Transforming Nations, Businesses, and our Lives, 2013, page 173)

            « Et toute la Terre, en étant émerveillée, suivit la Bête » (Apocalypse, XIII, 3)

            « Nous avons besoin d’un programme de psychochirurgie pour le contrôle politique de notre société. Le but est le contrôle physique de l’esprit. Celui qui dévie de la norme donnée peut être chirurgicalement mutilé. L’individu peut penser que la réalité la plus importante est sa propre existence, mais c’est seulement son point de vue personnel. Même si cette attitude libérale est très séduisante, cela manque de perspective historique. L’homme n’a pas le droit de développer sa propre façon de penser. Nous devrons contrôler le cerveau électriquement. »

            (José Delgado, Physical Control of the Mind : Toward a Psychocivilized Society, 1974)

 Le président de la République française a raison de se réclamer des Lumières, de la Raison et du Progrès,

même s’il se garde bien de rappeler la Terreur jacobine qui fut indispensable pour les imposer. Les jacobins voulaient et veulent imposer à chacun et à l’humanité le bonheur, fût-ce contre leur gré.

Ils représentaient la terrible Volonté générale de Rousseau, comme les communistes soviétiques et chinois ou les franc-maçons mexicains représentaient le prolétariat ou l’humanité. Rappelons que les penseurs des Lumières (dont le marquis de Sade est un des représentants) voyaient l’homme comme un animal ou comme une machine, ils étaient de plus les défenseurs de l’inoculation variolique de Jenner, la première vaccination.

Il en est de même aujourd’hui avec les financiers internationalistes, bolcheviks new age, ils veulent notre élimination, comme les jacobins voulaient celle des Vendéens ou des Chouans, notre ruine psychique et matérielle, la destruction de notre cerveau, notre mort sociale et même physique. Il est donc, selon nous, erroné et dangereux de protester contre le passeport sanitaire ou la vaccination obligatoire au nom des valeurs de la République (démocratie, liberté, égalité, droits de l’homme).

De même, il n’est pas opportun, toujours selon nous, de défiler avec le drapeau tricolore de cette République – même si on le comprend, il est vrai, comme symbole de la résistance au Nouvel Ordre Mondial sans frontières – qui a tant de sang sur les mains, et de chanter la Marseillaise, il est également absurde d’appeler à une révolution, il faudrait plutôt une contre-révolution, car ce à quoi nous nous heurtons est une révolution, la Révolution arc-en-ciel mondialiste, capitaliste-communiste ou communiste-capitaliste (Mao et Nixon se sont serré la main en 1972, mais Roosevelt tressait déjà les louanges de Staline, Uncle Joe, et Lénine avait dès 1918 les yeux de Chimène pour les grandes firmes capitalistes étasuniennes, de même Marx soutenait chaudement les États du Nord dans la Guerre civile américaine).

Il est également inopportun de s’en prendre au fascisme, à l’extrême droite (accuser les dirigeants mondialistes d’être des  »nazis » !), comme si c’était le fascisme et l’extrême droite qui étaient derrière tout ce qui se passe depuis des décennies… La dénonciation de l’extrême droite semble être une obsession.

Or la démocratie et les Lumières progressistes sont responsables d’horreurs (répression de la Commune de Paris, massacres de Fourmies, bombardements de Hiroshima, Nagasaki, Hambourg, Dresde, Nord-Vietnam, Serbie, etc.). S’en prendre à la dictature qui se met en place en se réclamant de la démocratie, de la république, de la liberté ou de la lutte antifasciste (en se réclamant par exemple du très stalinien Comité Nationale de la Résistance) est une absurdité.

La cybernétique, par exemple, est une pure création de l’antifascisme étasunien durant la Seconde Guerre mondiale (cf. Wiener), de même que la bombe atomique (cf. Oppenheimer), puis la monstrueuses industrie nucléaire. Socialistes, gauchistes, ultra-gauchistes, syndicalistes, écologistes et même anarchistes sont parmi les défenseurs acharnés du récit religieux mondialiste covidiste, du port du masque, de la vaccination (après le mariage pour tous, la nationalité française pour tous, voici le masque et la vaccination pour tous !). Comme le disait un penseur politique du Sud de la France, la démocratie c’est la mort.

 Il faut de plus avoir le courage de regarder les choses en face : l’humanité dans son écrasante majorité veut ce monde d’horreur, elle veut la sécurité matérielle, la modernité, la distraction, le divertissement, le progrès, la consommation, elle veut la télévision, le smartphone, la prothèse médicale, elle ne veut surtout pas avoir à réfléchir, sa soumission semble sans limites, elle ne veut plus faire d’efforts, ni intellectuels, ni matériels.

Elle s’en remet aux robots, aux machines, aux dirigeants, quitte à mener une vie urbanisée et démentielle, elle est prête, en échange du confort et de la sécurité, à accepter que « la liberté c’est l’esclavage » (le passeport sanitaire c’est la liberté !) et que « 2+2 = 5 » (cf. 1984).

Les êtres humains masqués, téléphonant sur leur smartphone, ont peur du terrorisme, du prétendu réchauffement climatique, du prétendu virus, et celui qui a peur est manipulable (Machiavel le savait déjà).

L’Union sacrée après le 4 août 1914 nous a fourni la preuve de cette soumission, de cette grégarisation effrayantes, l’adhésion au récit pandémiste-vaccinaliste-covidiste-mondialiste encore plus. L’humanité dévitalisée veut être prise en charge.

Les masses veulent le progrès, une minorité inconséquente l’accepte mais en refuse les conséquences totalitaires ; elle désire le grand réseau électronique mondial, le smartphone et la 5G mais sans le traçage, sans le puçage – que le président B. Obama essaya d’imposer avec sa réforme de la protection de la santé : prise en charge mais puçage -, sans l’identification numérique policière pour lesquels pourtant ils ont été créés.

Les êtres humains veulent la sécurité, amollis par la civilisation, ils ne veulent pas risquer de mourir, ils ont peur de la nature, peur de la vérité, peur de vivre en dehors des murs de l’Artificiel, ils préfèrent vivre dans l’ignorance rassurante du monde des médiats.

Ils acceptent, abreuvés et abrutis de télévision, d’images et de sons, de distractions, de consommations de marchandises de toute sorte, avec plus ou moins d’enthousiasme, l’abolition de toutes leurs libertés (de se soigner, d’élever ses enfants, de s’alimenter, d’étudier, de penser, de s’exprimer – le procès de Cassandre Fristot est exemplaire, alors que l’on libère terroristes et délinquants, que les gouvernants eux-mêmes délinquants sont impunis et paradent).

La grande majorité de la population, comme un  »troupeau aveugle », avale hébétée, terrorisée, hypnotisée, et tétanisée le flot ininterrompu ahurissant des mensonges et des falsifications les plus invraisemblables de la télévision, elle accepte et réclame les mesures dites sécuritaires, y compris contre les réfractaires, qualifiés d »antivax », d »antisémites », de  »néo-nazis », et soupçonnés – horreur ! – d’appartenir à une secte, d’être une menace et des terroristes en puissance ; et c’est cette soumission qui permet la toute-puissance des forces oligarchiques mondialistes, c’est elle qui leur permet de poursuivre leur offensive guerrière-révolutionnaire en toute impunité.            

Si la pandémie est une blague, la guerre, elle, proclamée par tous les dirigeants, est une réalité :

Les révolutionnaires mondialistes sont en guerre contre l’humanité et plus particulièrement contre les réfractaires (comme ils l’étaient en 1914-1918) : les non-connectés ; nous sommes en état de guerre, une véritable guerre psychologique, l’information est simplement de la propagande de guerre, ni plus ni moins, les médiats ne font que le travail pour lequel ils ont été créés et sont payés (de même il est absurde d’accuser l’O.M.S., par exemple, de mentir, de manipuler, de trahir sa mission, elle a été créée exclusivement dans ce but ; elle aussi, comme l’O.N.U. et l’U.N.E.S.C.O., est une organisation de guerre). La campagne terroriste covidiste de lavage de cerveau et de bourrage de crâne a été conçue par les forces mondialistes : la finance apatride et cosmopolite, les grandes entreprises capitalistes écologistes vertes – nanotechnologie, robotique, cybernétique, Intelligence Artificielle -, les services secrets (cf. déjà le programme Mk-Ultra de la C.I.A. ou ses équivalents communistes), les agences de publicité et de relations publiques spécialisées dans la connaissance du cerveau et de la psychologie humains (elles avaient déjà conçu et vendu les guerres contre l’Irak de S. Hussein, contre la Yougoslavie de Milosevic, contre la Libye de Khadafi, celle contre la Roumanie de Ceausescu, contre la Syrie de Bachar el-Assad), avec la complicité active de tous les gouvernements, des syndicats, et tous les médiats hystériques et paranoïaques aux ordres de forces qui tout en étant anonymes ont des représentants en chair et en os, qui ont des noms, noms qu’il est maintenant interdit même de prononcer, parler des Rothschild est déjà se rendre coupable du crime de la pensée d’‶antisémitisime″.

 Ce plan de mise en esclavage et de contrôle total de l’espèce humaine a été conçu il y a des décennies (et plus car tout ce qui a été expérimenté sur les animaux a été, est et sera appliqué aux êtres humains : puçage électronique, vaccination géniques, manipulation de la reproduction, mères porteuses, utérus artificiels, vie enfermés en cage et non plus en liberté, à l’air libre). Les êtres humains ne doivent plus avoir de contacts (le contact évoque la contagion, il est dangereux : que chacun reste enfermé chez soi… mais en contact étroit et exclusif, en connexion, avec le grand réseau électronique mondial), d’où le mot d’ordre de distanciation sociale que, imposé par les médiats, tous répètent comme des zombies hallucinés (sans parler du barbare  »distanciel » !!…).

Les révolutionnaires mondialistes doivent pour cela détruire l’intelligence, la logique, le langage, le libre arbitre, l’identité ; il faut briser les personnalités, les humilier (c’est une des fonctions du port du masque).

Les cybernéticiens transhumanistes, féministes queer, théoriciens du  »genre », partisans de la société inclusive, veulent détruire les différences entre homme et nature, homme et animal, homme et cyborg, naturel et artificiel, entre homme et femme, adulte et enfant, entre beau et laid, vrai et mensonge, maladie et santé. Ils refusent toute frontière, ils haïssent la nature, la maternité, la procréation naturelle, veulent la création d’une nouvelle humanité, augmentée, artificielle, adaptée au monde artificiel (et le vaccin génique ARN est une arme pour la création de cette nouvelle humanité, une arme bactériologique). Le fantasme de la Renaissance se réalise : créer une nature artificielle.

 Le cerveau est pour les globalistes un ordinateur qui se programme, se reprogramme, se remet à jour, se réinitialise.

Ils rêvent de le coupler avec un véritable ordinateur (fantasme transhumaniste de la symbiose animal-machine, fantasme qui ne date pas d’hier). Ce contrôle, cette reprogrammation des cerveaux, leur connexion à un i’Cloud, leur téléchargement (autre rêve du transhumanisme), se réaliseront grâce aux nanotechnologies et aux puces (injectées bientôt grâce aux vaccins ARN new age) ; et la contribution de la télévision dans la réalisation de ce contrôle des cerveaux est fondamentale ; les spectateurs sont hallucinés, en catatonie devant l’écran (répétition indéfinie des mêmes mots, des mêmes phrases, des mêmes attitudes, des mêmes actes, suggestion, dissociation et désagrégation du psychisme). La chimère homme-ordinateur est le pendant de la chimère homme-animaux, expérimentées respectivement dans les laboratoires de cybernétique et de biologie des nouveaux docteurs Moreau.            

La dictature qui se met en place n’est en aucune façon sanitaire, elle est purement en revanche médicale, sociale et politique… et anti-naturelle, anti-sanitaire, avant tout anti-européenne et, semble-t-il, particulièrement anti-française (la Révolution de 1789 se poursuit contre la Fille aînée de l’Église… qui elle-même a disparu, affectée elle aussi d’un Great Reset qui a commencé avec le concile de Vatican II), mais à l’échelle mondiale il y a une volonté affirmée de détruire les couches moyennes, la monnaie fiduciaire et la petite propriété privée, obstacle au globalisme fluidique apatride. On trouve un bon exposé de cette dictature numérique cauchemardesque dans le rapport au Sénat français sur « crises sanitaires et outils numériques pour répondre avec efficacité pour retrouver nos libertés » (3 juin 2021) ou dans les différents livres de Jacques Attali, un des grands prêtres et prophètes du mondialisme (du puçage à l’euthanasie en passant par le clonage), notamment Le Dictionnaire du XXI° siècle. Israël étant un des pays à la pointe de la répression médicale-policière covidiste-vaccinaliste, toute critique de cette dernière peut être taxée d’‶antisémitisme″.

 À propos de la vaccination que l’on veut de façon criminelle imposer jusqu’aux enfants et aux femmes enceintes

Il s’agit en effet d’une abomination mais il y a des décennies que l’on viole tranquillement les enfants dans les écoles – théorie du genre, éducation sexuelle, matérialisme, immigrationnisme, masochisme anti-européisme, antiracisme, antifascisme, écologisme, scientisme, laïcisme, homo-sexualisme, droit-de-l’hommisme, shoahtisme, (tous imposés par l’O.N.U., l’U.N.E.S.C.O., l’O.M.S., le F.M.I., etc.) – et cela ne semble avoir choqué que très peu de monde… et l’imposition de la vaccination ne date pas d’hier (une dizaine sont obligatoires). De même, cela fait bientôt un an que les écoliers, collégiens et lycéens sont obligés de porter un masque chirurgical empoisonné et étouffant sans que cela ne semble scandaliser…

Le port du masque a été et est toujours accepté par l’écrasante majorité de la population, on a même réussi à l’imposer facilement à l’extérieur.

Encore : la loi permettant dans les faits l’avortement jusqu’au neuvième mois de grossesse n’a soulevé ni l’indignation ni la colère des foules… de même pour la mise à jour de l’existence des recherches effectuées dans les laboratoires de virologie, ou des réseaux pédocriminels dont les liens avec les réseaux mondialistes sont remarquablement passés sous silence par les médiats (cf. entre autres le proxénète, pédophile, agent du Mossad, ami de William Gates, Al Gore et William Clinton : Jeffrey Epstein).

Il est vrai que les expériences terrifiantes de greffes du cœur, commencées en 1967, n’avaient pas été dénoncées pour ce qu’elles étaient, une abomination, mais exaltées comme un triomphe de la médecine (et de la conception de l’homme comme machine composée de pièces dont on pouvait changer à l’envi les éléments-organes usés), sans parler de la nucléarisation du monde globalement acceptée par la population.

Autre chose : on a souvent entendu des manifestants affirmer qu’ils n’étaient pas opposés à la vaccination en général mais à cette injection en particulier ; ce n’est pas notre cas, nous sommes résolument opposé à toute vaccination, nous ne voulons pas que l’on nous rende malade… pour préserver notre santé (principe de la vaccination, ARN ou non) !! Personne n’a le droit de nous toucher sans notre consentement, et surtout pas les vaccinateurs divers pour injecter leurs s… délétères et létales dans notre organisme.

Les mêmes qui veulent une société inclusive, sans discrimination, ni stigmatisation, nous dénoncent comme des êtres dangereux pour la communauté (la seule qui existe est celle des médiats et de la publicité) et veulent nous anéantir ; pour nous, il n’est pas question d’inclusion…

Nous l’avons dit ces gens ne veulent plus de nous, mais nous ne voulons plus d’eux, il ne nous reste plus que la solution de vivre hors de leur infernal monde connecté/sans contact. Les globalistes cybernétiques voulaient nous  »distancier », nous isolés individuellement devant un écran, ils n’ont peut-être réussi qu’à nous faire nous connaître et nous reconnaître dans ces manifestations de réfractaires qui fleurissent depuis juillet dans les villes de France.

Nous ne céderons pas à la terreur. Boycottons, désertons, désobéissons, regroupons-nous, retrouvons-nous, créons, vivons.

                        Mr. Tambourine Man, le 17 septembre 2021

LAISSER UNE REPONSE

S'il vous plaît entrer votre commentaire !
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.